Que provoque l’excès de souffrance dans notre cerveau ?

13 février 2019
D'une certaine manière, il est nécessaire de connaître la souffrance pour apprendre, pour grandir en tant que personne et pour tirer des enseignements de nos erreurs et de nos échecs.

L’excès de souffrance au niveau cérébral, va entraîner une certaine fragilité, de laquelle naîtra de la colère, de la frustration ou de la dépression. Mais cela va aussi de faire grandir. Comme le dit le proverbe, “les racines des arbres poussent davantage durant les orages”.

Découvrez-en un peu plus aujourd’hui sur ce sujet.

1. La souffrance, sculptrice de notre cerveau

Il est certain que vous vous en êtes déjà rendu compte. Expérimenter, tout au long de notre vie, un excès de souffrance, soumet notre cerveau à de profonds changements qui affectent inévitablement notre personnalité.

Pensez par exemple, aux enfants. Notamment à ceux qui ont eu une enfance douloureuse et qui ont souffert très jeunes, d’abus de la part d’adultes.
Les médecins et les psychiatres nous disent que dans certaines cas, la souffrance est similaire à celle que peut ressentir un soldat sur un champ de bataille.

Une peur continue, de fortes doses d’anxiété, et une tristesse continue sont expérimentées par les personnes qui traversent ce genre d’épreuves. Cela se traduit par des altérations au niveau cérébral et par la libération de certains neurotransmetteurs. Des zones associées à la peur et à la douleur sont stimulées, comme l’amygdale ou le cortex insulaire.

Sur le long terme, cette stimulation engendre des conséquences au niveau de la personnalité. Manque de confiance en soi, colères répétées, possibilité de souffrir de dépression, et parfois, excès de violence.

Lisez aussi : 5 conseils pour prévenir la dépression

Évidemment, chaque personne est différente et ne ressentira pas la même chose. Mais il y a de fortes possibilités que ces personnes souffrent des symptômes dont nous venons de vous parler. Imaginez par exemple un couple au sein duquel se produisent des violences conjugales.

2. La souffrance, maîtresse de leçons de vie

L excès de souffrance, maîtresse de leçons de vie

La vie n’est pas un long fleuve tranquille, fait de bonheur perpétuel. Ce n’est pas un chemin droit, sans obstacle.

Il est important de savoir que la vie a ses moments joyeux, desquels nous pouvons apprendre beaucoup, mais sans aucun doute, la souffrance est l’un des grands professeurs de notre existence. C’est peut-être même le meilleur, et le plus impitoyable.

D’après une expression un peu caricaturale, celui qui n’a pas souffert n’a pas vécu. Nous devons tous apprendre de nos échecs, de nos erreurs.

Celui qui n’apprend pas de ses erreurs ne comprend pas ce que la vie est un apprentissage continu. Celui qui n’apprend pas de ses défaites est incapable d’aller de l’avant pour les dépasser, et devenir plus fort.

La souffrance n’est pas quelque chose d’agréable. Mais elle ne doit pas devenir un mur qui encercle votre vie, et qui vous ferme toutes les portes. N’oubliez pas que votre estime personnelle, votre force intérieure et votre volonté doivent être les moteurs qui alimentent votre capacité à vaincre la souffrance.

3. L’excès de souffrance ne demande qu’à se libérer

L excès de souffrance ne demande qu'à se libérer

N’accumulez pas trop de d’excès de souffrance dans votre vie, sans jamais lui faire face.

Vivre perpétuellement avec cette douleur entraine de nombreux problèmes dans votre cerveau, comme une forte production de cortisol, des niveaux de stress élevés, des difficultés pour réaliser de nouveaux apprentissages, des troubles de la mémoire, etc.

Lisez aussi cet article: 7 plantes médicinales pour dire adieu au stress

Cela va vous affaiblir petit à petit, en affectant votre santé et votre équilibre émotionnel. Il ne tient qu’à vous de vous libérer, alors faites-le! Personne ne mérite de souffrir de manière perpétuelle.

Si quelqu’un vous fait du mal, réagissez. Si quelque chose vous oppresse et vous coupe la respiration, fuyez ou faites-lui face. Libérez toutes vos larmes, criez si vous en avez besoin. Élevez la voix et cassez ces murs qui vous font du mal et que vous ne méritez pas de subir.

Cherchez cette clé qui vous offrira la solution à vos problèmes, car elle est toujours à portée de votre main. Tous les efforts sont récompensés, et votre santé vous en remerciera.

  • Blume, S. R., Padival, M., Urban, J. H., & Rosenkranz, J. A. (2019). Disruptive effects of repeated stress on basolateral amygdala neurons and fear behavior across the estrous cycle in rats. Scientific Reports9(1), 12292. https://doi.org/10.1038/s41598-019-48683-3
  • Carroll, D., Ginty, A. T., Whittaker, A. C., Lovallo, W. R., & de Rooij, S. R. (2017). The behavioural, cognitive, and neural corollaries of blunted cardiovascular and cortisol reactions to acute psychological stress. Neuroscience & Biobehavioral Reviews, 77, 74–86. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6741350/
  • Cassiers, L., Sabbe, B., Schmaal, L., Veltman, D. J., Penninx, B., & Van Den Eede, F. (2018). Structural and Functional Brain Abnormalities Associated With Exposure to Different Childhood Trauma Subtypes: A Systematic Review of Neuroimaging Findings. Frontiers in Psychiatry9, 329. https://doi.org/10.3389/fpsyt.2018.00329
  • Evans, L. D., Kouros, C., Frankel, S. A., McCauley, E., Diamond, G. S., Schloredt, K. A., & Garber, J. (2015). Longitudinal relations between stress and depressive symptoms in youth: coping as a mediator. Journal of Abnormal Child Psychology43(2), 355–368. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4284153/
  • Horiuchi, S., Tsuda, A., Aoki, S., Yoneda, K., & Sawaguchi, Y. (2018). Coping as a mediator of the relationship between stress mindset and psychological stress response: a pilot study. Psychology Research and Behavior Management, 11, 47–54. https://doi.org/10.2147/prbm.s150400
  • Jiang, D. G., Jin, S. L., Li, G. Y., Li, Q. Q., Li, Z. R., Ma, H. X., Zhuo, C. J., Jiang, R. H., & Ye, M. J. (2016). Serotonin regulates brain-derived neurotrophic factor expression in select brain regions during acute psychological stress. Neural Regeneration Research11(9), 1471–1479. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5090852/
  • Johnson, J. D., Barnard, D. F., Kulp, A. C., & Mehta, D. M. (2019). Neuroendocrine Regulation of Brain Cytokines After Psychological Stress. Journal of the Endocrine Society, 3(7), 1302–1320. https://doi.org/10.1210/js.2019-00053
  • Kertser, A., Baruch, K., Deczkowska, A., Weiner, A., Croese, T., Kenigsbuch, M., Cooper, I., Tsoory, M., Ben-Hamo, S., Amit, I., & Schwartz, M. (2019). Corticosteroid signaling at the brain-immune interface impedes coping with severe psychological stress. Science Advances, 5(5), eaav4111. https://doi.org/10.1126/sciadv.aav4111
  • Laurent, H. K., Gilliam, K. S., Wright, D. B., & Fisher, P. A. (2015). Child anxiety symptoms related to longitudinal cortisol trajectories and acute stress responses: evidence of developmental stress sensitization. Journal of Abnormal Psychology124(1), 68–79. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4351756/
  • Picard, M., & McEwen, B. S. (2018). Psychological Stress and Mitochondria. Psychosomatic Medicine, 80(2), 141–153. https://doi.org/10.1097/psy.0000000000000545