Clés pour dépasser le « Syndrome de Wendy » ou le besoin de satisfaire l’autre

· 28 octobre 2016
Le problème du syndrome de Wendy apparaît lorsque nous nous vidons intégralement pour donner à l'autre et que nous ne recevons rien en retour. Tout comme l'autre personne, nous méritons des attentions.

Le syndrome de Wendy a pris racine dans la psychologie populaire.

Même si ce n’est pas un trouble reconnu par les manuels de psycho-diagnostic, il contient certains aspects qui sont appréhendés cliniquement et qui requièrent un traitement.

Concentrer notre existence sur le soin des autres provoque une lente auto-destruction.

La faible auto-estime ou l’épuisement physique et mental peuvent dériver en une dépression.

Le littérature classique nous a très souvent donné d’authentiques archétypes capables de décrire des comportements très réels.

Le syndrome de Wendy, le syndrome de Peter Pan, le syndrome d’Othello ou le syndrome d’Alice au Pays des Merveilles décrivent des troubles, des problèmes ou des comportements où la fiction se transforme souvent en réalité.

Nous pourrions dire sans nous tromper que celui que nous allons aborder ici est le plus commun de tous.

D’une certaine manière, beaucoup de femmes l’intériorisent, non pas par imposition, mais parce qu’elles l’ont vu dans les générations précédentes et parce qu’elles le ressentent ainsi. 

Car qui prend soin et écoute, aime. Tout donner c’est, en apparence, une manière exceptionnelle d’aimer.

Pourtant, nous oublions parfois quelque chose : qui donne mérite aussi et doit recevoir.

C’est là qu’apparait la dissonance émotionnelle et la tristesse. Nous vous proposons de réfléchir à cela à travers les conseils suivants.

Le syndrome de Wendy ou l’auto-renoncement progressif

Même si ce syndrome est lié à la psychologie populaire, la symptomatologie est très claire :

Découvrez : 9 activités que vous pouvez faire en couple pour pimenter votre relation

  • Nous comprenons qu’aimer est, avant tout, écouter l’autre.
  • Pendant longtemps, nous nous sentons à l’aise avec ce type de relation. C’est ainsi que nous envisageons l’amour.
  • Cela ne nous embête pas (au début) que les autres ne nous écoutent pas comme nous les écoutons. Il nous suffit de savoir que notre conjoint se sent aimé par nous et qu’il est heureux. C’est ainsi que nous nous sentons bien.
  • Nous faisons tout pour que ceux qui nous entourent ne s’énervent pas et ne se dérangent pas. Nous luttons pour l’équilibre des autres en oubliant le nôtre.
  • Cependant, petit à petit, les autres perçoivent chaque effort et chaque renoncement comme « quelque chose de normal »; jusqu’au point de devenir tyranniques et exigeants.

Si c’est ce que vous êtes en train de vivre aujourd’hui, prenez note de certains aspects que vous devriez changer.

wendy-darling-peter-pan-14526413-576-416-500x361

Comprenez que l’amour ne signifie pas sacrifice : amour signifie RECEVOIR

Beaucoup d’entre nous ont été éduqués dans l’idée que dans l’amour, il faut renoncer à certaines choses pour garantir la relation. Si vous aimez quelqu’un, vous devez « taire » de nombreuses choses.

On nous a aussi fait croire que nous devons dire « oui » alors que ce que nous pensons, c’est « non », qu’aimer est, avant tout, considérer l’autre comme prioritaire par rapport à nous.

Si vous avez intégré ces schémas de pensée, commencez à les détruire pour en accueillir de nouveaux :

Lisez aussi : Mieux vaut se taire pendant la tempête et parler pendant le calme

  • Aimer, ce n’est pas renoncer. Si vous renoncez, vous devenez un succédané de vous-même. 
  • Une relation affective doit être mature et consciente. Les deux membres doivent donner, sans aucun doute, mais ils doivent autant recevoir l’un que l’autre.
  • Il s’agit de former une équipe, d’harmoniser les forces, les intérêts et les besoins.
  • Dans le syndrome de Wendy, il y en a toujours qui offre et un qui reçoit, un qui gagne et un autre qui, petit à petit, perd.
  • Cependant, l’authentique problème est que l’autre personne ne se rend pas compte de cela. Au début des relations, on se sent heureux quand on prend soin de l’autre, qu’on se préoccupe pour lui, en soignant chaque détail pour lui offrir le maximum de bien-être.
  • Cependant, avec les mois et les années, nous remarquons que « quelque chose pêche ». Tout ce que nous faisons est considéré comme acquis, n’est pas apprécié à sa juste valeur et même, finit par être exigé comme un dû.

Nous ne devons pas tomber dans ces labyrinthes si compliqués et malheureux.

syndrome-wendy-500x325

Idées pour se concentrer différemment sur les relations affectives

Premier conseil essentiel : ne cessez jamais d’être vous-même même si vous aimez l’autre. Au contraire, tôt ou tard, la frustration, le mal être et le malheur apparaîtront.

Lisez aussi : Avant de tomber amoureux de toi, je dois tomber amoureux de moi-même

Prenez soin, protégez, donnez, offrez, renoncez… Mais, votre conjoint doit aussi prendre soin de vous, vous donner, vous offrir et faire des concessions pour vous.

Dans les deux cas, il faut faire des concessions et renoncer à des choses à partir du moment où c’est pour le bien commun.

  • Ne demandez pas pardon pour quelque chose qui n’est pas de votre responsabilité.
  • La plus grande peur des personnes qui ont le syndrome de Wendy est d’être abandonnées. Pour éviter que cela n’arrive, elles peuvent faire n’importe quoi (nous ne devrions jamais en arriver à cet extrême).
  • Il est nécessaire d’apprendre à être heureux seul. Nous devons profiter de nous-même et savoir que si nous nous retrouvons seul, sans conjoint, le monde ne se terminera pas. 
  • Apprenez à corriger vos modèles de pensée, surtout ceux qui vous amènent de la souffrance. Ainsi, vous créerez de nouvelles émotions grâce auxquelles vous serez plus fort.
  • Finissez-en avec les idées telles que : “si je prends plus soin de lui, il m’aimera plus », « mieux vaut que je renonce à cela et il se rendre compte à quel point je l’aime »
  • Arrêtez de projeter tous vos espoirs, vos aspirations et vos énergies sur l’autre personne. Partagez et faites-le avec équité. Vous méritez son amour, mais également son respect.

Souvenez-vous, dans l’amour, nous méritons la dignité. N’acceptez pas de rabais : apprenez à recevoir et à lutter pour votre intégrité personnelle.