Qu’est-ce qu’un périnatologue, le spécialiste en médecine materno-foetale ?

19 mai 2018
Dans le cas d'une grossesse à haut risque, votre gynécologue ou sage-femme vous dirigera vers un périnatologue, un spécialiste de la santé maternelle et fœtale qui vous aidera à avoir une grossesse heureuse et un bébé en bonne santé.

Le périnatologue est le spécialiste en médecine materno-foetale. La périnatologie est une nouvelle branche émergente de la médecine dans laquelle les obstétriciens-gynécologues, les pédiatres, les anesthésistes, les chirurgiens pédiatriques et les experts en imagerie convergent.

Ce spécialiste est responsable de l’évaluation et du traitement des grossesses à haut risque, ainsi que des changements fœtaux en fonction de l’état de la mère. Le périnatologue étudie le fœtus à partir de la 28e semaine de gestation (quand il pèse un kilogramme) jusqu’à la première semaine de vie (quand il devient un bébé).

le périnatologue, médecin materno-foetal

Lorsqu’une femme enceinte souffre des affections énumérées ci-dessous, sa grossesse présente un risque élevé. Dans cette optique, votre contrôle médical devrait être confié à un périnatologue.

  • La femme a moins de 18 ans ou plus de 40 ans.
  • Diabète, soit avant la grossesse ou pendant la gestation.
  • Hypertension artérielle, pré-grossesse ou liée à la grossesse.
  • Avoir fait une fausse couche ou une naissance prématurée.
  • Vous avez une maladie sexuellement transmissible.
  • Grossesse de jumeaux ou de plus de bébés.
  • Diagnostic de bébé avec une malformation congénitale ou des problèmes de croissance.

Le périnatologue fournira des recommandations pour les soins de la mère et du fœtus pendant le travail et aidera à l’accouchement du bébé. De plus, il assurera un suivi médical après l’accouchement en cas de complications comme des saignements excessifs, de l’hypertension artérielle, du diabète ou des convulsions.

Voir aussi : 8 conseils pour une grossesse saine

Quelles sont les fonctions d’un périnatologue ?

Le spécialiste en médecine fœto-maternelle réalise des tests et pratique les procédures pour découvrir les anomalies fœtales. De même, dans les cas où les malformations fœtales sont traitables, le périnatologue évalue les possibilités d’appliquer certaines mesures correctives.

Certaines procédures peuvent être très invasives et risquées, comme les interventions directes in utero. Cependant, elles deviennent de plus en plus courantes aujourd’hui.

le périnatologue, médecin des femmes enceintes

1. Procédures de diagnostic prénatal

La surveillance fœtale et l’échographie sont des tests inoffensifs pour le bébé et la mère et n’ont pas de conséquences négatives. Mais il y a d’autres tests qui comportent des risques considérables, il faut donc s’assurer qu’ils sont vraiment nécessaires.

Ultrasonographie

Il s’agit d’une procédure dans laquelle des ondes sonores à haute énergie sont utilisées pour créer des échos et former des images du fœtus. A partir de ces images, il est possible de détecter des altérations dans la formation du bébé. C’est ce qu’on appelle des ultrasons.

Surveillance du fœtus

Elle permet d’obtenir des informations sur la fréquence cardiaque fœtale et l’état de l’utérus en plaçant des électrodes sur la paroi abdominale de la femme. Il y a également la surveillance intrapartum, qui mesure la fréquence cardiaque fœtale en association avec les contractions pendant le travail d’accouchement.

Amniocentèse

Il s’agit du prélèvement d’une petite quantité de liquide amniotique par ponction à l’aide d’une aiguille fine insérée à travers la paroi abdominale et l’utérus. Le but de cette procédure est d’étudier les troubles fœtaux possibles. La ponction est guidée par une échographie.

Le liquide amniotique entourant le fœtus contient des cellules fœtales et des substances  chimiques produites par le fœtus qui sont étudiés dans cette procédure de diagnostic prénatal. Ce test s’utilise pour détecter les anomalies chromosomiques et les malformations congénitales.

périnatologue en plein accouchement

La Cordocentèse  est une technique invasive par laquelle du sang du cordon ombilical est prélevé sur le fœtus. Elle se fait par ponction et le but est de déterminer s’il y a une infection ou une maladie génétique. Ce test doit s’effectuer entre la 17e et la 18e semaine.

Elle est habituellement pratiquée pour confirmer les résultats de l’amniocentèse. Et également, lorsque le liquide amniotique obtenu est insuffisant ou que le résultat n’est pas clair.

Fœtoscopie

Avec un fœtoscope, un instrument d’illumination à fibre optique, le fœtus, le placenta et le cordon ombilical peuvent être examinés directement. Cette procédure s’appelle une fœtoscopie. Le périnatologue insère le fœtoscope dans la paroi abdominale de la mère, guidé par échographie.

La fœtoscopie permet de préciser les procédures à suivre en fonction du diagnostic posé.

Lisez aussi : Facteurs de risque pendant la grossesse

2. Procédures thérapeutiques prénatales

Les procédures thérapeutiques prénatales sont de plus en plus fréquentes. En général, elles sont très invasives. Car elles permettent de corriger certaines anomalies chez le bébé, avant la naissance. Le but de ces procédures est d’inverser les dommages qui se sont produits pendant la grossesse.

Le périnatologue, en tenant compte de l’échographie et de la fœtoscopie, peut corriger des anomalies simples du tube neural. Ou traiter temporairement des problèmes tels que l’hydronéphrose et l’hydrocéphalie.

Ce spécialiste peut également effectuer une cordocentèse à des fins thérapeutiques pour traiter l’anémie. Ou bien l’immunodéficience congénitale, l’insuffisance cardiaque et les arythmies, entre autres problèmes.

L’approche la plus avancée pour traiter les maladies pulmonaires, l’obstruction urinaire ou les cardiopathies congénitales est l’approche directe du fœtus, que l’utérus soit fermé ou ouvert.

Considérations finales

Il est normal pour les grossesses à haut risque requièrent plus de visites chez le médecin et d’échographies que pour les grossesses à faible risque. Évitez de vous alarmer si votre médecin ou votre sage-femme vous demande de consulter un périnatologue.

Au-delà de la nervosité évidente, si vous avez une grossesse à haut risque, voir ce spécialiste est la meilleure option pour vous et votre bébé. Certaines femmes ont une consultation régulière avec leur gynécologue et ne consultent le périnatologue que lors de visites très occasionnelles. Pour d’autres, le périnatologue sera le médecin traitant tout au long de la grossesse.

Lorsque le périnatologue vous dit qu’une intervention est nécessaire, demandez-lui de vous expliquer en détail ce qu’ils va faire. Et également pourquoi il doit le faire et quels risques cela comporte pour vous et votre bébé. Posez autant de questions que vous le jugez nécessaire. L’important est de s’assurer que votre bébé arrive en bonne santé, sans aucun risque pour vous.

 

A découvrir aussi