Pourquoi un avortement spontané ou une fausse couche peuvent-ils se produire ?

12 août 2018
La fausse couche n'est pas la bienvenue pendant la grossesse d'une femme. Cependant, vivre cela ne limite pas les chances de tomber enceinte à nouveau. Découvrez-en plus sur ce sujet ci-dessous.

Une fausse couche ou un avortement spontané est la perte d’un bébé dans les 20 premières semaines de la grossesse. Cela peut arriver assez souvent. Beaucoup de femmes en bonne santé, la première fois qu’elles tombent enceintes, connaissent ce problème. Les ovules fécondées perdues avant l’implantation dans l’utérus seront expulsés lors des prochaines menstruations.

Entre 10 et 20% des grossesses détectées se terminent par une fausse couche. Et plus de 80% de ces pertes surviennent avant 12 semaines. Les premiers symptômes sont des saignements vaginaux et des douleurs abdominales. Si ces symptômes apparaissent, il est très probable qu’un avortement spontané ait commencé.

Cependant, de nombreux avortements sont détectés lors des premières visites du contrôle prénatal. Le médecin n’entend pas le cœur du bébé ou ne remarque pas la croissance attendue de l’utérus. Cela indique que le développement de l’embryon ou du fœtus a été interrompu, même si la femme ne saigne pas.

Causes d’un avortement spontané

Les causes d'un avortement spontané

Au cours du premier trimestre, des avortements spontanés se produisent à la suite d’anomalies chromosomiques dans l’ovule ou le zygote fécondé. Ceci est dû, la plupart du temps, au fait que l’ovule ou le spermatozoïde présentait un mauvais nombre de chromosomes, ce qui empêche le développement normal du zygote.

Lisez donc cet article : Origine génétique du sexe : les chromosomes sexuels X et Y

D’autres fois, l’avortement est une conséquence des problèmes qui se produisent au cours du délicat processus d’implantation dans l’utérus. Une autre cause d’avortement spontané est que l’embryon a des défauts qui l’empêchent de se développer.

La vérité est que, à moins que le médecin ne fasse une analyse complète de la femme qui a eu une première fausse couche, il est difficile de déterminer avec certitude la cause de la perte de la grossesse.

Facteurs de risque

Les risques d'un avortement spontané

  • Les femmes âgées de plus de 40 ans : les risques pour une femme de plus de 40 ans de développer un bébé avec une anomalie chromosomique sont élevés. En outre, ils sont renforcés si le père est aussi d’un âge avancé.
  • Les problèmes au niveau de l’utérus, tels que des malformations congénitales, des adhérences sévères (tissu cicatriciel), ou de même des problèmes dans le col de l’utérus (incompétence cervicale).
  • L’enchaînement de deux fausses couches ou plus d’affilée ou être tombée enceinte trois mois après un accouchement peut également être un facteur de risque.
  • Les antécédents familiaux, chez le père ou chez la mère, concernant des problèmes génétiques ou des malformations congénitales. Aussi, si le couple a déjà eu un enfant avec une malformation congénitale, le risque est plus élevé.
  • La consommation de tabac, d’alcool, de drogue (cocaïne, ecstasy) ou de fortes doses de caféine, de même que la consommation de certains médicaments, peut comporter des risques.
  • Les maladies telles que le diabète (mal contrôlé) ou les problèmes de coagulation sanguine, les troubles du système immunitaire (syndrome des antiphospholipides, le lupus),  l’obésité, le syndrome des ovaires polykystiques, entre autres, sont des facteurs à risque. De plus, si la femme est infectée ou a été infectée par la bactérie Listeria, les oreillons, la rubéole, la rougeole, cytomégalovirus, parvovirus, la gonorrhée, le VIH ainsi qu’une autre de ces maladies, les risques sont renforcés.
  • Le contact avec des toxines dans l’environnement, telles que le plomb, l’arsenic, les fortes doses de rayonnement, les gaz anesthésiques et également certaines substances chimiques telles que le formaldéhyde, le benzène et l’oxyde d’éthylène est à éviter.
  • Le rejet émotionnel de la mère envers la grossesse peut aussi avoir une influence négative sur le bon déroulement de la grossesse.

Ce que vous devriez faire avant un avortement spontané

Appelez votre médecin immédiatement dès que vous saignez et avez des douleurs abdominales. Il vous indiquera les mesures suivantes :

  • Un test sanguin pour vérifier le niveau de l’hormone de grossesse
  • Une échographie
  • Du repos au lit afin de réduire le risque d’avortement

Cet article pourrait vous intéresser : Un simple test sanguin pourrait permettre de localiser les tumeurs

S’il y a des indications que le tissu est expulsé, les options sont :

  • Attendre que le corps ait fini d’expulser le tissu
  • Accélérer le processus avec certains médicaments
  • Pratiquer un curetage, soit par aspiration ou également par dilatation et raclage, pour minimiser les risques d’infection

Des doutes fréquents après un avortement spontané

 

Il est normal de s’inquiéter de faire une autre fausse couche. Cependant, pour les spécialistes de la fertilité, un seul avortement naturel au début de la grossesse n’est pas considéré comme un indicateur de problèmes.

Certains médecins demandent des tests génétiques et des tests sanguins spéciaux pour tenter de trouver les causes, surtout si la femme a plus de 35 ans ou si elle présente certaines maladies. L’habitude est d’attendre jusqu’à ce qu’il y ait deux avortements suivis, d’autres préfèrent néanmoins attendre jusqu’au troisième.

Avant de recommencer une nouvelle grossesse, on conseille d’ attendre au moins deux cycles menstruels complets, de sorte à ce que le corps puisse récupérer. Cependant, cela dépend de ce que le médecin évalue. Cela pourrait demander un temps d’attente plus long, jusqu’à 1 an.

Dernière recommandation

Pendant que vous attendez avant de tenter une nouvelle grossesse, vous devez utiliser des méthodes de contraception, parce que vous pouvez ovuler 2 semaines seulement après l’avortement. En outre, il est important que vous guérissiez émotionnellement.

Bien que physiquement vous ayez récupéré et que vous vous sentiez prêts à concevoir à nouveau, il est également important que votre esprit le soit aussi. Prenez le temps dont vous avez besoin pour analyser vos sentiments et décider avec votre partenaire quel est le meilleur moment pour réessayer.

 

A découvrir aussi