La femme-médecin que nous avons toutes en nous

· 6 avril 2019
La femme-médecin est celle qui croit en elle et en ses possibilités, mais aussi qui en profite pour grandir et évoluer comme personne, sans oublier les siens pour autant.

Que ce soit en anthropologie ou dans de nombreux ouvrages le concept de « femme-médecin » est en plein essor.

Appréhender les concepts qu’elle sous-entend est intéressant pour développer notre épanouissement personnel en tant que femmes.

La femme-médecin que nous portons toutes en nous est une entité chargée d’histoires, remplie de sagesse acquise avec le temps et constituée de l’héritage de notre lignée.

Cette femme guérisseuse nous permet de voir les choses avec une plus grande transcendance. Lorsqu’elle se réveille en nous, tôt ou tard, elle révèle alors notre intuition et notre sagacité.

La personne qui peut vous aider et vous transmettre le plus de connaissances dans la vie, c’est elle.

Dans la suite de cet article, nous allons vous en dire davantage sur ce concept qui vous sera très utile.

Etre sa propre guérisseuse

La femme-médecin

Tout au long de notre histoire et dans l’héritage culturel que nous portons toutes, se dresse une figure traditionnelle. C’est celle dont le rôle est associé à la tendresse, à l’éducation et aux soins des enfants et des hommes.

  • La femme oublie bien souvent de prendre soin d’elle-même à cause de cette obligation de prendre soin des autres avec toute sa force, toute son âme et tout son être.
  • Nous pouvons le voir chez nos grands-mères, mais aussi chez nos mères. Ces femmes donnaient tout pour leur cercle privé, sans rien demander en échange.
  • Dans la société actuelle, qui est censée être plus moderne et plus égalitaire, de nombreuses femmes adoptent encore cette conduite. Les femmes continuent cependant à faire passer les désirs et besoins de leurs partenaires ou de leurs enfants avant les leurs.

Ces conduites les mènent généralement à une forme de renonciation à leur bonheur individuel.

  • Nous savons que l’attention et le soin naissent de l’amour. Cependant, la situation devient problématique lorsqu’une femme perd totalement le contact avec sa propre identité, avec ses besoins et son estime d’elle-même.

Ce n’est pas souhaitable. Nous devons voir les choses sous un autre angle. La femme-médecin surgit actuellement dans notre société pour nous réveiller, pour initier une révolte.

Nous devons réaliser que ce vide, ces angoisses que les femmes ressentent aujourd’hui ne viennent pas de la société. Ces sentiments proviennent en réalité de leur for intérieur.

Lire également : 3 étapes pour oublier un amour impossible

Nous sommes nos propres guérisseuses. Dès l’instant où nous commençons à nous traiter nous-mêmes avec respect, à nous prioriser et à comprendre tout ce que nous avons déjà obtenu, voire perdu, nous pouvons alors comprendre que nous sommes bien plus fortes que nous le pensons.

La femme-médecin embrasse sa lignée

danse de femmes

La femme-médecin est aussi celle qui est parvenue à assainir son passé pour cheminer en liberté dans son présent.

Nous ne pouvons atteindre cette situation qu’en acceptant nos racines. Mais également en sachant pardonner à ceux qui, à un moment ou à un autre, nous ont fait du mal.

  • Pardonner ne signifie pas renoncer ou accepter les mauvaises conduites des autres. C’est surtout un geste qui permet de « laisser aller » les autres, d’avancer. C’est pardonner pour aller de l’avant en protégeant le lien solide qui nous unit à nous-mêmes.
  • La femme-médecin a tissé un lien fort avec son cercle féminin, avec ses aïeules, ses sœurs et ses amies.
  • Ce trait d’union lui permet de s’assainir. En effet, il n’y a rien de plus cathartique que de partager des expériences avec d’autres femmes. De fait, elles peuvent nous écouter, nous conseiller pour que nous puissions construire une identité forte empreinte de valeurs féminines.

Lire également : La joie d’être femme après 40 ans

Comment apprendre à être une femme-médecin

femme et esprit

Pour libérer la femme-médecin que vous avez en vous, il n’est pas nécessaire d’atteindre un certain âge. Cette maturité personnelle, psychologique et affective peut être en effet atteinte à n’importe quel moment de l’existence, à partir du moment où vous devenez véritablement maîtresse de vous-même.

Voici quelques dimensions importantes de ce concept pour que vous puissiez commencer à réfléchir dessus.

L’amour propre de la femme-médecin

Vous avez le droit d’aimer de tout votre être votre famille, votre partenaire, vos enfants et vos amis. Cependant, toute femme sage doit comprendre qu’aucun de ces liens ne sera authentique si nous n’apprenons pas à nous aimer nous-mêmes.

  • Celle qui ne s’aime pas suffisamment attend que les autres lui apportent de l’oxygène. Elle souhaite ainsi qu’ils apaisent ses peurs, ses doutes et ses vides.
  • Pour être une femme-médecin, nous devons comprendre que nous aimer nous-mêmes n’est pas un acte d’égoïsme. C’est un principe de santé mentale.

La bonté, la force et la confiance de l’intuition

La femme-médecin n’attend rien de personne. Elle attend tout d’elle-même car elle se sait courageuse, digne et capable.

  • Nous ne pouvons pas oublier que, pour être une femme-médecin, il faut réaliser le difficile équilibre entre la raison et l’intuition. Pour vivre pleinement, nous devons être observateur et réceptif à tout ce qui nous entoure, en laissant de côté notre égoïsme.
  • La femme-médecin comprend la vie depuis la perspective de l’amour et du respect. Elle est capable de tout donner pour les autres, mais elle ne peut pas s’oublier elle-même.
  • Elle a enfin en sa faveur son expérience, son tempérament et sa résilience, hérités de sa mère, de sa grand-mère et de toutes ces femmes qui ont dû lutter tout au long de leur existence, faisant de leurs tristesses des forces.

A l’heure de prendre des décisions, soyez attentives à la voix de votre intuition et de votre cœur. En effet, c’est là que réside toute la connaissance issue de votre expérience. C’est aussi là que vous comprendrez le pouvoir de votre sagesse.