Vrais et faux jumeaux : la différence

· 24 octobre 2018
Il est essentiel de savoir quelle est la différence entre les vrais et faux jumeaux, afin que, pendant la grossesse, la mère puisse prendre les mesures nécessaires pour garantir le bon développement des foœtus. 

Nombreuses sont les femmes qui souhaitent donner naissance à des jumeaux, désireuses de voir grandir deux enfants ensemble. Vous êtes-vous déjà demandé quelle était la différence entre des vrais et faux jumeaux ?

La principale différence concerne la fécondation de l’ovule, voire des ovules. Les vrais jumeaux sont issus de la fécondation d’un même ovule par un seul spermatozoïde. Les faux jumeaux, eux, sont issus de la fécondation de deux ovules par deux spermatozoïdes différents.

Le facteur héréditaire n’explique pas la conception de vrais jumeaux. En revanche,  il joue un rôle dans la conception de faux jumeaux.

Si dans une même famille il y a eu plusieurs cas de faux jumeaux, il est probable que cela se répète toutes les deux ou trois générations.

Une étude réalisée par le docteur Gary Steinman semble montrer que consommer des produits dérivés du lait augmenterait la probabilité de concevoir des jumeaux.

Cette conclusion s’impose suite à la comparaison des chiffres obtenus après l’observation suivante : le nombre de jumeaux nés de mères véganes et de mères avec une alimentation standard.

Vrais et faux jumeaux : pourquoi est-il important de connaître la différence ?

Vrais et faux jumeaux

Selon le type de fécondation, les soins apportés sont différents. C’est pour cette raison qu’il est primordial de savoir quelle est la différence.

Même si, dans la plupart des cas, les grossesses gémellaires se déroulent normalement, le risque de complications n’est pas négligeable. Ces complications sont généralement les suivantes : transfusion fœtale et retard de croissance utra-utérin.

Un contrôle pour identifier le type de grossesse gémellaire est donc requis le plus tôt possible. Normalement, dans l’échographie du premier trimestre il est possible d’identifier le type de grossesse.

Il est aussi possible de détecter à temps une éventuelle anomalie ou un autre type de complication.

Une fécondation différente

Les jumeaux dizygotes, c’est à dire les faux jumeaux, sont ceux qui, comme nous le disions plus haut, sont issus de la fécondation de deux ovules par deux spermatozoïdes.

Au moment de la fécondation, l’ovaire libère deux ovules. Comme l’homme possède des millions de spermatozoïdes, il n’est alors pas étonnant que les deux ovules libérés soient fécondés.

Chaque fœtus possède son propre sac amniotique et son propre placenta. Ils peuvent donc être de sexe opposé et peuvent ne pas se ressembler, tout comme des frères et soeurs issus de grossesses différentes.

À l’inverse, les jumeaux monozygotes, les vrais jumeaux, sont issus de la fécondation d’un seul ovule par un seul spermatozoïde. La cellule qui découle de cette fécondation, dite zygote, se divise ensuite en deux. C’est pourquoi il y a deux fœtus.

Si la division a lieu entre le premier et le quatrième jour de fécondation, chaque foetus aura son placenta et son propre sac amniotique. En revanche, si la division a lieu entre le quatrième et le huitième jour, chaque foetus aura son propre sac amniotique mais ils se partageront le placenta.

Dans le cas de vrais jumeaux, il s’agit d’un clonage naturel : mêmes si les fœtus se développent de façon indépendante, ils sont issus d’un même ovule et d’un même spermatozoïde. Ils partagent donc le même patrimoine génétique et, physiquement, seront presque identiques.

Les faux jumeaux peuvent être de sexe opposé

Il est commun de constater que, sur 100 femmes enceintes de faux jumeaux, 50 d’entre elles donneront naissance à des enfants de sexe opposé (25 hommes et 25 femmes).

Les faux jumeaux de sexe opposé se développent différemment, non seulement parce qu’ils sont issus de deux ovules et spermatozoïdes différents, mais aussi parce que le sexe exerce une influence sur le développement.

À la naissance, les garçons développent leurs capacités physiques plus rapidement que les filles. Généralement, ils apprennent à marcher à quatre pattes, à courir et à sauter plus tôt .

Les filles, elles, ont tendance à être plus communicatives et commencent à dire leurs premiers mots avant même de marcher à quatre pattes ou de marcher.

Les vrais jumeaux sont presque identiques

Étant issus d’un même ovule et d’un même spermatozoïde, les jumeaux monozygotes partagent le même patrimoine génétique. Une fois nés, les différences observées sont causées par des facteurs externes, tels que l’alimentation et l’exercice.

Bien que, physiquement, les vrais jumeaux semblent identiques, de nombreuses caractéristiques sont différentes. C’est le cas, par exemple, des empreintes digitales.

Pendant leur formation, les fœtus touchent leur sac amniotique à différents endroits, d’où la formation de lignes différentes au niveau des doigts. Leurs empreintes digitales ne sont donc pas identiques.

Les deux fœtus interagissent à l’intérieur de l’utérus : ils se cherchent instinctivement et cherchent à toucher l’autre plus qu’ils ne se touchent eux-mêmes. Dans le ventre de la mère, ils créent un lien inébranlable.

Généralement, ils se développent en face-à-face, comme s’ils se regardaient l’un l’autre. L’un est le reflet de l’autre. Si l’un est droitier, l’autre sera gaucher. Si l’un a une tache sur le bras droit, l’autre en aura une identique sur le bras gauche.

Les faux jumeaux ne partagent que 50 % de leur ADN

ADN des jumeaux

D’un point de vue génétique, tous les êtres vivants possèdent deux copies de chaque gêne. L’un hérité de la mère et l’autre du père. Ainsi, la moitié des gênes proviennent de l’ovule et l’autre moitié du spermatozoïde.

Étant issus de deux ovules et de deux spermatozoïdes différents, les faux jumeaux ne partagent que 50 % de leur ADN. Le type de sang peut également être différent.

En somme, les faux jumeaux sont simplement des frères et soeurs qui présentent la caractéristique particulière d’être nés en même temps.