Un esprit reconnaissant est un esprit reposé

Pour obtenir un changement positif dans votre esprit, il est important que vous y déterriez toutes les phrases négatives et que vous sachiez voir le bon côté de chaque situation qui se présente.

Un esprit qui est capable de remercier tout ce qui a été vécu, ressenti et ce qui s’est passé pendant sa vie est un esprit qui se permet d’être à l’équilibre et détendu. 

Chacun d’entre nous avons une histoire exclusive et très particulière.

Cependant, il y a des moments où nous nous laissons porter par une sorte de chaos personnel où nous laissons de côté nos priorités jusqu’à oublier cette paix intérieure nécessaire pour remercier ce qui nous arrive.

Il est pourtant important de réfléchir à cet aspect essentiel de l’épanouissement personnel.

Être reconnaissant est une qualité grâce à laquelle nous réussissons à nous accepter nous-même ainsi que tout le chemin par lequel nous sommes passé jusqu’à présent.

Qui ne possède pas un esprit reconnaissant plaint ses carences, chaque erreur commise, chaque échec expérimenté.

Nous sommes tout ce que nous avons vécu, un livre merveilleux et complexe que nous devons lire avec reconnaissance pour continuer à écrire les meilleurs chapitres de notre vie, à l’aide de cette sagesse développée.

Nous allons vous expliquer comment atteindre cela.

L’esprit qui sait remercier et introduire la paix dans le bruit intérieur

Par bruit mental, nous entendons ces mécanismes psychologiques qui nous rendent obsédés par le passé, qui alimentent ces attitudes limitantes qui répètent encore et encore : “je ne peux pas », « j’aurais dû faire cela », j’aurais dû dire cela » ou « je ne vais pas être capable de…”.

Lisez aussi : Les enfants sont la lumière et la joie de leurs grands-parents

D’une certaine manière, tous ces processus intérieurs sont des choses que chacun d’entre nous avons vécues à un moment ou à un autre.

Le stress ou l’anxiété qui se maintiennent en nous provoquent un bruit mental qui fait que notre capacité à être heureux s’estompe petit à petit. 

Face à une situation de stress, notre cerveau change

Une structure directement liée à notre monde émotionnel est l’amygdale cérébrale. C’est une petite structure mais très puissante.

  • Elle est liée à cet instinct de survie qu’est la peur, et à certains neurotransmetteurs de gros impact sur notre organisme et notre comportement tels quel la dopamine, l’adrénaline, les glucocorticoïdes ou la noradrénaline.
  • Face à plus de stress, l’amygdale est plus active et libère de fortes quantités de neurotransmetteurs qui génèrent en nous l’impossibilité de se reposer, l’envie de fuir, une plus grande inquiétude et une plus grande fatigue physique qui arrive presque jusqu’à l’épuisement.
  • Il faut savoir qu’un esprit dominé par les effets de ces neurotransmetteurs implique une impossibilité de se connecter à soi-même.
  • Cela est dû au fait que l’amygdale est liée au cortex préfrontal, une zone où se mettent en marche nos décisions, notre capacité de réflexion et d’analyse.

Plus il y a du stress, moins il y a la capacité d’utiliser des données pour analyser dans le calme nos besoins et établir nos priorités.

C’est quelque chose de subtile et très complexe.

esprit-500x490

Apprendre à remercier pour trouver le calme mental et le bonheur

Comment réussir à remercier ce que l’on est et ce que l’on a, si ce que l’on sent, c’est de la tristesse, de la peur ou du désespoir ?

C’est le principal problème que nous avons avant de pouvoir passer à l’apprentissage du calme intérieur.

C’est pour cela qu’il est nécessaire de commencer à inciter de petits mais de puissants changements.

Vous aimerez savoir que notre esprit et donc notre cerveau ont un capacité exceptionnelle que nous oublions souvent : la neuroplasticité.

Nous vous recommandons de lire : Découvrez comment stimuler votre mémoire en soignant vos émotions

Il suffit de changer de comportements, de débuter de nouvelles habitudes de vie et d’apprendre à penser d’une autre manière pour que notre cerveau établisse de nouvelles connexions, se renforce, accumule de la réserve cognitive et nous permette de nous connecter à notre essence, à notre être. Prenez note.

femme-fleur-sur-la-tete-500x350

  • Éliminez de vos pensées le « temps conditionnel », c’est-à-dire qu’à partir de maintenant, les phrases suivantes sont interdites : « si j’avais fait cela à ce moment-là », « si j’avais ça », « si cette personne avait fait ou avait dit cela ».
  • Apprenez à parler avec vous-même au présent : « Qu’est-ce qui m’arrive ? », « De quoi ai-je besoin ? », « Je peux le faire », « Je veux », « Je souhaite », « Je vois », « Je ressens ».
  • Maintenant, semez dans votre esprit des pensées positives. N’ayez pas peur de le faire et ne pensez pas que le fait d’être plus positif fait de vous quelqu’un de moins responsable ou objectif.

Voir la vie de manière positive est la capacité à porter les lunettes du bonheur et à traiter la myopie de la peur, de l’insécurité.

  • Remerciez chaque chose que vous avez, qui vous enveloppe, qui vous définit. Apprenez à valoriser ce qui fait partie de vous au lieu de vous plaindre de ce que vous n’avez pas, de ce qui s’est passé ou de ce qui ne s’est pas passé.

Nous vous recommandons de lire : Aimez-vous comme vous le méritez et vous serez aimé comme vous le souhaitez

Qui est capable de remercier respire en paix et en tranquillité.

Essayez de le mettre en pratique, formez ce calme intérieur grâce auquel vous pourrez unir vos morceaux brisés et vous souvenir à quel point vous êtes beau et courageux. 

A découvrir aussi