Lorsque nous mangeons nos émotions

Si nous mangeons nos émotions, nous consommerons bien plus d'aliments que nécessaire et n'opterons probablement pas pour les plus sains, car la nourriture deviendra un refuge.

Nous ne mangeons pas seulement de la nourriture. Parfois, nous mangeons aussi nos émotions. Nous les ingurgitons de manière compulsive dans un accès afin d’exprimer quelque chose que nous refoulons.

C’est dommage car depuis tout petits, au lieu de nous apprendre à exprimer ce que nous ressentons, on nous incite à le garder bien au fond de nous.

Lisez : Dire ce que l’on pense est très bénéfique. Êtes-vous prêt-e-s à pratiquer cet art ?

Nous cessons ainsi de pleurer, nous avons honte d’être triste et nous manifestons notre rage sur ceux qui le méritent le moins, car nous ne savons pas être assertifs et dire ce que nous ressentons vraiment.

Mangez-vous parce que vous avez faim ou pour rassasier vos émotions ?

Mangez-vous parce que vous avez faim ou pour rassasier vos émotions ?

Parfois, nous mangeons nos émotions lorsque nous allons à la cuisine sans avoir faim et que nous mangeons la première chose qui nous tombe sous la main (la plupart du temps, ce n’est pas quelque chose de sain).

C’est une manière de recouvrir un vide émotionnel qui nous accable.

Au lieu de le regarder, nous l’évitons, en faisant inconsciemment ce que nous pensons devoir faire parce que nous avons faim alors qu’en réalité, cette faim est émotionnelle.

Les troubles de l’hyperphagie sont un type de maladie qui affecte de nombreuses personnes qui ingèrent de manière compulsive de la nourriture jusqu’à n’en plus pouvoir.

Elles n’ont pas faim et ne sont pas non plus de grands mangeurs. Mais elles ressentent au fond d’elles une grande tristesse qu’elles essaient de combler avec d’énormes quantités d’aliments.

Vous vous rappelez avoir vécu une rupture amoureuse et vous être dégouté de la glace ? Ce que l’on voit si souvent dans les films et qui arrive parfois dans la vie réelle.

Découvrez : 6 signes d’une consommation trop élevée de sucre

C’est l’anxiété qui en est la cause. L’anxiété d’avoir perdu son partenaire et de se retrouver seul, l’anxiété d’avoir perdu son travail ou un être cher…

Nous avons perdu quelque chose, le vide s’empare de nous et la manière (erronée) de solutionner cela est de manger, même sans avoir réellement envie de manger.

De quelles manières mangeons-nous nos émotions ?

De quelles manières mangeons-nous nos émotions ?

Si nous voulons identifier le type d’émotion qui nous accable et que nous n’arrivons pas à libérer correctement, il nous faut observer notre manière de manger.

  • Stress : nous mangeons très vite, sans déguster.
  • Peur : la cuisine et ses aliments deviennent notre « refuge ».
  • Culpabilité : nous mangeons plus que nous ne devrions et en conséquence, nous prenons du poids.
  • Tristesse : nous nous dirigeons toujours vers quelque chose de sucré ou vers « de mauvais aliments ».
  • Vide : nous mangeons de manière compulsive pour se sentir bien et rassasiés.

Vous avez réussi à identifier votre manière de manger ? Nous devons être très honnêtes envers nous-mêmes et ne pas essayer de nous fourvoyer. C’est seulement de cette manière que nous pourrons savoir ce qu’il se passe.

N’oublions pas que la nourriture est un refuge. C’est au travers d’elle que nous essayons de lutter contre ces émotions qui se battent pour sortir et être résolues.

Pourquoi avons-nous envie de nous sentir coupables ? De quoi avons-nous si peur ? Pourquoi nous sentons-nous vides ? La réponse à ces questions sera la clé pour libérer toutes ces émotions.

Lisez : 7 moyens efficaces de détendre votre esprit

Lorsque nous mangeons nos émotions, nous cherchons un remède à nos douleurs, mais en réalité nous nous faisons bien plus souffrir en mangeant plus que ce que nous devrions, en quantité inadaptée et sans avoir réellement faim.

Ne gardez rien pour vous

Ne gardez rien pour vous

Lorsque nous mangeons nos émotions, nous les réprimons. Il est possible que nous ne sachions pas comment les exprimer, parce que nous avons peur de le faire ou parce que nous les réprimons.

Le plus important, c’est de commencer à être conscient que nous nous réfugions dans la nourriture pour éviter d’avoir à gérer une émotion qui se trouve en nous et qui, même si nous l’esquivons, sera toujours présente.

Nous n’avons aucune raison de garder ce que nous avons au fond de nous.

Il est possible que vous deviez regarder jusqu’à l’enfance pour découvrir une blessure qui provoque cette sensation de culpabilité ou le fait que vous gardiez en vous cette tristesse parce que vous avez honte de l’exprimer et de l’accepter.

Avant de partir, ne ratez pas : Vide émotionnel : l’espace que j’ai du mal à combler

Il est nécessaire d’apprendre à se regarder et à analyser ce que nous ressentons afin de gérer nos émotions d’une manière bien plus saine.

Je suis énervé ? Je me sens coupable ? Eh bien je me permets de l’exprimer, que ça sorte sans que ça ne blesse personne.

Les émotions viennent, puis s’en vont. Si elles ne le font pas, elles perdurent, voire s’enkystent. C’est à ce moment-là que nous mangeons nos émotions.

 

Catégories: Bonnes habitudes Étiquettes:
A découvrir aussi