5 aliments que vous devriez éviter si vous souffrez d’hyperactivité vésicale

· 1 octobre 2018
Bien que les aliments épicés présentent de nombreux avantages, en cas d'hyperactivité vésicale, il est préférable d'éviter leur consommation, car ils peuvent irriter les tissus et favoriser la miction.

On parle d’hyperactivité vésicale lorsque la vessie produit un besoin urgent et soudain d’uriner.

C’est un syndrome causé par la contraction involontaire des muscles qui entourent cet organe, ce qui peut produire des fuites d’urine incontrôlables (incontinence impérieuse).

Pour les personnes qui en souffrent, c’est très embarrassant, non seulement parce que c’est difficile à contrôler, mais parce que les fuites urinaires sont honteuses et peuvent limiter la vie sociale et professionnelle.

Le plus problématique, c’est que beaucoup de personnes ignorent le problème, et ne fournissent pas un traitement rapide, développant une incontinence sévère et d’autres infections urinaires.

Pour cette raison, il est important de savoir quelles mesures prendre pour contrôler l’hyperactivité vésicale et quels aliments peuvent avoir des effets nocifs lorsqu’ils sont intégrés à l’alimentation.

Dans cet article, nous souhaitons passer en revue pour vous certaines de ses principales causes et vous donner 5 aliments qu’il vaut mieux éviter pour éviter d’autres complications.

Quelles sont les causes de l’hyperactivité vésicale ?

La vessie hyperactive se développe lorsque les muscles autour de cet organe commencent à se contracter involontairement, même si l’urine stockée est minime.

Cette contraction déclenche un besoin urgent d’uriner, qui se termine souvent par des fuites non désirées si la personne ne va pas immédiatement aux toilettes.

Facteurs de risque

La perte de contrôle de la vessie peut avoir des causes inconnues. Cependant, plusieurs déclencheurs ont été associés à son développement :

  • Consommation excessive de liquides
  • Troubles neurologiques
  • Médicaments diurétiques
  • Infections aiguës des voies urinaires
  • Diabète
  • Elargissement de la prostate
  • Constipation
  • Déficience de la fonction cognitive due au vieillissement
  • Consommation excessive de caféine ou d’alcool
  • Anomalies dans la vessie, telles que des tumeurs ou également des caillots
  • Vidange incomplète de la vessie
  • Hernie discale
  • Stress

Les symptômes de la vessie hyperactive

les symptômes de l'hyperactivité vésicale

Le syndrome de l’hyperactivité vésiculaire produit une série de changements dans les habitudes de miction. Ses principaux symptômes comprennent :

  • Besoin urgent et soudain d’uriner
  • Perte involontaire d’urine
  • Mictions plus fréquentes, à savoir huit fois ou plus tout au long de la journée
  • Besoin d’uriner la nuit (également appelé nycturie)

Quels sont les aliments qui devraient être évités en cas d’hyperactivité vésicale ?

La consommation excessive de certains aliments peut être dangereuse pour les patients souffrant d’hyperactivité vésicale, car ces composants augmentent l’irritation et l’inflammation de cet organe.

Il est très important de limiter votre consommation de ces aliments, au moins pendant le traitement, car ils peuvent interférer dans le processus de récupération.

1. La tomate

 

Nous ne pouvons pas nier que la tomate est l’un des aliments les plus nutritifs. Cependant, dans le cas des patients atteints de ce trouble de la vessie, ce n’est pas le plus adapté.

  • Ce fruit contient des acides qui irritent les voies urinaires et les tissus de la vessie. Son effet diurétique augmente la production d’urine et peut provoquer de plus grandes fuites.
  • D’autre part, il peut être bien pire lorsque la tomate est cuite, étant donné que son acidité s’intensifie, et que parfois, du sucre y est ajouté.

Lisez également : Délicieuses recettes de soupe à la tomate faites maison

2. Le café

Le café, et en général les aliments contenant de la caféine, peuvent avoir des effets néfastes sur les patients ayant des difficultés à contrôler l’urine.

  • Ce stimulant peut provoquer une hyperactivité cérébrale et une nervosité, même lorsqu’il est consommé à petites doses.
  • Ces conséquences interfèrent avec les fonctions de la vessie, augmentant le besoin de la vider, même quand il y a peu de liquide à expulser.

3. Les aliments épicés

 

De nombreux condiments épicés contiennent des nutriments bénéfiques pour la santé. Malgré cela, ils ne sont pas conseillés en cas de problèmes dans la vessie et les voies urinaires. En raison de l’irritabilité qu’ils peuvent causer aux tissus.

  • Les plats épicés déclenchent une réponse inflammatoire qui peut gêner le travail de la vessie.
  • L’idéal est d’exclure le poivre de Cayenne, les piments, le curcuma. Et également tout condiment ayant cette caractéristique du régime alimentaire.

4. Les jus d’agrumes

Ils sont délicieux et représentent une source importante de vitamine C. Cependant, en raison de leur forte concentration en acides, ils ne doivent pas être ingérés par les patients souffrant d’hyperactivité vésicale.

  • Leur composition peut augmenter l’irritation de la vessie, augmentant les contractions qui produisent le désir d’uriner.
  • En outre, ils ont un léger effet diurétique qui peut également favoriser l’expulsion des fluides, augmentant les fuites.

5. La nourriture sucrée

éviter les aliments trop sucrés en cas d'hyperactivité vésicale

Toutes sortes d’aliments sucrés, y compris les desserts contenant des édulcorants artificiels, ont des effets néfastes sur le corps lorsqu’ils sont consommés en excès.

A consulter aussi : Comment éliminer l’excès de sucre dans le corps ?

  • Le sucre raffiné irrite les muqueuses du corps et augmente les déséquilibres du niveau d’inflammation.
  • Cela influence les déséquilibres des habitudes de miction et l’apparition de douleurs et de brûlures dans la vessie.
  • Essayez également d’éviter les pâtisseries industrielles, les bonbons et les aliments sucrés.

Si vous avez des problèmes d’hyperactivité vésicale, consultez un médecin. Bien qu’il y ait certains facteurs qui ne puissent pas être contrôlés, il existe des thérapies et des médicaments qui peuvent aider à les réduire afin qu’ils n’affectent pas votre qualité de vie.