Des milliers de personnes sont déprimées sans le savoir : est-ce votre cas ?

Si rien de ce que vous faites ne vous comble, si vous ressentez une apathie constante et que du jour au lendemain, vos problèmes commencent à se transformer en douleurs physiques, il est possible que vous souffriez de dépression.

 

Cela peut sûrement paraître contradictoire : il y a des personnes profondément déprimées qui ne sont pas conscientes de leur réalité intérieure.

Elles ne perçoivent pas le poids de leurs émotions négatives ni cette contradiction psychologique qui tourbillonne dans le nœud de leur esprit.

Cependant, il est évident qu’elles consultent de nombreux-ses psychologues ou médecins traitants alors qu’elles devraient traiter les symptômes secondaires associés.

La douleur musculaire, la mauvaise humeur, la colère, la haine envers soi-même, les changements d’humeur ou le mépris envers tout ce qui les entoure sont des symptômes liés à la dépression.

Les personnes ressentent que quelque chose se passe, que la vie semble désaccordée et étrange, que tout coule dans la direction opposée que ce qu’elles attendent.

Cependant, elles continuent à avancer. Elles le font car elles sont munies de mécanismes de défense grâce auxquels elles s’adaptent bon gré mal gré.

C’est de cette manière que nous taisons nos émotions, que nous avalons nos amertumes, que nous dissolvons notre stress avec l’anxiété. Et l’anxiété, à son tour, débouche sur de nombreuses douleurs psychosomatiques.

Cela peut vous surprendre mais c’est un fait : la dépression cachée existe et des milliers de personnes en souffrent en silence sans le savoir.

Dans cet article, nous allons vous expliquer quelles sont les principales caractéristiques de cette situation complexe.

Les personnes déprimées développent leur vulnérabilité et leur mal être lentement et progressivement

Une grande partie des dépressions n’ont pas de déclencheur ponctuel et objectif, comme une perte, une rupture affective ou le fait de devoir faire face à une situation de chômage.

  • Le plus difficile est que les gens les plus déprimés sont ceux qui, à première vue, ont presque « tout » pour être heureux : une famille, un toit, un emploi…
  • Les psychologues nous indiquent souvent que les sentiments dépressifs poussent comme de la mauvaise herbe dans un beau jardin : il arrive un jour où elles recouvrent tout avec leur épaisse broussaille, leurs épines et leurs arbustes.
  • C’est un mélange subtil où s’entremêlent l’insatisfaction, la léthargie émotionnelle, la sensation de perdre le contrôle sur notre vie.
    On remarque que nous ne faisons rien de qui nous plaît car les obligations nous dépassent un jour, puis un autre et indéfiniment.

Presque sans nous en rendre compte, nous avons tant normalisé ces sensations négatives qu’elles sont devenues quotidiennes et attendues. Nous cessons donc de réagir face à elles.

C’est de là que vient le problème…

Lisez aussi : Vide émotionnel : ce qui vous manque et que vous ne pouvez pas expliquer

Nous n’associons pas forcément ces symptômes à la dépression

Nous allons dans les centres médicaux d’attention primaire car nous sommes épuisé-e, sans énergie.

Le médecin, comme à son habitude, nous fait une prise de sang et après les résultats, nous dit que nous n’avons rien, qu’il suffit d’améliorer son régime alimentaire, de se reposer et de prendre des vitamines.

  • Au bout de quelques mois, nous revenons car nous avons très mal au dos. Le médecin, alors, nous recommande de consulter un-e physiothérapeute.
  • Mais nous demandons rapidement un nouveau rendez-vous car nous souffrons d’insomnie et de nervosité. C’est alors qu’on nous prescrit des benzodiazépines.
  • Pour finir, et face au conseil de cesser le traitement de ces psychotropes pour éviter la dépendance, le médecin nous envoie chez un-e psychiatre qui fera le diagnostic final : dépression.

Il est très probable que pour arriver jusqu’au diagnostic final et sûr, il se passe entre 1 et 2 ans en moyenne, sans que la personne ne sache vraiment ce qui lui arrive.

Une réalité très complexe à laquelle nous devrions faire plus attention.

Lisez aussi : 6 infusions naturelles pour traiter les symptômes de la ménopause

Les personnes déprimées n’acceptent pas leur état

Le mot dépression fait peur. Ce qu’il génère avant tout, c’est du rejet, aussi bien de la part de la personne qui en souffre que de la société et de l’entourage.

  • Nous sommes dans un monde qui continue à penser que « Les personnes déprimées sont tristes et ce n’est rien d’autre qu’une attitude faible et défaitiste car elles ne savent pas faire face aux choses différemment. »
  • Pensez ainsi est une erreur. La dépression, dans n’importe laquelle de ses formes, est une maladie qui doit être traitée de manière multi-disciplinaire, c’est-à-dire avec des médicaments, une psychothérapie et un bon soutien social.
  • Cependant, quand une personne reçoit son diagnostic, elle sent que le monde s’arrête et que tout change.
  • Accepter le problème réel l’oblige à devoir affronter ses démons intérieurs, ses vides, ce tissu brisé du cœur et à mettre de l’ordre dans cet esprit obsédé par la dissimulation des émotions.
    Elle ne doit pas faire comme si de rien n’était pour continuer à être « fonctionnelle ».

Accepter la dépression n’est facile pour personne. Mais il arrivera un moment où il devient impossible d’avancer.

Lisez aussi : La dépression atypique : symptômes du trouble le plus complexe à diagnostique

Comment reconnaître que l’on souffre de dépression ?

Les psychologues ont des points clés qui les orientent pour pouvoir établir un possible diagnostic.

Voici les signes principaux :

  • L’insomnie
  • L’apathie
  • Les changements d’humeur constants
  • Le manque de défense, la sensation que, quoi qu’on fasse, rien ne se passera bien
  • La sensation que l’on n’a le contrôle sur rien.

Ce sont, sans aucun doute, les facteurs les plus récurrents. On peut leur ajouter d’autres problèmes plus graves qui ne passent pas inaperçus pour le/la patient-e, comme les auto-lésions ou les pensées suicidaires.

Apprenons donc à identifier ces facteurs le plus tôt possible et à demander de l’aide. 

 

Image principale de © wikiHow.com

A découvrir aussi