Selon une étude, les antibiotiques semblent aggraver l'état des défenses contre la grippe

Les antibiotiques sont des médicaments qui s’utilisent pour traiter les infections bactériennes. Leur administration inconsidérée peut entraîner la résistance des micro-organismes.
Selon une étude, les antibiotiques semblent aggraver l'état des défenses contre la grippe

Dernière mise à jour : 13 août, 2021

Une étude récente sur la souris établit que les antibiotiques semblent aggraver l’état des défenses des poumons contre le virus de la grippe. Le mauvais usage des antibiotiques est devenu un problème majeur pour les professionnels de santé. De nombreuses personnes dans le monde entier y recourent sans aucun contrôle médical pour traiter, de manière inefficace, des affections inflammatoires, traumatiques ou virales.

Un groupe de scientifiques du Francis Crick Institute a démontré que les antibiotiques affectent la première ligne de défense immunitaire au niveau pulmonaire. L’étude démontra par ailleurs qu’ils modifient la signalisation des protéines générées par les bactéries intestinales, influençant également cet aspect du système immunitaire.

Déroulement de l’étude

L’équipe de chercheurs a utilisé au début de l’étude un groupe de souris de laboratoire avec une flore bactérienne intestinale saine. Les souris ont reçu un mélange d’antibiotiques dilués dans de l’eau potable pendant plus de 3 semaines. Après cette période, l’équipe inocula le virus de la grippe au groupe témoin.

Elle inocula par ailleurs le virus à un deuxième groupe de souris témoins qui n’avaient pas ingéré d’antibiotiques antérieurement. Les chercheurs espéraient ainsi comparer et analyser les résultats en détail. Deux jours seulement après l’infection, les souris traitées avec des antibiotiques présentaient une population virale dans leurs poumons cinq fois supérieure à celle du groupe témoin.

Les scientifiques décidèrent en outre de réaliser une greffe fécale sur un petit groupe de souris infectées préalablement traitées avec des antibiotiques. Le but était de repeupler la flore bactérienne intestinale qui avait été réduite par l’utilisation des antibiotiques afin d’évaluer le rôle des protéines de signalisation d’origine bactérienne dans la restauration des défenses pulmonaires.

L’axe principal de la recherche était d’évaluer la dynamique de l’interféron dans la pathogenèse de l’infection virale pulmonaire. Il fut possible de démontrer tout au long de cette dernière comment les antibiotiques semblent non seulement détériorer les défenses contre la grippe, mais aussi favoriser le développement de cas cliniques plus sévères.

Un homme qui a la grippe.
La grippe est une infection virale qui ne nécessite pas d’antibiotiques pour sa prise en charge, sauf lorsqu’une surinfection bactérienne s’ajoute, ce qui n’arrive pas toujours.


  • Bradley K, Finsterbusch K, Schnepf D, Crotta S, Llorian M, Davidson S et al. Microbiota-Driven Tonic Interferon Signals in Lung Stromal Cells Protect from Influenza Virus Infection. Cell Reports. 2019;28(1):245-256.e4.
  • Havers FP, Hicks LA, Chung JR, Gaglani M, Murthy K, Zimmerman RK et al. Outpatient Antibiotic Prescribing for Acute Respiratory Infections During Influenza Seasons. JAMA Netw Open. 2018 Jun 1;1(2):e180243.
  • Belkina T, Al Warafi A, Hussein Eltom E, Tadjieva N, Kubena A, Vlcek J. Antibiotic use and knowledge in the community of Yemen, Saudi Arabia, and Uzbekistan. J Infect Dev Ctries. 2014 Apr 15;8(4):424-9.
  • Pestka S, Krause CD, Walter MR. Interferons, interferon-like cytokines, and their receptors. Immunol Rev. 2004 Dec;202:8-32.
  • Pichlmair A, Pollak M, Bergthaler A. Die erste Antwort auf virale Infektionen: Typ I Interferone [The first answer to viral infections: type I interferon]. Berl Munch Tierarztl Wochenschr. 2004 Jul-Aug;117(7-8):252-65.
  • Rönnblom L. The importance of the type I interferon system in autoimmunity. Clin Exp Rheumatol. 2016 Jul-Aug;34(4 Suppl 98):21-4.