L’hyper-éducation ou comment rendre des enfants malheureux

8 juin 2016
Même si cela ne semble pas être le plus adapté pour prendre soin d'eux, il est évident que l'hyper-éducation de nos enfants peut les faire devenir des personnes peu sûrs d'elles et avec un fort potentiel de culpabilité.

L’hyper-éducation se définit comme l’attention excessive aux enfants. Beaucoup de gens la voient comme un terme de plus, et même comme une manière de mettre en cause la façon d’éduquer les enfants.

Il ne faudrait pas porter attention à l’éducation des plus petits ? Où se trouve la limite ? Tout enfant a besoin de l’affection et de l’attention continue de ses progéniteurs, d’où le fait que parfois, il est difficile de savoir où se trouve l’équilibre.

En réalité, la limite est établie à l’endroit de la frontière sur laquelle on permet l’épanouissement personnel des enfants sans tomber dans la toxicité émotionnelle.

L’éducation, ce n’est pas du contrôle, car éduquer, ce n’est pas asphyxier et encore moins couper les ailes de ses enfants qui devront être adultes demain, et capables de prendre des décisions ainsi que d’être responsables de leur propre vie.

Cependant, le terme « hyper-éducation » implique plus de choses que ce que nous pensons.

L’hyper-éducation ou le poids de la sur-protection

Le plus curieux de ce type de comportement est que les parents sont très investis dans chaque aspect de la vie de leurs enfants : école, sport, loisirs, alimentation, amitiés…

Ils sont « hyper-présents » et pensent que grâce à cela, ils agissent comme les meilleurs progéniteurs du monde, et que leur éducation est la meilleure des éducations.

Pourtant, l’équilibre émotionnel et personnel des enfants est très éloigné du reflet du bonheur.

Lisez aussi : Journée contre la maltraitance infantile : protéger les enfants est de la responsabilité de tous

Enfant-derriere-une-fenetre

Conséquences de l’hyper-éducation : la déception

Les parents ont intériorisé ce qu’est pour eux l’enfant idéal et de plus, ils s’incluent eux-mêmes dans cette sphère de perfection comme des figures de référence indispensables.

Cependant, au fur et à mesure que le temps passe, ils voient que parfois leurs enfants ne correspondent pas à ces idéaux et c’est alors que la déception apparaît.

  • Quand un enfant perçoit la déception dans le regard de ses parents, il commence à se construire sur un sentiment d’échec et d’infériorité.

Conséquences de l’hyper-éducation : anxiété et stress

  • L’hyper-éducation va de pair avec « l’hyper-activité éducative ». Il est commun que ces parents inscrivent leurs enfants à de multiples activités extra-scolaires, qui parfois ne les intéressent même pas.
  • Petit à petit, nous aurons des enfants stressés avec un niveau d’anxiété semblable à celui d’un adulte. 
  • Les parents qui s’inscrivent dans une démarche d’hyper-éducation ne tolèrent pas l’erreur chez leurs enfants. Chaque effort qu’ils font est pour éduquer des enfants compétents, vaccinés contre l’erreur et l’échec, et c’est pourtant quelque chose d’impossible.

Conséquences de l’hyper-éducation : interdiction de se tromper

  • Tout enfant doit se permettre d’échouer dans quelque chose et de se tromper pour pouvoir apprendre de ses propres erreurs en toute liberté.
  • Les enfants éduqués dans l’hyper-éducation ont tendance à être leurs propres juges. On leur a imposé une liste si longue que, lorsqu’ils perçoivent qu’ils ne vont pas être capables d’y arriver, tout s’écroule et ils culpabilisent. Ils tombent alors dans l’auto-destruction.

Découvrez : 5 mots clés pour éduquer vos enfants

Mere-et-fille

L’éducation avec un attachement sain pour inciter à la responsabilité

Selon une étude effectuée à l’Université de Queen, Ontario (Canada), l’une des conséquences les plus graves de l’hyper-éducation est que les enfants entre 7 et 12 ans ne savent à peine ce qu’est jouer en plein air ou interagir avec des amis. Ce sont des enfants malheureux.

Nous savons qu’éduquer un enfant signifie avant tout protéger, mais cette fameuse protection doit se baser sur les aspects suivants:

Je te protège pour que tu te sentes en sécurité, et non pas « un sujet »

  • L’éducation avec un attachement sain est celle qui incite à la reconnaissance de l’enfant pour qu’il ait une bonne image de lui-même.
  • Un enfant qui se sent protégé et reconnu par ses parents a une meilleure auto-estime pour prendre des initiatives, pour ne pas avoir peur et pour grandir en maturité et en responsabilité.

Nous vous recommandons de lire : Derrière tout enfant difficile, il y a une émotion qui ne sait pas comment s’exprimer

Je te protège en te donnant des conseils, mais en te permettant d’apprendre de tes propres erreurs

Nous protégeons les enfants pour ne pas qu’ils chutent et pour qu’ils prennent le bon chemin, mais cette protection a pour objectif de les aider à trouver leur propre voie, et surtout de leur permettre de commettre leurs propres erreurs pour en tirer des leçons.

Auto-estime-enfants-500x333

Je te protège pour que tu saches que je serai toujours à tes côtés sur le chemin que tu choisis

L’attachement est indispensable, surtout lors des premières années de vie des enfants. Cependant, à partir de 7 ou 8 ans, ils font un saut important en maturité.

  • C’est le moment où ils exigent des droits, et où ils apprennent ce que sont les concepts de la justice et de la morale. C’est l’étape préalable à la chaotique adolescence où ils vont commencer à prendre des décisions qui peuvent nous surprendre.
  • Écoutez-les toujours et conseillez-les chaque jour, apprenez-leur que pour être libre, il faut être responsable, que pour profiter de certains droits, il faut respecter certaines obligations.

Nous devons être à l’origine d’un apprentissage basé sur l’expérience, non pas sur cette hyper-éducation qui fait taire la voix des enfants et qui leur trace des objectifs idéaux que personne ne peut atteindre.

 

A découvrir aussi