Être seul-e fait mal mais on ne peut guérir que grâce à la douleur

28 août 2017
Même si cela peut nous faire peur au début, être seul/e permet d'apprendre beaucoup de choses de soi-même, d'investir dans son bien-être et de grandir en tant que personne.

Être seul-e peut être douloureux. Soudain, on n’a personne autour de soi qui pourrait nous accompagner sur ce chemin difficile.

Pourquoi tout le monde s’en est-il allé ? Pourquoi la vie nous laisse-t-elle seul-e parfois ?

Lisez aussi : Solitude accompagnée : quand être avec ou sans toi ne fait pas de différence

La solitude est mal vue car on est considéré comme quelqu’un qui a échoué. Pourtant, parfois, nous n’avons pas d’autre choix que de vivre sa vie,  surtout lorsque nous traversons une mauvaise passe.

Bien que nous la voyions comme une grande ennemie, la solitude est pourtant la meilleure des bénédictions parfois. Car être seul-e fait mal, mais guérit. 

Être seul-e vous aidera à guérir vos blessures

Parfois, la vie nous invite à être seul/e pour pouvoir freiner, écouter son intérieur et savoir vers où on doit se diriger à présent.

Parfois, nous nous perdons en chemin, nous commençons à être malheureux-se et la souffrance se fait de plus en plus présente dans le quotidien. Cela ne disparaît pas et au bout d’un moment, nous n’en pouvons plus.

Peu importe ce que nous sommes en train de vire. Nous avons tendance à croire que les problèmes se trouvent à l’extérieur de nous. Cependant, la solution se trouve bien en nous.

C’est pour cela que vivre en solitude est une excellente opportunité pour se connecter à nouveau à soi-même, pour s’écouter à nouveau et découvrir comment améliorer son existence.

Ne nous plaignons pas de la solitude. Il est vrai qu’au début, nous aurons une tendance à la victimisation, aux questions telles que « Pourquoi cela m’arrive-t-il à moi ? », « Je ne le mérite pas ».

Découvrez : Avant tout, je serai l’héroïne de ma propre histoire, non pas la victime

Pourtant, cela doit se dépasser, pour pouvoir consacrer du temps à soi-même, penser à soi. Se choyer et s’aimer.

Nous découvrirons ainsi que personne ne peut résoudre ce que nous sommes en train de traverser en ce moment. Personne d’autre que nous-même ne le peut.

La solitude vous invite à vous indépendantiser des autres

Être seul/e est une excellente invitation pour toutes les personnes qui souffrent d’un type de dépendance envers les autres, comme la dépendance dans le couple ou même dans d’autres types de relations.

Nous ne pouvons pas passer notre vie à déléguer la responsabilité de notre bonheur à des personnes qui finiront par nous décevoir et par nous faire du mal.

Il est important que nous apprenions à être responsable et à nous rendre compte qu’être bien aujourd’hui ne dépend pas de l’état émotionnel des autres mais bien de nous-même.

Il n’y a qu’ainsi que nous pourrons gérer nos émotions, avoir un certain équilibre et nous sentir bien sans devoir systématiquement regarder au dehors.

Lisez aussi : 5 dangers de la dépendance émotionnelle dans le couple

Car nous sommes les seuls responsables de la manière dont nous nous sentons et si nous permettons à d’autres personnes qu’elles prennent ce pouvoir, c’est alors que nous faisons mal les choses.

Nous ne dépendons de personnes. La solitude nous fait peur, mais parfois elle est bonne pour être conscient-e de cela. Les personnes vont et viennent, abîment et marquent. Mais la personne qui ne vous abandonnera jamais, c’est bien vous !

Être seul-e fait mal

Même si nous considérons la solitude comme une possibilité de guérison, être seul-e fait mal. Très mal parfois. C’est évident. Vous aurez la tentation de revenir en arrière, dans votre zone de confort, mais les choses ne seront pas aussi faciles qu’avant.

Maintenant vous savez ce que signifie être responsable de votre bonheur alors allez-y ! Ce n’est pas si simple, non ?

Quand vous vous focalisez sur vous-même, vous commencez à voir que vous méritez des choses, vous pouvez vous sentir un peu mal car vous avez l’impression d’être égoïste, mais c’est ce qu’il vous faut !

Être suspendu-e à la décision de rupture de quelqu’un d’autre, vouloir toujours plaire aux autres, faire des choses uniquement car on a peur de se retrouver seul-e sont de graves erreurs.

Avant de partir, n’oubliez pas de lire : Le bonheur vient de notre vie intérieure, pas des personnes qui sont à nos côtés

Car vous êtes important-e, car vous méritez de penser à vous. C’est le moment de cesser de sacrifier autant de temps à la manière dont vous pourriez être meilleur-e pour les autres, pour qu’iels vous acceptent et qu’iels vous aiment.

Abandonnez la victimisation et prenez les rênes de votre vie. Vous avez le pouvoir et la volonté de le faire ! Ne perdez plus votre temps.

A découvrir aussi