Syndrome d'hypermobilité articulaire : qu'est-ce que c'est et comment y faire face ?

Le syndrome d'hypermobilité articulaire est une pathologie rare et souvent sous-estimée. Il y a des mouvements articulaires plus étendus que ce qui est considéré comme normal, accompagnés de douleur.
Syndrome d'hypermobilité articulaire : qu'est-ce que c'est et comment y faire face ?
Maryel Alvarado Nieto

Rédigé et vérifié par le médecin Maryel Alvarado Nieto.

Dernière mise à jour : 28 octobre, 2022

Le concept d ‘«hypermobilité articulaire» fait référence à la condition dans laquelle les amplitudes de mouvement des articulations sont plus larges que la normale, en tenant compte de l’âge et du sexe de la personne. Pour sa part, le syndrome d’hypermobilité articulaire (JHS) est un trouble dans lequel, en plus de montrer une flexibilité articulaire accrue, d’autres symptômes apparaissent, notamment des douleurs.

Ces manifestations sont invalidantes avec le temps, affectant la qualité de vie.

Il est surprenant de constater que le diagnostic de JHS est généralement tardif. En fait, certains auteurs affirment qu’il est retardé en moyenne de six ans et demi. Apparemment, cela est dû à sa faible fréquence.

De même, il n’est pas possible de montrer une lésion évocatrice de JHS avec les méthodes exploratoires classiques. Cela rend le diagnostic rapide plus difficile.

En quoi consiste-t-il et pourquoi se produit-il ?

Les mécanismes impliqués dans l’origine du syndrome d’hypermobilité articulaire sont en partie méconnus. Cependant, il existe des théories qui associent le JHS à des altérations de certains composants du tissu conjonctif.

Cette suspicion est basée sur le fait que le tissu conjonctif est présent dans tout le corps. Et cela expliquerait à la fois la grande variabilité des symptômes associés et la diversité des organes touchés.

Il semble y avoir une composante héréditaire du JHS, puisqu’un mode autosomique dominant est observé. Cela signifie qu’un enfant d’une personne atteinte du trouble a 50 % de risque d’en souffrir.

La génétique de JHS

Des altérations des fibres de collagène de type III ont été trouvées chez des patients atteints du syndrome d’hypermobilité articulaire. Cela fait apparaître ces fibres minces en microscopie électronique, par rapport à celles de la population générale.

La modification structurelle du collagène génère une faiblesse des tissus qu’il forme, provoquant un grand laxisme dans l’amplitude des mouvements articulaires. En outre, cette faiblesse tissulaire serait responsable des autres symptômes observés chez les patients JHS.

Non seulement il a été possible de reconnaître la mutation du gène codant pour le collagène, mais une altération du gène de la glycoprotéine ténascine-X a également été trouvée. Cependant, il n’est présent que chez 5 à 10% des patients, donc une étude génétique normale n’exclut pas le JHS.

La composante génétique du syndrome d'hypermobilité articulaire.
La composante génétique du JHS peut exister, mais elle n’explique pas toujours 100% des cas.


Comment peut-il être diagnostiqué?

Le syndrome d’hypermobilité articulaire est difficile à diagnostiquer, car il n’existe pas de tests complémentaires disponibles pour le confirmer. La suspicion est clinique dans son intégralité et, par conséquent, le diagnostic doit être posé en excluant d’autres pathologies.

Il existe plusieurs critères utiles pour le médecin. La plus largement acceptée aujourd’hui est celle décrite par Brighton.

Rechercher d’autres altérations et complications

JHS se voit attribuer une composante bénigne, afin de le différencier des autres troubles du tissu conjonctif considérés comme plus graves. Cependant, les symptômes qu’elle produit peuvent être dévastateurs, en raison de la diminution de la qualité de vie.

De même, une fréquence plus élevée de pathologies a été associée chez les patients atteints de JHS, ce qui rend nécessaire d’exclure ces maladies :

L’état du tissu conjonctif rend le patient plus à risque de développer des luxations et des tendinites, et plus sensible à l’ostéopénie et aux fractures. De même, en raison de la faiblesse accrue de la paroi abdominale et du plancher pelvien, des hernies et un prolapsus de l’utérus et du rectum se produisent également.

Diagnostics différentiels

Le JHS étant un diagnostic d’exclusion, il est important d’exclure d’autres pathologies :

Hernie inguinale chez un patient présentant une hypermobilité articulaire.
Les hernies sont plus fréquentes chez les patients atteints de JHS, car la paroi abdominale est plus lâche.

Comment traiter le syndrome d’hypermobilité articulaire ?

Il n’y a pas de traitement spécifique pour gérer JHS, donc les médicaments utilisés tentent de contrôler les symptômes dans les phases aiguës. Pour cela, des antalgiques comme le paracétamol (toujours avec prescription médicale) sont proposés.

Les anti-inflammatoires ne sont pas considérés comme le premier choix en raison de leurs effets indésirables. De même, les opioïdes sont déconseillés chez la plupart des patients.

La perception de la douleur a une composante émotionnelle difficile à traiter. Cela permet de prescrire des antidépresseurs et certains anticonvulsivants. L’utilisation de ces médicaments ne doit pas être prolongée pendant une longue période.

Vitamines et syndrome d’hypermobilité articulaire

Certaines études suggèrent de prescrire un supplément de vitamine C comme adjuvant dans la synthèse du collagène. Cependant, en ce qui concerne la consommation de collagène, rien ne prouve qu’il ait une quelconque utilité.

En cas d’ostéopénie, du calcium et de la vitamine D doivent être prescrits ; si nécessaire, y compris les bisphosphonates. Il est indicatif pour traiter toute pathologie sous-jacente et réduire le surpoids.

Rééducation du patient avec JHS

Pour conclure, il est important de souligner que, bien qu’il n’y ait pas de traitement spécifique, la thérapie est essentielle chez ces patients. Un conditionnement physique progressif vous permet de renforcer vos muscles et d’améliorer votre posture, mais l’exercice doit être régulier et à faible impact.

Le but est d’obtenir des mouvements articulaires coordonnés qui réduisent les microtraumatismes. Par conséquent, la physiothérapie est essentielle.

De même, une marche rapide de 30 minutes par jour sur un terrain plat, avec des chaussures adaptées, est recommandée. Certains auteurs recommandent l’utilisation de dispositifs de soutien, tels que des semelles intérieures, des genouillères et des ceintures lombaires.

La thérapie cognitivo-comportementale et les techniques de relaxation se sont également révélées utiles dans la gestion de ce trouble.


  • Belmonte, M.; Castellano, J.; Román, J.; Rosa, J.; Enfermedades Reumáticas. Actualización SVR; Sociedad Valenciana de Reumatología; Imprenta Narcea S.A.; 2013.
  • Carbonell, N.; Rodríguez, A.; Rojas G.; Barragán J.; Orrantia M.; Rodríguez, R.; Síndrome de Hipermovilidad Articular; Acta Ortopédica Mexicana; 34 (6): 441 – 449; 2020.
  • Yunchoy, H.; Síndrome de Hipermovilidad Articular; Reumatología; 17 (2): 74 – 80; 2001.
  • Giraudet-Le Quintrec, J.; Legoupil, N.; Síndrome de Hipermovilidad Articular Benigna; EMC – Aparato Locomotor; Elsevier; 43 (2): 1 – 9; 2010.
  • Takahashi, C.; Parreño, J.; Análisis de los Tratamiento Farmacológicos y no Farmacológicos en el Síndrome de Hipermovilidad Articular (SHA) Durante el Periodo 2017 al 2021: Una Revisión Sistemática; Diagnóstico; 71 (2): 74 – 82; 2022.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.