Le microbiote du nouveau-né

Découvrez avec nous quel est le rôle du microbiote du nouveau-né dans la maturation du système immunitaire de l'enfant.
Le microbiote du nouveau-né

Dernière mise à jour : 07 octobre, 2021

Le microbiote du nouveau-né est un enjeu qui gagne en importance ces derniers temps. Et ce, dans la mesure où nous avons découvert qu’il joue un rôle fondamental dans la maturation du système immunitaire de l’enfant et dans la régulation de la muqueuse intestinale.

En outre, un système immunitaire adéquat est essentiel au développement normal de l’enfant. Nous savons aujourd’hui que le microbiote du nouveau-né joue un rôle physiologique déterminant dans l’équilibre organique. De plus, une relation déterminante a été établie entre le microbiote et les maladies dites atopiques.

Nous savons également aujourd’hui que la façon dont le nouveau-né arrive au monde conditionne la composition de son microbiote. En d’autres termes, il change selon que l’accouchement est naturel ou se déroule par césarienne. L’alimentation au lait maternel ou au lait maternisé a également un impact décisif sur cet aspect.

Le microbiote

Le microbiote comprend tous les microorganismes qui se trouvent dans l’intestin, le tractus urogénital et les cavités nasale et buccale. On estime qu’il y a environ 38 millions de bactéries, de 1 000 espèces différentes rien que dans l’intestin,

Le microbiote était autrefois appelé flore intestinale ou flore microbiologique. Sa composition est variée et spécialisée, selon la zone du corps. Ces micro-organismes interagissent avec notre corps et remplissent certaines de ses fonctions.

La composition et la distribution du microbiote entretiennent également un lien étroit avec l’alimentation. À l’heure actuelle, le lien entre le microbiote et certaines maladies atopiques et inflammatoires fait l’objet d’études approfondies.

Le microbiote du nouveau-né

Le microbiote du nouveau-né est déjà présent dans une certaine mesure avant l’accouchement. C’est toutefois à la naissance qu’il commence à se développer. Si la naissance a été naturelle, le bébé acquiert une flore similaire à celle du vagin de sa mère. S’il est né par césarienne, les micro-organismes l’atteignent à travers la peau de la mère et même des médecins.

De plus, l’enfant naît avec un système immunitaire immature, qui commence à se développer précisément grâce au microbiote. Les micro-organismes fournissent le stimulus dont l’organisme a besoin pour activer le système immunitaire.

Les récepteurs qui se trouvent dans les cellules du système immunitaire et qui reconnaissent les bactéries, virus et champignons qui composent le microbiote captent de tels stimuli. Une série de signaux biochimiques se déclenchent ensuite, générant une tolérance immunitaire. C’est-à-dire une tolérance à l’absence de réaction immunitaire contre ces micro-organismes.

Si quelque chose ne va pas, une inflammation se produit. Voyons comment le microbiote se forme.

Le microbiote.

Programmation intra-utérine et colonisation

On pensait autrefois que le fœtus n’avait aucun micro-organisme dans son corps pendant qu’il était dans l’utérus. Les recherches les plus récentes ont réévalué cette idée. On sait en effet aujourd’hui que le microbiote commence à se former à partir du placenta et du liquide amniotique.

Ceci peut aussi vous intéresser : Qu’est-ce qui cause la maladie hémolytique du nouveau-né ?



  • Ruiz Álvarez, V., Puig Peña, Y., & Rodríguez Acosta, M. (2010). Microbiota intestinal, sistema inmune y obesidad. Revista Cubana de Investigaciones Biomédicas, 29(3), 364-397.
  • Barboza, L. (2013). Tolerancia inmunitaria. Avances en Biomedicina, (1), 40-42.
  • La Rosa Hernández, D., Gómez Cabeza, E. J., & Sánchez Castañeda, N. (2014). La microbiota intestinal en el desarrollo del sistema inmune del recién nacido. Revista Cubana de Pediatría, 86(4), 502-513.