Comment cesser de retourner une pensée dans sa tête

· 30 juin 2017

L’exercice physique est l’une des meilleures manières pour se vider la tête. Si une pensée vous accable ou vous empêche de suivre vos habitudes, allez faire un tour pour arriver à vous en débarrasser.

Retourner une pensée est quelque chose que nous avons tous déjà fait. Ne pas arriver à cesser de ruminer à propos d’une rupture, quelque chose que nous avons dit, qui nous est arrivé au travail…

Ces pensées que nous appellerons obsessives sont fortement liées au fait de ne pas avoir surmonté ce qui est arrivé dans le passé, qui peut être immédiat ou non.

Lisez : L’escalier de la vie : comment vous dépasser chaque jour en 5 étapes

Se libérer de ces pensées est quelque chose de compliqué, mais pas d’impossible.

Pour cela, aujourd’hui nous apporterons quelques conseils pour nous débarrasser de ces pensées obsessives qui nous limitent et nous empêchent de profiter de la vie.

Cesser de retourner une pensée

Commencez en vous bougeant

La meilleure manière de cesser de retourner une pensée est de sortir de l’endroit où nous nous trouvons. Bien souvent, marcher, si c’est possible, dans la nature, est une très bonne option.

Il n’est pas indispensable que nous soyons accompagné-e-s, seul-e-s c’est encore mieux. De cette manière, nous permettrons à ces pensées de couler, qu’elles nous viennent à l’esprit et qu’elles se libèrent.

Marcher nous permettra de nous libérer l’esprit de nos pensées et de voir de plus loin tout ce qui aborde notre esprit et dont nous n’avons pas de raison de continuer de ruminer, à moins d’y avoir trouvé une solution.

L’inutilité des pensées

Comme nous l’avons dit, lorsque nous retournons une pensée c’est qu’il n’y a pas de sortie possible. Toutefois, comme elle nous affecte, nous la retenons, l’attrapons et la mastiquons encore et encore.

Retourner une pensée nous génère beaucoup d’anxiété qui ne fera qu’augmenter, car nous continuons de penser à quelque chose que nous gardons bien présent tandis qu’en réalité, c’est du passé.

Découvrez : Anxiété : 6 remèdes naturels pour la combattre

C’est une manière de souffrir, de nous faire du mal et de ne pas aller de l’avant. Pour cela, réfléchir à la raison pour laquelle nous y pensons tout en avançant peut nous indiquer, clairement, la sortie.

Faisons-nous ce qu’il nous plaît ?

Retourner des pensées a des conséquences dévastatrices. Soudain, nous ne profitons plus de ce que nous faisons, et nous ne prenons plus de temps pour ce que nous aimons et nous commençons à nous renfermer sur nous-mêmes.

Sans nous en rendre compte, nous nous renfermons dans notre zone de confort et nous y restons enfermé-e-s dans notre propre esprit.

Pour commencer à sortir de ce cercle vicieux il est important d’aller marcher puis de penser à ce que nous aimons faire et le faire sans égards.

Lisez : 8 mensonges que les personnes heureuses refusent de croire

Nous pensons que demain nous n’aurons plus aucune opportunité, que ce doit être aujourd’hui même.

Aller au musée, au cinéma, à une fête, sortir entre amis, n’importe quoi ! Mais ne le repoussons pas. De cette manière, nous commencerons à profiter de la vie à nouveau.

Le mindfulness peut aider

La pratique du mindfulness a de grands bienfaits pour cesser de retourner une pensée.

  • Grâce à elle notre anxiété se réduit et nous commençons à observer nos pensées tout en apprenant à les relâcher.
  • Analyser plusieurs fois la même situation ne nous sera pas bienfaiteur, car ce sera comme le chat qui se mord la queue.

C’est ainsi car nos émotions jouent un rôle important et nous amènes à ce tourbillon de pensées qui n’ont pas d’autres fins que de nous faire souffrir.

Demandons de l’aide

S’il nous est trop difficile de sortir de cela, c’est peut-être que nous avons un plus grand problème, comme une dépendance, par exemple.

Demander de l’aide n’est jamais de trop et nous sommes ainsi sûr-e-s de réviser notre esprit, qui en a besoin, ainsi que notre santé physique.

Il se peut que nous découvrions des carences ou un autre type de problèmes que nous ne pensions pas avoir mais qui nous affecte.

Ce n’est pas une bêtise de demander de l’aide si retourner des pensées nous empêche de nous lever du lit, de travailler, d’être productif-ve-s et de profiter de la vie.

Ne partez pas encore ! Avant de le faire ne ratez pas : Le bonheur ne se nourrit pas de rêves, mais de réalités

L’esprit n’est pas quelque chose de facile à dominer. En réalité, plus nous voulons exercer de contrôle sur les idées qui surgissent, moins nous arriverons à gérer tout cela.

Il est important que nous nous rendions compte de ce qu’elles veulent nous dire, de leur finalité et de leur utilité.

Et la majorité des pensées n’ont qu’un objectif : nous faire souffrir davantage.