Ma conscience a plus d’importance pour moi que l’opinion des autres

· 29 septembre 2016
Pour atteindre un bien-être total, il est fondamental d'avoir la conscience tranquille. Pour cela, nous devons être fidèles à nos valeurs et éviter les injustices.

On entend souvent dire qu’il n’y a pas oreiller plus confortable qu’une conscience tranquille.

C’est une idée aussi simple que réelle, car notre construction psychologique renferme en son sein une perception de nous-mêmes et du monde, qui doivent cohabiter en harmonie.

Parvenir à ce point d’harmonie dans lequel toutes les choses que nous faisons et disons sont en équilibre avec nos valeurs est l’objectif ultime de notre conscience, c’est un état qui nous permet de vivre bien plus tranquillement.

Nous savons que, pour avoir une conscience tranquille, nous devons nous défaire de certaines batailles personnelles qui nous éloignent de certains univers et groupes sociaux.

Pour atteindre cet état de conscience, nous devons passer par diverses étapes durant lesquelles nous allons petit à petit comprendre quelles sont nos priorités.

Nous vous invitons à réfléchir sur ce sujet.

Le pouvoir d’une conscience tranquille

Certains ne peuvent pas dormir calmement le soir car leur conscience n’est pas en paix.

Ne pas avoir pardonné quelqu’un, avoir mal agi, avoir cédé à quelque chose, avoir hésité face à une situation compliquée ou avoir fuit face à quelqu’un, toutes ces situations peuvent venir nous hanter de manière régulière et créer en nous un malaise profond.

Nous vous recommandons également : Caresser avec l’âme pour atteindre l’intimité du nu émotionnel

Le complexe, mais pourtant si important, concept de la conscience

L’un des plus grands experts du concept de la conscience fut William James.

Le célèbre philosophe et psychologue de la fin du XIXème siècle, frère de Henry James, a établi une division de la conscience en trois parties.

L’égo empirique

Dans cette catégorie, on retrouve tous les aspects que nous nous sommes attribués à nous-mêmes.

C’est dans cette partie de notre conscience que va se former notre estime personnelle : ce que nous sommes, ce que nous aimons, et ce que nous préférons éviter pour ne pas nous faire du mal.

L’égo pur

Dans cet aspect de notre conscience, William James dépeint une dimension davantage spirituelle et intime.

C’est une partie plus profonde de notre être, de laquelle nous ne sommes pas toujours pleinement conscients.

C’est cet instinct qui nous dit que quelque chose ne va pas, que nous devons réagir.

Les variations de l’égo

Enfin, on trouve dans cette partie les changements qui affectent notre cycle vital et qui nous font découvrir, à certaines occasions, d’autres aspects de notre personnalité et de notre conscience.

Nous ne devons pas oublier que nous grandissons chaque jour, et que nous expérimentons pour apprendre.

conscience-e1463396732412

La conscience est une association subtile de ces trois aspects.

Nous disposons tous d’un système de valeurs propre, qui peut varier avec le temps, mais qui constitue toujours une sorte de « boussole interne » qui nous amène à révéler ce que nous sommes réellement dans des situations que nous considérons injustes.

Découvrez : Un esprit reconnaissant est un esprit reposé

Les risques que nous courons en négligeant notre conscience

Grâce à William James, nous savons que la conscience est quelque chose de profondément ancré à notre être, qui nous guide et nous permet de changer, d’apprendre, pour toujours être capables de distinguer le bien du mal.

Nous arrivons à un point de l’article où vous vous demandez peut-être pourquoi certaines personnes agissent en n’écoutant sciemment pas la voix de leur conscience.

Voici quelques raisons pour éclairer vos questionnements :

  • Celui qui est davantage centré sur le monde externe et qui ne se laisse guider que par les autres, ou par la nécessité de plaire aux autres, ne s’écoute pas lui-même. Il ne fait pas attention à sa propre conscience, il se néglige et nourrit son propre mal-être, ses problèmes d’estime personnelle.
  • A l’inverse, il est davantage prédisposé à se focaliser uniquement sur ses intérêts propres, d’une manière purement égoïste, sans tenir compte des autres.
  • La conscience, comme nous le savons déjà, est formée par nos valeurs et par une essence quasi-instinctive, capable de nous indiquer ce qui est bien et ce qui est mal.

Cependant, certaines personnes ne parviennent pas à distinguer ces deux notions, car elles ne recherchent que leur propre bonheur, par tous les moyens, sans avoir de valeurs, sans comprendre ce que sont la noblesse et le respect.

belles-mains-e1444464744101

Apprenez à écouter la voix de votre conscience

Il n’y a rien de plus sain et de plus enrichissant que le fait d’écouter la voix de notre conscience au quotidien.

Il est possible que vous pensiez que c’est quelque chose d’acquis, que vous vous disiez à vous-même que vous le faites déjà et que votre vie avance sous le signe de l’harmonie, que chacun de vos actes résonne de concert avec vos valeurs et votre essence.

Nous vous recommandons également : Quelle que soit votre souffrance, ne blessez pas les autres

Mais parfois, les opinions des autres vous freinent peut-être un peu, tout comme les conventions et les contextes qui font peser sur vous des attentes importantes.

Pour gérer cela, gardez en mémoire les conseils suivants :

  • Si votre conscience vous dit de partir, faites-le.
  • Si elle vous dit de parler et de dire la vérité, ne mentez pas.
  • Si elle vous dit de vous protéger, ne vous négligez pas.
  • Si elle vous dit de rester et d’aider les autres, ne fuyez pas.
  • Si elle vous dit de prendre un risque, ne soyez pas lâche.