A quoi sont dues les démangeaisons de la peau ?

· 21 septembre 2015

 

Savez-vous pourquoi nous passons une grande partie de notre temps à nous gratter la peau? Cela peut être dû à différentes raisons.

Si vous voulez connaître la raison de vos démangeaisons, n’hésitez pas à lire la suite de cet article. 

Sans vous en rendre compte, vos doigts et vos ongles grattent différentes parties de votre corps.

Peut-être même que tout en lisant cet article, vous commencez à le faire sans vous en apercevoir.

Nul besoin de souffrir d’une maladie pour que la peau nous démange. Le fait de se gratter est une réaction naturelle du corps (suite à un signal du cerveau) pour soulager cette sensation.

Pourquoi la peau nous démange-t-elle ?

En moyenne, nous possédons 2 mètres carrés de peau, ce qui fait de cet organe le plus étendu de tout notre corps.

Ces dimensions sont exposées à de nombreux agents externes de manière directe.

De même, d’autres parties de l’organisme ont leurs propres mécanismes  pour prévenir et se défendre contre ce qu’ils considèrent comme des menaces.

Quand la peau nous démange « normalement », on appelle cela le prurit, ce qui n’est rien d’autre qu’un signal d’alerte que le corps nous envoie. 

Tous les types de stimulants, comme la poussière, le frottement des cheveux ou des vêtements, les insectes, la transpiration, les fragments des feuilles ou des fleurs, etc, peuvent stimuler notre épiderme.

Tout ce qui entre en contact avec notre peau réveille les récepteurs qui donnent le signal d’alarme au cerveau. Ce dernier répond à la sensation de démangeaisons que l’on ressent.

demangeaison_sur_les_doigts-500x320

Le prurit est soulagé quand nous nous grattons mais nous pouvons aggraver la situation si nos doigts ou nos ongles sont sales, ou si nous exerçons trop de pression sur l’épiderme.

Si les démangeaisons sont beaucoup plus sérieuses ou que nous nous faisons du mal, cela peut être la conséquence d’une réaction allergique.

D’autre part, si nous sommes très nerveux, anxieux, stressés ou angoissés, nous avons tendance à nous gratter fréquemment.

Principales causes de démangeaisons

  • Manque d’hydratation
  • Dermatite
  • Psoriasis
  • Rosacée
  • Transpiration excessive
  • Manque d’hygiène
  • Irritation
  • Réaction allergique
  • Usage de produits chimiques puissants
  • Piqûres d’insectes
  • Acariens ou autres micro-organismes
  • Stress
  • Nervosité
  • Anxiété
  • Effets secondaires des médicaments
  • Basses températures

Plusieurs études ont démontré que nous avons des neurones dans le cerveau qui ont une tâche spécifique, qui consiste à indiquer quand quelque chose se pose sur notre peau.

En 2007, une équipe de scientifiques de l’Université de Washington (Etats-Unis) a découvert que nous avons des cellules nerveuses dédiées exclusivement à la gestion de cette sensation de démangeaison.

La recherche développé par un biologiste, un psychiatre et un anesthésiste a été publiée dans la revue  Science.

Les stimulus qui produisent les démangeaisons sont captés par les fibres nerveuses que nous avons sur tout le corps, sous la peau.

Celles-ci envoient un signal au cerveau à travers la moelle épinière. C’est alors que les neurones nous alertent que quelque chose est en train de nous démanger.

Ces terminaisons nerveuses se chargent aussi de nous indiquer quand nous ressentons de la douleur.

Se gratter ou ne pas se gratter, telle est la question

Au moment de nous gratter, avec ce mouvement automatique, nous répondons au stimulus qui nous gêne, pour ainsi dire.

Ce signal inconscient nous informe qu’il y a quelque chose qui provoque une irritation sur notre peau.

Quand nous nous grattons, nous offrons une sensation de soulagement à la zone, car nous enlevons l’agent agresseur.

Le corps arrête d’être en état d’alerte et ne nous envoie plus le signal de démangeaison.

Une autre des conséquences du fait de se gratter est d’étendre la zone de démangeaison.

Nous stimulons une zone plus large que celle qui nous démangeait et ainsi, nous pouvons étendre la menace et le prurit.

Demangeaison-500x334

La même chose survient lorsqu’on tousse ou que l’on éternue. Se gratter est une réaction à un stimulus que nous ne pouvons pas contrôler.

Ainsi, il est bon de savoir, par exemple, quelles sont les choses qui provoquent des démangeaisons et essayer de les éliminer ou de les éviter.

En se basant sur une autre recherche de l’Université de Wake Forest de Winston Salem, aux Etats-Unis, un dermatologue a analysé les images de résonance magnétique qui arrivent jusqu’au cerveau quand nous nous grattons.

Les participants devaient utiliser une brosse pour se gratter la jambe pendant 30 secondes puis devaient se reposer pendant 30 autres secondes.

L’équipe de recherche a découvert que certaines zones du cerveau, associées aux souvenirs et aux émotions désagréables, sont celles qui se « désactivent » quand nous nous grattons.

Peut-être que quand nous nous grattons, nous ressentons une sensation de soulagement et de tranquillité.

Pourquoi la peau nous démange-t-elle plus en hiver ?

Beaucoup de gens expérimentent une augmentation du prurit durant les mois les plus froids de l’année.

Cela est dû au fait que l’épiderme s’assèche à cause des faibles températures, du vent et de la neige.

On en souffre surtout au niveau des mains et du visage, les zones qui sont en contact direct avec le froid.

Cela peut être dû au fait que nous utilisons de l’eau plus chaude qu’en été et ce changement de température assèche encore plus la peau et peut provoquer une dermatite si on y ajoute le savon et les produits vaisselle.

D’autre part, nous utilisons plus de vêtements, qui ne permettent pas à la peau de bien respirer comme elle devrait, d’où la sensation de démangeaison en lien avec les vêtements épais ou en laine.

Une bonne idée pour ne pas se gratter est d’appliquer de la glace sur la zone où se produit la démangeaison à l’aide de compresses froides.

Vous pouvez aussi mettre un torchon imbibé d’infusion de camomille ou appliquer de l’argile verte en cataplasme. N’oubliez pas non plus les merveilleux effets de l’aloe vera pour l’épiderme.