Qu’est-ce que la cataracte ?

Cette pathologie est associée au vieillissement, étant la première cause de cécité réversible dans le monde.

La cataracte est une pathologie oculaire très fréquente. Celle-ci est due à une perte de la transparence du cristallin, la structure de l’œil qui permet de focaliser correctement les objets. Compte tenu de cela, il est difficile d’effectuer différentes activités quotidiennes telles que lire, conduire, etc.

Types de cataracte

Selon son origine, la cataracte peut se diviser en plusieurs groupes :

  • Congénitale : elle apparaît pendant la petite enfance.
  • Secondaire : elle est la conséquence d’un autre processus et peut être :

Toxique

Traumatique

Dérivée d’une autre pathologie oculaire (telle que l’uvéite)

  • Maladies systémiques qui proviennent de certaines maladies (telles que le diabète mellitus et l’hypoparathyroïdie).
  • Sénile : elles est due au vieillissement et est la plus commune. Elle constitue 90% des cas de cataracte.

Cataracte sénile

cataracte sénile

Avec le vieillissement, la prévalence augmente. Ainsi, 60% de la population âgée de 65 à 74 ans souffre de cataracte et ce pourcentage passe à 70% chez les plus de 75 ans. En effet, avec le vieillissement, la transparence du cristallin diminue progressivement en raison de divers facteurs :

  • Facteurs environnementaux :

Radiation solaire

Tabagisme

  • Facteurs métaboliques :

Nutrition

  • Facteurs génétiques

Lisez également cet article : Comment prévenir le glaucome de manière naturelle

Cataracte congénitale

La cataracte congénitale apparaît dès la naissance ou dans la petite enfance, et peut être unilatérale ou bilatérale. Elle survient en raison de multiples facteurs pendant la grossesse. Certaines maladies métaboliques maternelles peuvent provoquer une cataracte congénitale, telles que le diabète mellitus, l’hypocalcémie ou certaines carences nutritionnelles, telles que la carence en vitamine A ou en acide folique.

Les infections intra-utérines sont également une cause importante, la plus fréquente étant la rubéole, qui représente entre 30 et 60% des cas. Le cadre associé à la cataracte peut présenter des microphtalmies, des rétinites pigmentaires, la surdité et une cardiopathie congénitale. Les autres infections sont les oreillons, l’hépatite et la toxoplasmose.

D’autres causes de cataracte, bien que moins fréquentes, sont l’administration de certains médicaments pendant la grossesse, tels que la thalidomide, ou des examens tels que les rayons X. Il convient de noter que certaines maladies chez le fœtus peuvent augmenter le risque de cataracte. C’est le cas de certaines chromosomopathies, telles que le syndrome de Down, ou les maladies métaboliques héréditaires infantiles (celles-ci incluent la galactosémie, l’hypoparathyroïdie ou le syndrome de Lowe).

Les cas de cataracte dus à des anomalies chromosomiques ou à des maladies métaboliques héréditaires infantiles représentent 1% de la population.

Qu’est-ce que produit la cataracte ?

les causes de la cataracte

La cataracte provoque une diminution de l’acuité visuelle. Selon la partie du cristallin qu’elle affecte, la vision pourra varier d’une façon ou d’une autre :

  • La cataracte nucléaire, représentant 30% des cas, et affectant le centre.
  • La cataracte corticale, qui représente 50% des cas et qui est observée avec une lampe à fente comme des opacités triangulaires et radiales.
  • La cataracte sous-capsulaire postérieure, qui représente 20% des cas, dans lesquels l’acuité visuelle diminue avec une lumière intense. Elle peut survenir en raison de traitements aux corticostéroïdes ou à cause du diabète mellitus.

La perte d’acuité visuelle est progressive. Ainsi, il existe différentes étapes de l’évolution de la cataracte :

  • Récente : acuité visuelle entre 0,8 et 1,0. C’est ce qu’on appelle la phacosclérose, il y a un durcissement et une raideur dans le cristallin en raison de l’âge.
  • Développée : acuité visuelle entre 0.1 et 0.5. Le centre de la cataracte est dense.
  • Mature : acuité visuelle inférieure à 0,1. On peut percevoir des mouvements et des variations de la lumière. Le cristallin est blanc, appelé leucocorie et intumescent. On ne peut pas  voir le fond avec une lampe à fente.
  • Hypermature : on ne perçoit que des variations de lumière. Le centre est brun et très inhabituel.

Les symptômes

Un patient souffrant de la cataracte aura une vision floue, comme s’il voyait à travers un épais brouillard, avec une diminution d’acuité visuelle progressive (plus rapide que la cataracte capsulaire postérieure, qui produit en plus une sensation d’éblouissement).

Il est important de demander au patient le taux de progression de la perte de vision. D’autre part, il faut évaluer si les conditions d’éclairage influencent la vision du patient, ce qui rend généralement difficile la vision nocturne. Ces patients signaleront également une diminution de la sensibilité au contraste et une altération de la perception des couleurs.

La cataracte peuvt également présenter d’autres symptômes oculaires, tels que la myopisation ou diplopie monoculaire (communément appelée vision double).

Analyses

examens et analyses de la cataracte

Si une personne soupçonne d’être atteinte de cataracte, il est nécessaire d’effectuer un examen ophtalmologique complet. Lorsque la présence de cataracte est enfin confirmée, d’autres tests seront effectués en cas de chirurgie corrective :

  • Des études biométriques, telles que l’échographie de type A et des études pour déterminer les mesures de la lentille intraoculaire qui sera utilisée pour remplacer le cristallin.
  • Une étude de l’endothélium cornéen avec la microscopie spéculaire. Ceci est important car les cellules de l’endothélium cornéen ne se reproduisent pas. Face à un traumatisme comme la chirurgie de la cataracte, beaucoup de ces cellules se détachent, ce qui peut provoquer des problèmes oculaires à long terme. Il est intéressant de vérifier l’état de ces cellules avant la chirurgie pour éviter de possibles complications.

Traitement

Le traitement est fondamentalement chirurgical. Il s’agit d’une procédure simple et peu invasive qui, en fait, est effectuée sans hospitalisation. En outre, il existe d’autres techniques de recherche qui offriront d’autres alternatives dans l’avenir.

Avant de terminer, ne manquez pas de lire : Ces cornées en hydrogel pourraient rendre la vue à des millions de personnes

Étant donné qu’elles sont élaborées à partir des cellules mères du patient, les cornées en hydrogel sont compatibles et les possibles rejets du système immunitaire sont ainsi évités.

 

Image principale de © wikiHow.com

 

Catégories: Soins Étiquettes:
A découvrir aussi