Je veux un câlin qui fasse disparaître toutes mes peurs

28 avril 2016
Un câlin peut souvent nous apporter des forces pour nous confronter à nos peurs et faire disparaître les préoccupations que les mots ne sont pas capables de dissiper.

Nos peurs prennent de tant de formes et d’origines différentes que parfois, nous nous sentons fragiles et même perdus face à elles.

Nous sommes tous passés par des périodes de difficulté personnelle.

Avoir quelqu’un qui soit capable au moment adapté de nous prendre dans ses bras sans mots, est extraordinaire.

C’est une manière de réaffirmer le lien, de renforcer une relation et de laisser de côté beaucoup des craintes qui altèrent notre bonheur.

Notre cerveau est régi quasiment dans son intégralité par des émotions. Nous sommes des créatures sociales qui recherchent la sécurité, qui luttent pour l’épanouissement personnel et qui ne sont parfois pas aussi fortes qu’espéré.

C’est pour cela que les démonstrations de proximité comme les câlins, sont les meilleurs médicaments pour de nombreux maux.

Les peurs qui nous assaillent lors des moments difficiles

Nous voulons tous des câlins qui éteignent nos peurs, qui nous disent que tout va bien se passer, et que la vie est parfois compliquée mais que nous pouvons compter sur le soutien des personnes qui nous aiment le plus.

Mais… qu’est-ce qui donne à une journée une teinte pleine de désespoir, de tristesse ou de découragement ?

Que vous le croyez ou non, nos émotions sont très sensibles et proviennent de nombreuses causes.

Lisez aussi : Éduquez les enfants au bonheur, non pas à la perfection

Comment-guerir-la-blessure-du-rejet-500x386

Nous allons tout vous expliquer.

Pourquoi suis-je de mauvaise humeur ?

  • Parfois, beaucoup de dépressions sous-jacentes ont comme principale symptômatologie la mauvaise humeur.
    Loin d’écouter les processus intérieurs, nous nous laissons porter par ce mal être, en laissant notre moral se transformer en inquiétude, ou en colère.
  • Tout nous embête et nous ne savons pas très bien pourquoi. Le nom le plus commun pour cela est l’état de dysthymie : un trouble où la mauvaise humeur est chronique, et où l’on s’enfonce petit à petit dans un mal être existentiel et émotionnel.
  • Le simple fait d’être conscient de nos colères et de vouloir comprendre quelle en est l’origine, est déjà un bon début.

Les peurs qui nous assaillent du matin au soir

  • Cela vous est sûrement déjà arrivé : vous vous levez le matin et tout d’un coup, vous vous rendez compte que vous n’allez pas réussir à faire ce que vous deviez faire dans votre journée. Peu importe la météo : les ténèbres envahissent votre esprit.
  • La première chose à faire est d’écarter les causes biologiques. Parfois, une mauvaise alimentation peut rendre notre système immunitaire plus fragile et abaisser nos défenses ainsi que notre moral.
  • Un autre aspect dont il faut tenir compte : les déclencheurs.
    Peut-être que la veille, quelqu’un vous a dit quelque chose, ou que vous avez vu quelque chose qui vous a rappelé un souvenir malheureux du passé.
  • Nous ne nous rendons pas toujours compte des impacts émotionnels. Nous les laissons filer et leurs effets finissent par apparaître tôt ou tard.

Nous vous recommandons de lire : Si quelqu’un ne vous accorde pas de valeur, ne mendiez ni attention ni amour

Souvenez-vous que si quelque chose vous embête, vous fait du mal ou vous inquiète, vous ne devez pas le laisser aller.

Résolvez-le le plus tôt possible pour qu’il ne se transforme pas en colère, en vulnérabilité ou en une préoccupation qui ouvre la porte aux peurs du passé.

Ces câlins qui laissent partir nos peurs

Le soutien émotionnel des personnes qui nous aiment peut nous être d’une grande aide.

Pourtant, nous seuls pouvons faire face à nos peurs, et seule notre volonté nous permettra de les dépasser et de mieux vivre.

Toute période de difficulté demande un effort partagé : notre volonté pour changer et l’aide des personnes aimées.

Calin2

Parfois, les câlins sont le meilleur langage de l’âme

  • Les mots n’offrent pas toujours la thérapie dont nous avons besoin.
    Le fait que l’on nous dise que tout va s’arranger, que la douleur partira demain et que l’on continuera à nous aimer de la même manière, ne nous réconforte pas systématiquement.
  • C’est pour cela que les câlins sont presque toujours les meilleurs agents pour dissuader les peurs et les insécurités.
  • Envelopper l’autre personne avec notre corps suppose un soulagement physique et émotionnel. Nous nous transformons en piliers qui soutiennent l’autre et nous le protégeons, autant de ses peurs intérieures que des dangers extérieurs.

Ne passez pas à côté de cet article : Parfois, tout ce dont nous avons besoin, c’est un câlin qui nous réconforte l’âme

Le monde s’arrête le temps d’un câlin

  • Nous vivons dans une société qui ne jure que par la vitesse, par l’immédiateté et où tout passe et rien ne reste.
    Le travail, les responsabilités et les hâtes font que nous oublions de cultiver les instants de complicité entre nous.
  • Le temps s’arrête avec les câlins. Il n’existe que deux personnes qui laissent de côté leur monde personnel pour s’unir dans une même entité, chargée d’affection et de valeur.
Couple-calin

Il est important de prendre conscience de ces actes d’union entre deux personnes, où le cerveau est réconforté, où le cœur se détend et où l’esprit retrouve tout d’un coup un équilibre, éteignant ses peurs et ses incertitudes.

Pratiquez-le avec les vôtres, votre conjoint, vos enfants, et les gens que vous aimez.

Ce sont de petits gestes qui édifient des mondes entiers de sentiments sincères et tendres. Cela en vaut la peine.

A découvrir aussi