Les infections à hantavirus

Les infections à hantavirus provoquent généralement de la fièvre, des maux de tête et des douleurs musculaires généralisées.
Les infections à hantavirus

Dernière mise à jour : 19 septembre, 2021

Nous vivons actuellement une pandémie causée par le coronavirus. Cette situation a mis tout le monde en alerte et nous a amené à nous documenter, craignant que cette situation ne se répète. De sorte que les infections à hantavirus sont devenues populaires.

Les hantavirus sont une famille de virus que l’on trouve chez différents types de rongeurs à travers le monde. Malgré le fait que les infections humaines par ce virus soient rares, leur incidence est en augmentation, ce qui inquiète la population générale.

Ce virus est présent dans l’urine et les fèces des rongeurs. De sorte qu’une personne doit être en contact avec ces animaux et leurs déjections pour se voir infectée. Cette infection peut provoquer deux types de syndrome : un syndrome pulmonaire et un syndrome rénal. Les deux syndromes ont été plus clairement identifiés dans certaines régions de la planète que dans d’autres.

Où ont eu lieu les infections à hantavirus ?

Nous le mentionnions préalablement, les infections à hantavirus sont assez rares. Elles ont été détectées pour la première fois aux États-Unis en 1993. Elles apparaissent habituellement comme des cas sporadiques ou isolés dans un pays.

En effet, le virus se transmet principalement par contact avec les déjections des rongeurs infectés. Des foyers spécifiques avec transmission interhumaine ont été enregistrés, par exemple en Patagonie argentine. Il est vrai qu’il peut se propager via l’inhalation d’air contaminé par le virus.

Les zones où il y a beaucoup de poussière favorisent la transmission de ce virus. Comme nous le soulignions plus haut, l’hantavirus se différencie généralement selon le syndrome clinique qu’il produit.

L’hantavirus découvert aux États-Unis a généré un syndrome pulmonaire. Des cas sont aussi apparus au Canada et dans d’autres pays d’Amérique. Quant au syndrome rénal, on le trouve principalement en Europe, en Chine et en Corée, bien qu’il se soit propagé à d’autres régions.

Infections à hantavirus.

Quels symptômes l’infection provoque-t-elle ?

Les infections à hantavirus se manifestent souvent par des symptômes courants, tels qu’une fièvre soudaine et des maux de tête. L’infection se manifeste normalement au bout de 2 semaines.

Elles peuvent peut également provoquer de la diarrhée, des vomissements et des douleurs musculaires générales. Généralement, les symptômes persistent pendant 4 ou 5 jours, mais dans certains cas documentés, les symptômes ont duré jusqu’à 15 jours.

Outre ces symptômes, comme nous le disions plus haut, les infections à hantavirus peuvent entraîner un syndrome pulmonaire ou un syndrome rénal. Ceux qui développent un syndrome pulmonaire présentent des symptômes similaires à ceux de l‘infection à coronavirus, à savoir une toux et des difficultés respiratoires.

Il s’agit d’une maladie grave qui entraîne la mort dans près de la moitié des cas. Et ce, parce que le liquide s’accumule autour des poumons, affectant sérieusement la capacité pulmonaire.

Lisez également : Une étude confirme l’existence de trois types de coronavirus dans le monde

Syndrome rénal

Les personnes infectées par l’hantavirus qui développent un syndrome rénal présentent également différents niveaux de gravité. La plupart des personnes ont généralement une infection bénigne et presque asymptomatique.

Il existe néanmoins des cas dans lesquels les symptômes sont graves. La personne expérimente en effet une baisse de la pression artérielle, de sorte qu’une insuffisance rénale se développe. Dans ces cas, il est courant de trouver du sang dans les urines.

Insuffisance rénale.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quelles sont les principales séquelles du coronavirus ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Quelles sont les principales séquelles du coronavirus ?

Certains patients peuvent souffrir de séquelles du coronavirus plus ou moins importantes, en fonction de leur état de santé d'origine.