5 erreurs commises par les personnes jalouses

30 septembre 2020
La jalousie est l'une des principales causes de détérioration et de rupture d'une relation. Il est donc important de maîtriser ce sentiment.

De nombreuses personnes considèrent que la jalousie est la démonstration de l’amour envers son partenaire. Toutefois, ce type de sentiments et d’attitudes sont davantage liés à l’insécurité et la faible estime de soi, même s’ils sont infondés. Nous avons tous été des personnes jalouses à un moment donné. Mais il faut être conscient qu’il existe certaines différences entre se sentir jaloux de manière inconsciente et ponctuelle et un comportement toxique qui peut détruire l’autre et soi-même.

Ces erreurs peuvent effectivement coûter la santé, aussi bien physique qu’émotionnelle, de la personne qui subit la jalousie. Nous vous expliquons donc les comportements les pus dangereux associés à la jalousie.

Erreurs des personnes jalouses dans une relation

Si la plupart des jalousies sont liées à la personne qui les ressent et à ses peurs, il existe également quelques situations qui font partie de jeux amoureux dysfonctionnels et qui déterminent les relations entre les partenaires.

1. Les personnes jalouses accaparent leur partenaire et l’épuisent

Erreurs des personnes jalouses.

Les personnes jalouses manquent énormément de confiance en elles et c’est pourquoi elles essaient à chaque instant de contrôler leur partenaire. Elles le veulent seulement pour elles. Elles ne supportent pas l’idée qu’il puisse s’intéresser à une autre personne.

Cela peut provoquer que l’autre personne ressente une forte pression et désire un peu d’espace dans sa relation. Etouffer son partenaire peut provoquer ce que l’on ne souhaitait pas : la rupture. Toutefois, les personnes jalouses ne se rendent pas compte de ce que peut ressentir leur partenaire. En effet, leur jalousie inhibe l’empathie et les empêche de se connecter avec les sentiments de l’autre.

Lisez également: Apprenez à fixer des limites dans vos relations personnelles

2. Elles cherchent constamment des preuves

On connaît bien “l’effet pygmalion” : lorsqu’une personne pense que quelque chose va se passer ou agit comme si c’était déjà arrivé, cela finit par arriver. C’est ce qui arrive aux personnes jalouses qui sont sans cesse à la recherche d’un signe qui leur prouve que leur partenaire est infidèle.

N’importe quel message ou contact avec quelqu’un peut provoquer une dispute pleine de reproches et de phrases du type “tu ne m’aimes plus !“. Ce type d’attitude peut provoquer qu’au final, elles trouvent ce qu’elles cherchaient.

3. Les personnes jalouses refusent de demander de l’aide

Le côté négatif de la jalousie et de croire que c’est un sentiment normal ou qui prouve son amour pour l’autre, est que les personnes qui l’éprouvent refusent de croire qu’elles représentent un problème pour leur relation. Ceci provoque une usure considérable dans le couple. En outre, avec le temps, la relation finisse par devenir très toxique pour les deux.

Demander de l’aide représenterait quelque chose de très positif. Ainsi, la communication dans le couple s’améliorerait et la jalousie deviendrait une croyance infondée et le fruit de peurs qui n’ont pas de raisons d’être.

4. La jalousie ne s’arrête pas du jour au lendemain

Un partenaire jaloux aura beau dire “je vais changer“, ce n’est pas si facile. En effet, dans la plupart des cas, il est nécessaire de demander l’aide d’un professionnel.

Les personnes jalouses peuvent faire plusieurs promesses lorsque leur partenaire, épuisé, les menace de les quitter. Toutefois, il faut savoir que le processus va être long. Il faut en finir avec ces croyances  irrationnelles et les mythes sur l’amour et la jalousie.

Découvrez aussi: Comment gérer les crises de jalousie entre frères et soeurs?

5. Les personnes jalouses sont impulsives

Les personnes jalouses, à cause de leur manque de confiance en elles, sont toujours de mauvaise humeur. De plus, avant même que la moindre preuve qui pourrait effleurer leur jalousie ne soit apportée, elles explosent de colère. Cela finit par générer une sensation de lassitude chez leur partenaire.

D’autres fois, ceux qui souffrent de jalousie gardent leurs émotions pour eux. Ce qui ne fait qu’aggraver la situation qui termine finalement par exploser. Les conséquences de cela sont souvent dangereuses.

Les personnes jalouses doivent changer, pour le bien des deux partenaires

Il serait bon que les personnes jalouses se rendent compte que la solution ne se trouve pas dans le fait que leur partenaire agisse comme elles le souhaitent. Mais que ce sont elles qui doivent changer leur vision de la relation et de la jalousie. C’est seulement ainsi qu’elles pourront maintenir un lien sain avec l’autre.

Sinon, dans la plupart des cas, une jalousie excessive conduira à la rupture, car la situation sera devenue insoutenable.

  • Perles, F., San Martín, J., Canto, J., & Moreno, P. (2011). Inteligencia emocional, celos, tendencia al abuso y estrategias de resolución de conflicto en la pareja. Escritos de Psicología / Psychological Writings, 4(1), 34–43.
    https://doi.org/10.5231/psy.writ.2011.0605

  • Canto, J. M., García, P., & Gómez, L. (2009). Celos y emociones : Factores de la relación de pareja en la reacción ante la infidelidad Jealousy and emotion : how partners react to infidelity. Athenea Digital, 55(primavera), 39–55.
    https://doi.org/10.5565/rev/athenead/v0n15.528

  • Carlen, A. M., Kasanzew, A., & López Pell, A. F. (2009). Tratamiento cognitivo conductual de los celos en la pareja. Revista Electrónica de Psicología Iztacala, 12(3), 173–186.
    http://revistas.unam.mx/index.php/repi/article/viewFile/15482/14714&;amp;a=bi&pagenumber=1&w=100

  • Canto Ortiz, J. M., Leiva, P. G., & Jacinto, L. G. (2009). Celos y emociones: Factores de la relación de pareja en la reacción ante la infidelidad. Athenea Digital, (15), 39–55.
    https://doi.org/10.5565/rev/athenead/v0n15.528

  • Scheinkman, M., Werneck, D., & LOGA, P. (2010). Desactivar los Celos en las Relaciones de Pareja: Un Enfoque de Múltiples Dimensiones. Family Process, 49(4), 486–504.
    https://doi.org/10.1111/(ISSN)1545-5300)