7 symptômes du syndrome des ovaires polykystiques que vous ne devez pas négliger

· 23 octobre 2017
Même si, séparément, ils peuvent être associés à d'autres pathologies, le fait de souffrir de plusieurs de ces symptômes de manière simultanée doit vous amener à consulter un médecin afin qu'il puisse s'enquérir de la santé de vos ovaires.

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est un problème d’origine hormonale qui, du fait de ses conséquences sur la santé humaine, affecte la qualité de vie des femmes qui en souffrent.

C’est une condition qui entraîne la formation de petits kystes ou de follicules dans les ovaires, ainsi qu’un grossissement de leur revêtement.

Ce phénomène est provoqué par une hausse du niveau d’androgènes, des hormones masculines, et cela peut entraîner les femmes à souffrir d’infertilité.

A cause de ce déséquilibre, d’autres symptômes peuvent apparaître et empêcher les femmes de vivre une vie pleine et en bonne santé.

Fort heureusement, si les ovaires polykystiques sont détectés à temps, les traitements médicamenteux existants peuvent permettre de maintenir le syndrome sous contrôle.

Pour pouvoir les détecter à temps, nous allons vous dévoiler 6 symptômes qui révèlent leur apparition.

1. Des taches sur la peau

taches sur la peau en raison du syndrome des ovaires polykystiques

De multiples facteurs peuvent influer sur l’apparition de taches sombres sur la peau. Lorsqu’elles se forment soudainement, dans des zones visibles, il est fort probable qu’elles soient provoquées par un déséquilibre hormonal.

Les femmes dont la production d’androgènes est hors de contrôle ont généralement un taux d’insuline dans le sang bien trop élevé. Voilà pourquoi des taches peuvent se former sur :

  • Leur cou
  • Leurs aisselles
  • Leur visage
  • Leurs mains
  • La zone supérieure des cuisses

Vous voulez en savoir plus ? Lisez : Comment éliminer les taches de vieillesse sur la peau

2. Des difficultés à enfanter ou de l’infertilité

La plupart des femmes qui souffrent du syndrome des ovaires polykystiques ont généralement des ovules et un utérus en mauvaise santé.

Dans la majorité des cas, la conséquence de cette condition est une baisse de l’ovulation. Elles ont donc très rapidement des problèmes pour tomber enceinte et pour enfanter.

Les déséquilibres hormonaux rendent la conception difficile et, même si elle intervient, elle peut être minée par des complications et des risques importants.

Cependant, grâce aux avancées médicales, des traitements peuvent permettre aux femmes de retrouver une ovulation normale.

3. Une prise de poids

surpoids dû au syndrome des ovaires polykystiques

Une prise de poids incontrôlée peut trouver ses origines dans des déséquilibres hormonaux qui sont la conséquence du syndrome des ovaires polykystiques.

Malheureusement, plus de la moitié des patientes souffrant de cette condition présentent ce type de symptômes.

Si ce problème peut être réduit grâce à l’adoption d’un régime sain et d’exercices physiques réguliers, il est fondamental, si vous souffrez de cette pathologie, de consulter un professionnel pour réguler votre production hormonale.

4. De l’acné chronique

L’acné est un problème cutané qui peut avoir différents niveaux de gravité, qui sont généralement fonction du facteur qui le provoque.

L’acné provoque des boutons disgracieux qui apparaissent souvent sur le visage, voilà pourquoi ceux qui en souffrent ont des problèmes d’estime d’eux-même et d’insécurité.

Dans le cas qui nous intéresse, l’acné est déclenchée par une production excessive de testostérone, une hormone qui, chez la femme, n’est pas normalement sécrétée de manière abondante.

 

5. Une croissance excessive de duvet

duvet et syndrome des ovaires polykystiques

Les femmes qui souffrent du syndrome des ovaires polykystiques peuvent également être touchées par de l’hirsutisme, c’est-à-dire par une croissance dérégulée de duvet corporel.

Même s’il est parfaitement normal que des poils poussent chez les femmes sur certaines parties de leur corps, il n’est pas normal qu’une grande quantité de duvet épais fasse soudainement son apparition.

C’est encore une production hors de contrôle de testostérone qui est à l’origine de ce phénomène, car l’hormone modifie la peau et les follicules pileux.

Lire également : Comment éliminer naturellement le duvet de votre visage

6. Une chute des cheveux

Une chute excessive de cheveux peut avoir de multiples causes. Il est nécessaire d’analyser, dans un premier temps, si l’origine du phénomène est interne ou externe.

Dans certains cas, cela peut être le fait de l’anémie ou de carences nutritionnelles, car les cheveux ont besoin de nutriments pour rester forts.

L’usage de certains types de cosmétiques et d’appareils générant de la chaleur peuvent aussi fragiliser les fibres capillaires.

Cependant, lorsqu’une chute excessive de cheveux est accompagnée de l’un des autres symptômes que nous venons d’évoquer dans notre article, il est fondamental de vérifier si son apparition est la conséquence directe du syndrome des ovaires polykystiques.

Les déséquilibres hormonaux peuvent affecter directement la santé capillaire, mais ils peuvent également interférer avec la capacité d’absorption des nutriments.

 

7. De l’anxiété et de la dépression

anxiété provoquée par le syndrome des ovaires polykystiques

L’activité hormonale des patientes qui souffrent de ce trouble peut provoquer des changements d’humeur brusques. Elles ont donc tendance à exprimer de la colère et de l’irritabilité.

Les patientes peuvent également sombrer rapidement et facilement dans des états de dépression et d’anxiété, car les symptômes de leur pathologie affectent leur image corporelle, leur vie sexuelle et leur fertilité.

Il faut faire très attention à ce phénomène. Voilà pourquoi nous vous recommandons, si vous souffrez de ce syndrome, de suivre un traitement médicamenteux, mais également d’avoir recours à un soutien psychologique.

En conclusion, même si les symptômes que nous venons de mentionner peuvent être dus à d’autres pathologies, il est fondamental de vérifier s’ils ne sont pas en lien avec cette condition.

Les médecins peuvent s’en rendre compte grâce à divers tests médicaux et peuvent, dès lors, prescrire un traitement adapté à la situation.