Comment détecter et prévenir les anévrismes ?

 

Dans la définition médicale, un anévrisme correspond à l’élargissement anormal d’une artère, provoqué par la fragilité de la paroi d’un vaisseau sanguin.

Cette anomalie affecte davantage les femmes après 50 ans. Découvrez dans cet article comme détecter et prévenir les anévrismes.

Que faut-il savoir sur l’anévrisme ?

On ne sait toujours pas quelle sont les causes d’un anévrisme, car certaines personnes en souffrent depuis leur naissance et d’autres, à cause du passage du temps.

Ils se forment le plus fréquemment dans la grosse artère qui sort du coeur (l’aorte), derrière le genou (l’artère poplitée), dans le cerveau, dans l’intestin (l’artère mésentérique) et dans la rate (l’artère splénique). Ce dernier cas est très fréquent chez les femmes enceintes.

Les symptômes de l’anévrisme dépendent de la zone où il s’est développé.

S’il se trouve près de l’extérieur du corps, il provoque des douleurs, des gonflements et une protubérance que l’on peut sentir au toucher.

Quand les anévrismes sont dans les zones internes ou dans le cerveau, ils ne présentent pas de symptômes.

Dans le cas de l’anévrisme cérébral, il peut s’étendre sans exploser, faire pression sur les nerfs et provoquer des maux de tête, une vision double, des vertiges, des tinnitus (acouphènes dans les oreilles), une perte d’orientation, une rigidité au niveau du cou, une difficulté à articuler, une difficulté d’expression orale, une sensibilité à la lumière, des vomissements, des convulsions ou des évanouissements.

anevrisme

Si l’anévrisme se rompt, il provoque une hypotension artérielle, des douleurs, des nausées et une fréquence cardiaque accélérée. De plus, quand cela arrive, les risques de mort sont plus élevés.

Près de 5% de la population souffre d’anévrisme cérébral et les personnes les plus exposées sont celles qui ont des antécédents familiaux ou qui ont des problèmes des circulation sanguine.

Comment se détecte un anévrisme ?

Nous nous référons à l’anévrisme cérébral, le plus grave et le plus dangereux de tous.

Si la rupture d’une artère est découverte à temps, il possible d’éviter la mort du patient. Souvent, cette pathologie est liée aux habitudes et à d’autres maladies.

La réactivité immédiate peut permettre à la personne de rester en vie. Le temps maximal estimé pour agir à temps est d’une demi-heure.

Il est nécessaire de faire très attention car seulement 40% des anévrismes sont détectés à temps.

cephalee-tensionnelle

Etant donné que la plupart des personnes affectées ne souffrent pas de symptômes et que les anomalies sont détectées uniquement quand on réalise des examens médicaux de routine, nous ne savons pas comment réagir face à une attaque.

Quand l’artère n’est pas encore rompue, cela provoque une céphalée sentinelle, des maux de tête importants qui ne passent pas sans prendre de médicaments.

Si la douleur persiste, il est nécessaire d’aller chez le médecin. C’est quelque chose de sérieux qu’il faut prendre en compte.

Peut-être que l’anévrisme s’est ouvert et a provoqué une hémorragie entre le cerveau et la fine couche des tissus qui protège le système nerveux central.

La céphalée est très brutale et empêche même d’ouvrir les yeux. Elle est associée à des nausées, à des vomissements, à la perte de sensibilité dans l’un des côtés du corps, à la vision double ou floue, au manque de force et à la perte de conscience.

Etant donné que seulement la moitié des patients survivent après un anévrisme et qu’un grand pourcentage d’entre eux souffrent de séquelles neurologiques, il est primordial de se rendre aux urgences ou d’appeler un médecin à domicile quand les maux de tête sont insupportables et qu’ils ne sont pas produits par un facteur externe comme un coup, une chute, un accident, etc.

Comment éviter un anévrisme ?

La prévention est la meilleure manière d’éviter un cas d’anévrisme. Pour cela, il faut suivre ces conseils:

Allez chez le médecin

Réalisez un check-up annuel complet qui inclue tous les examens que le professionnel considère pertinents, en lien avec l’âge ou l’état du patient.

Il est bon de dire au médecin quels sont nos antécédents familiaux. Si l’un de vos proches a souffert d’un anévrisme, n’hésitez pas à lui faire savoir.

cephalee

Dans ce cas, il est possible de réaliser différents examens afin d’écarter tout type d’anomalie.

La tomographie numérique (aussi appelée TDM ou scanner), la résonance magnétique, l’analyse du liquide céphalo-rachidien et l’angiographie cérébrale sont les méthodes disponibles à l’heure actuelle.

Ayez une vie plus saine

Parmi les bonnes habitudes qui peuvent vous permettre d’éviter un anévrisme, il faut évoquer le fait d’arrêter de fumer, de modérer sa consommation d’alcool, de ne pas abuser des drogues ou des médicaments, de suivre un régime alimentaire sain et équilibré, de faire du sport entre deux et trois fois par semaine, d’éviter le surpoids, de contrôler le cholestérol et de surveiller sa tension.

Contrôlez votre stress

Si vous réduisez votre nervosité et votre anxiété, vous aurez moins de probabilités de souffrir d’un anévrisme.

Faites ce qui se trouve à votre portée afin de vous tranquilliser, évitez tout ce qui peut vous faire vous sentir mal, et essayez de trouver une solution aux problèmes à temps pour ne pas les transformer en problèmes graves.

Il est également bon de vous reposer et de prendre des vacances quand vous en avez besoin.

N’oubliez pas de dormir entre 6 et 8 heures chaque nuit car cela primordial pour votre santé.

Réalisez toutes les activités qui vous font plaisir comme, par exemple, lire, aller au parc, jouer avec vos enfants ou vos petits-enfants, prendre soin des plantes du jardin, jouer aux échecs, prendre des cours de yoga ou de pilates, nager, apprendre à jouer d’un instrument etc.

La méditation peut également vous aider à réduire le stress et à éviter ainsi un anévrisme. 

Catégories: Soins Étiquettes:
A découvrir aussi