3 stratégies curieuses qui plairont à votre cerveau pour combattre l’insomnie

5 août 2017
L'une des meilleures manières de déconnecter le cerveau du stress de la journée est de prendre une douche relaxante avant d'aller se coucher et de lire un livre.

 

Nous savons tou-te-s que notre cerveau régule ses cycles de sommeil-veille en s’harmonisant aux horaires d’obscurité et de lumière.

À première vue, cela semble simple mais ce lien n’est pas toujours respecté, et c’est là que le problème surgit.

Si tout fonctionnait bien, il suffirait d’attendre la nuit pour aller se coucher, fermer les yeux dans une pièce sereine et sombre, et tomber dans un sommeil profond de 8 heures.

Les personnes qui souffrent d’insomnie chronique ou occasionnelle savent qu’une telle magie ne survient pas si facilement.

Il ne suffit pas qu’il soit 11 heures du soir pour que le sommeil nous appelle. De fait, parfois, même le fait de se sentir épuisé-e d’esprit et de corps ne semble pas suffisant pour atteindre le sommeil.

Que se passe-t-il dans notre cerveau pour qu’il ne soit pas capable de satisfaire un tel besoin biologique ?

Les facteurs sont multiples, nous le savons. Parfois, c’est l’âge ; d’autres fois, ce sont les maladies comme le diabète, l’arthrite, la fatigue chronique, la fibromyalgie etc.

Dans cet article, nous voulons approfondir ce sujet, avec trois conseils que vous ne connaissiez peut-être pas.

Nous voulons vous proposer 3 clés qui ont précisément un lien avec la relation entre le cerveau et le sommeil, et qui peuvent vous aider à dormir un peu mieux.

1. Les lunettes anti-lumière bleue pour prendre soin de votre cerveau

Cette donnée est très intéressante.

Tous les dispositifs électroniques que nous utilisons dans le quotidien, comme l’ordinateur, le téléphone portable et les tablettes émettent un spectre de lumière bleue qui a un gros impact sur notre cerveau.

  • C’est un stimulant très fort. Il réduit notablement la production de mélatonine, l’hormone du sommeil qui se libère après l’exposition à l’obscurité.
  • Ainsi, si vous avez l’habitude de travailler tard le soir sur l’ordinateur ou si vous regardez un film ou une série à la télévision, utilisez des lunettes anti-lumière bleue pour bloquer les ondes néfastes pour vos yeux.
  • De fait, il suffirait d’utiliser ces lunettes pendant 3 heures avant d’aller dormir pour en remarquer les effets.

De plus, sachez que plus vous vieillissez, moins vous produisez de mélatonine.

Si, à cela, on ajoute l’impact des dispositifs électroniques, on comprend pourquoi il est de plus en plus difficile de trouver le sommeil.

N’hésitez pas à consulter votre ophtalmologue pour savoir si vous avez besoin de ce type de lunettes.

Découvrez aussi : 7 exercices faciles pour prendre soin de vos yeux et éviter le mal de tête

2. Oui à certains aliments avant de dormir

Beaucoup de gens vivent la chose suivante : ils se couchent et dorment en un instant mais au bout d’une heure, une heure et demi, ils se réveillent, sont actifs et font des tours et des tours dans leur lit.

  • Si vous vivez cela régulièrement, il est très possible que vous ayez besoin de stabiliser vos niveaux de glucose dans le sang pour faire durer le repos de manière stable, sans souffrir de ces pics de chute désastreux.
  • Pour éviter cela, vous pouvez faire un petit test : 10 minutes avant de vous coucher, prenez un verre d’eau tiède avec une généreuse cuillerée de miel d’abeille biologique.

Il s’agit seulement de faire une petite expérience et de voir comment cela agit chez vous.

Il y a des personnes qui peuvent souffrir de l’effet contraire et se réveiller. D’autres cependant voient des effets positifs. Si c’est votre cas, vous savez que c’est la chute de vos niveaux de glucose qui vous réveillent.

3. Contrôlez votre esprit « errant »

Lorsque nous dormons, une partie de notre cerveau dort aussi. Nous disons « une partie » car dans sa grande majorité, il profite de notre inconscience pour réaliser de multiples tâches d’entretien.

  • Parmi les parties du cerveau qui dorment, on trouve le cortex cingulaire postérieur, le cortex préfrontal médian et le cortex pariétal inférieur.
    Ces régions du cerveau régulent les dynamiques psychologiques comme la conscience de soi, la pensée autobiographique, l’esprit analytique et également l’esprit errant.
  • Quand une personne dort profondément, ces « régions » sont désactivées chez elle. Beaucoup de gens qui souffrent d’insomnie présentent une grande activité cérébrale dans ces régions.
  • La raison ? L’esprit erratique ne cesse pas de « divaguer », de penser à ce que l’on a fait ou pas fait, à ce qu’on fera le lendemain, à ce que telle ou telle personne nous a dit, à ce qui inquiète, à ce que l’on a lu ou vu à la télévision…
  • Ce va-et-vient mental est souvent un déclencheur du stress et de l’anxiété, et c’est un cercle vicieux qu’il est très difficile de rompre ou de stopper.
  • Pour y parvenir, il faut créer des habitudes. Par exemple, deux heures avant de se coucher, on peut prendre une douche relaxante et lire un livre.

Découvrez aussi : Comment réguler la mélatonine et mieux dormir

Il faut se dire à soi-même que l’on ne va penser à rien, que l’on va se limiter à naviguer dans son livre, à se laisser porter par une histoire différente de la nôtre.

Il est impératif de reposer l’esprit.

N’hésitez pas à essayer ces conseils tout simples pour voir les résultats qu’ils ont sur votre personne.

 

Image principale de © wikiHow.com

A découvrir aussi