La grossesse après 35 ans

· 19 novembre 2014
Les femmes qui deviennent mères pour la première fois après 35 ans ont plus de risques de souffrir de complications pendant l'accouchement, c'est pourquoi il y a beaucoup plus de césariennes à partir de cet âge.

Même si les femmes qui ont des enfants après 35 ans ne rencontrent pas forcément de problèmes, ce qui est certain c’est que plus l’âge est grand, plus la grossesse comporte de risques qui, dans les cas les plus graves, mettent en danger la santé de la mère et de l’enfant. C’est pourquoi il est très important de prendre en compte certains des risques que vous pouvez rencontrer durant une grossesse après 35 ans.

Evidemment, tomber enceinte après cet âge n’est pas interdit, fort heureusement. Mais dans certains cas vous devez prendre certaines précautions particulières. Néanmoins, la médecine a tellement progressé qu’aujourd’hui, il y a beaucoup moins de problèmes que par le passé, et généralement, la grossesse ne rencontre pas de complications inhabituelles.

La baisse de la fertilité

Généralement, la fertilité des femmes connaît une baisse après 30 ans. Il devient donc plus difficile de tomber enceinte. Ceci peut être dû à une baisse de la fréquence d’ovulation. Si, après avoir essayé de tomber enceinte durant 6 mois, vous ne constatez aucune grossesse, les spécialistes vous recommandent de consulter un médecin. Étrangement, les femmes dont l’âge oscille entre 35 et 39 ans ont plus de probabilité d’avoir des jumeaux. 

Les problèmes de santé qui peuvent en découler

Diabetes

Si vous désirez tomber enceinte, le mieux est de visiter préalablement un médecin pour connaître votre état de santé. Les femmes qui ont une grossesse après 35 ans encourent plus de risque d’être atteintes de certaines maladies comme l’hypertension artérielle, ou le diabète. Ceci est démontré par des études dédiées à l’analyse de l’apparition de certaines pathologies selon l’âge des femmes enceintes.

Les pathologies chez l’enfant

Une femme de plus de 35 ans, qui désire tomber enceinte, doit prendre en compte le fait qu’il existe des risques plus élevés de donner naissance à un enfant atteint de troubles chromosomiques, comme le syndrome de Down. Bien évidemment, il est toujours possible d’effectuer un test prénatal pour déterminer si le fœtus est atteint d’un problème de ce genre. Selon des études, le risque d’avoir un enfant souffrant du syndrome de Down après 35 ans est de 1 sur 378.

La fausse couche

En général, le risque de souffrir d’une fausse couche est plus élevé durant le premier trimestre de la gestation. Bien sûr, le risque augmente avec l’âge. Par exemple, les femmes entre 20 et 30 ans ont 15% de risque d’être touchées par un avortement spontané, contre 25% pour les femmes au-delà de 40 ans. Cela va de pair avec le fait qu’à un âge plus avancé, le risque que le fœtus soit atteint de complications chromosomiques est plus élevé, ce qui entraîne également un risque plus important de fausse couche.

Les problèmes durant l’accouchement

grossesse

Les femmes âgées de plus de 35 ans qui tombent enceintes pour la première fois ont plus de risque de rencontrer des complications durant l’accouchement que les femmes plus jeunes.  Cela peut se concrétiser par une souffrance du fœtus et des douleurs postérieures à l’accouchement. C’est pour cela que l’on rencontre plus d’accouchement par césarienne chez les femmes âgées de plus de 35 ans.