La cardiopathie de l’impact émotionnel : 5 astuces pour prévenir le syndrome du coeur brisé

· 16 janvier 2017

Jusqu’à peu de temps auparavant le syndrome du cœur brisé était considéré comme un signe avant-coureur d’infarctus. Cependant, il s’agit d’une augmentation temporaire de substances qui affectent directement le muscle cardiaque.

 

Le syndrome du cœur brisé est une cardiopathie dont les symptômes sont les mêmes que celui d’un infarctus. Mais son indice de mortalité est très bas et il survient plutôt chez la femme.

Loin de son aspect poétique, la myocardiopathie de Takotsubo, également connue comme « le syndrome du cœur brisé » ou dysfonction apicale transitoire, est souvent l’effet d’un impact émotionnel de forte intensité ou même d’une situation de stress.

Les personnes qui en souffrent sont entièrement certaines de souffrir d’un infarctus.

De fait, le personnel médical déploie souvent le même protocole quand il faut agir rapidement, cependant, après avoir réalisé les examens nécessaires, il a découvert quelque chose de curieux.

Le cœur s’est déformé. C’est une légère contraction du ventricule gauche qui confère au cœur une forme de cône.

La première fois que l’on a découvert cette cardiopathie c’était au Japon dans les années 1990 et, en voyant cette forme, les médecins se sont rappelés les récipients qu’utilisent les pêcheurs nippons pour chasser les poulpes.

De là vient son nom : myocardiopathie de Takotsubo.

Nous sommes donc face à un type de réalité qui arrive à beaucoup plus de gens que ce que nous le pensons. Il est nécessaire de connaître ses symptômes et en même temps d’apprendre à prévenir ce type de trouble cardiaque.

Nous vous l’expliquons.

De quoi s’agit-il et quels sont les symptômes du cœur brisé

syndrome-coeur-brise

Le syndrome du cœur brisé est un type de myocardiopathie décrite il y a à peine plus de vingt ans. Ce n’est pas parce qu’on en entend parler depuis peu dans les revues médicales qu’il n’existait pas auparavant.

  • Ce qu’il se passait alors, c’est qu’en ayant les mêmes symptômes qu’un infarctus, il restait étiqueté plutôt comme un « signe avant-coureur d’infarctus » ou un simple avertissement.
  • Cependant, depuis que l’on peut faire davantage d’examens diagnostiques, on a pris conscience qu’on était face à quelque chose de différent.

Lisez également : Des conseils maison pour diminuer votre mauvais cholestérol

La revue spécialisée The New England Journal of Medicine a publié en 2015 une étude intéressante dans laquelle on expliquait les caractéristiques basiques du syndrome du cœur brisé.

Elles seraient les suivantes :

Il n’y a pas de faille cardiaque

Les personnes qui souffrent du syndrome du cœur brisé sortent en général au bout d’une semaine de l’hôpital sans savoir exactement ce qui leur est arrivé.

  • Elles ont eu les mêmes symptômes qu’un infarctus, mais à aucun moment n’est apparu un caillou de sang qui bloque l’artère.
  • En réalité, il s’agit d’un trouble temporaire. Lorsqu’une personne souffre d’un impact émotionnel dans son organisme cela produit une augmentation dans la libération de certaines hormones comme, par exemple, l’adrénaline.
  • Une augmentation démesurée de l’adrénaline affecte le muscle cardiaque, jamais les artères coronaires elles-mêmes.
  • Le ventricule gauche acquiert pendant un temps limité une forme conique en conséquence de cette altération, de cet impact.
  • Ce que ressent alors la personne est une forte pression, une difficulté à respirer, des nausées, des sueurs froides et une douleur dans la poitrine.

Manières de prévenir le syndrome du cœur brisé

cancer

Comme nous l’avons signalé au début, cette cardiopathie affecte en grande majorité la femme.

Le docteur Ilan Shor Wittstein de l’Université John Hopkins de Baltimore (Etats-Unis) est l’un des plus grands experts de ce trouble du cœur.

  • Selon ses recherches publiées dans l’étude citée auparavant de la revue The New England Journal of Medicine, ce sont les femmes arrivant à la ménopause qui présentent le plus de risques de souffrir du syndrome du cœur brisé.
  • Cette augmentation de l’adrénaline et de la noradrénaline dans le sang après un choc émotionnel, agirait comme une sorte de produit toxique pour le cœur. Quelque chose que l’on voit souvent chez les femmes.

Ce que font ces catécholamines de manière temporaire c’est attaquer le muscle du cœur, mais jamais les cellules. Ainsi, pour éviter de se retrouver dans cette situation, nous devons prendre en compte les conseils suivants.

  1. Après la ménopause nous devons apprendre à contrôler notre stress

Nos hormones, au cours de tout le cercle fertile, nous permettaient d’être beaucoup plus résistantes face à une situation de stress et d’anxiété. Cependant, avec la ménopause les choses changent et il faut commencer des nouvelles stratégies.

Il est certain que personne n’est exempt d’une mauvaise nouvelle, ou d’une déception.

En revanche, ce que nous pouvons faire c’est « entraîner » notre esprit et notre corps pour que n’importe quel déséquilibre dans notre entourage ne nous « brise » pas de manière si démesurée.

  • Pratiquez le yoga ou mindfulness.
  • Prenez deux heures par jour pour vous, promenez-vous, méditez, gérez n’importe quel petit problème pour qu’il ne devienne pas une montagne.

2. Une demi-heure d’exercice par jour

Notre but est le suivant : faire que le muscle de notre cœur soit plus fort et plus résistant. Pour cela, rien ne vaut un peu d’exercice aérobique.

N’hésitez pas à aller marcher, danser, nager…

3. Groupes de soutien : l’importance de la cohésion et le soulagement émotionnel

Les bon-ne-s ami-e-s sont un véritable remède pour le cœur. Nous avons besoin par dessus tout d’avoir cette personne avec qui nous pouvons être sincère, avec qui soulager nos tensions pour nous sentir libéré-e-s.

Savoir que nous sommes compris-e-s, soutenu-e-s et écouté-e-s est vital dans notre quotidien.

4. Bonne alimentation, bonnes habitudes de vie

En ce qui concerne le syndrome du cœur brisé, le plan émotionnel et cette gestion adaptée de nos tensions sont, sans aucun doute, une pièce maîtresse.

  • Donc pour garantir à notre cœur de récupérer quand il le faut, il est nécessaire d’investir dans son bien-être.
  • Consommez des fruits frais, des légumes, spécialement tous ces aliments de couleur rouge, violette ou orange. Ce sont ceux qui nous apportent le plus d’antioxydants pour prendre soin du cœur.

5. Soyez votre priorité : l’importance des examens périodiques

Votre famille est le plus important pour vous. Vous vous préoccupez tous les jours pour elleux, vous en prenez soin et vous faîtes votre possible pour qu’iels soient heureux-ses.

  • Cependant, rappelez-vous de ceci : si vous ne prenez pas soin de vous, à n’importe quel moment il se peut que vous ne puissiez plus en prendre soin.
  • N’hésitez pas à établir des examens périodiques avec votre médecin. Faîtes attention à votre niveau de cholestérol, votre pression artérielle, votre poids, le niveau de sucre…

Vous avez là des indicateurs vitaux de votre santé cardiaque. Soyez votre priorité, prenez la vie avec un autre rythme, celui rythmé de la meilleure manière avec votre cœur.