8 symptômes clés pour la détection du cancer du col de l’utérus

· 2 mai 2017
Il est indispensable de savoir identifier les possibles signes précoces du cancer du col de l'utérus pour pouvoir bénéficier d'un diagnostic rapide et ainsi combattre la maladie dès les premiers stades.

 

Le cancer du col de l’utérus est le second type de cancer le plus courant chez la population féminine.

Même si ses chiffres sont terrifiants, c’est l’un de ceux que l’on peut prévenir et soigner avec succès lorsqu’il est détecté tôt.

Il commence souvent dans les cellules de la surface du col de l’utérus, et puisque son développement est assez lent, il peut être diagnostiqué à temps à l’aide d’une cytologie vaginale.

En général, il commence avec une affection pré-cancéreuse, connue sous le nom de dysplasie, dont le développement est très long, avant qu’elle ne se transforme en cancer.

Sa cause principale est l’infection du papillomavirus (HPV) qui se transmet par contact sexuel.

Si certaines infections disparaissent seules, dans ce cas, ce sont les déclencheurs d’un développement anormal dans les cellules de l’utérus.

Et bien qu’au début, les symptômes ne sont pas vraiment identifiables, il existe certains signaux d’alerte qui peuvent être clés dans la détection de la maladie.

Découvrez-les !

1. La perte de poids inexplicable

La perte de poids inexplicable, sans régime ni exercices particuliers, est un symptôme qu’il ne faut pas négliger, même si pour certaines, c’est un rêve devenu réalité.

Ce symptôme, provoqué par de multiples facteurs, apparaît chez les patientes qui ont un cancer du col de l’utérus à cause du manque d’appétit et des déficiences nutritionnelles.

La croissance anormale des cellules a des conséquences négatives sur la santé digestion et c’est pour cela que le corps n’utilise pas les nutriments de manière optimale.

Vous voulez en savoir plus ? Lisez : 6 exercices simples pour réduire l’inflammation et améliorer la digestion

2. Inflammation et rétention de liquides

Les altérations dans les cellules du col de l’utérus peuvent se manifester via un déséquilibre dans les processus inflammatoires du corps qui, à leur tour, ont tendance à provoquer de la rétention de liquides dans les tissus.

Les patient-e-s présentent une inflammation au niveau de la partie basse du ventre, et puisqu’elle affecte les vaisseaux sanguins, elle se ressent également dans les jambes et dans la partie inférieure du corps.

3. La cystite

Les femmes qui souffrent d’épisodes continus de cystite doivent considérer que l’infection peut être lié à ce type de cancer.

Si les cas liés à ce symptôme sont rares, il est le résultat de l’inflammation dont souffre le col de l’utérus et la vessie, en conséquence de la maladie.

La tumeur a tendance à comprimer ces organes, et à obstruer le passage de l’urine. Il génère donc une forte sensation de douleur dans le tractus urinaire.

4. Les verrues génitales

Les verrues génitales sont un signal contondant de l’infection du papillomavirus (HPV), principale responsable du développement du cancer du col de l’utérus.

Ces petites altérations cutanées ne sont pas uniquement inesthétiques, elles se multiplient facilement et peuvent être inquiétantes.

5. Des pertes anormales

Les altérations dans les pertes vaginales sont souvent le résultat d’une infection à cause des levures ou des bactéries provoquée par un déséquilibre du pH naturel.

Mais lorsqu’elles sont aqueuses, avec une odeur et une texture anormales, cela peut avoir un lien avec le cancer du col de l’utérus.

Cela est dû aux changements de l’activité des cellules présentes sur les parois du col de l’utérus, qui déclenchent une sécrétion anormale.

6. Les douleurs pendant les relations sexuelles

Bien que beaucoup de facteurs peuvent provoquer des douleurs pendant les relations sexuelles, la croissance de tumeurs dans le col de l’utérus est une possibilité qu’il ne faut pas écarter.

Cela peut provenir de l’inflammation des parois de l’utérus qui à son tour affecte la lubrification naturelle de la zone intime.

7. Les tensions lombaires

Comme dans n’importe quel type de cancer, le cancer du col de l’utérus génère une forte décompensation dans les processus inflammatoires des tissus du corps.

En conséquence, les muscles ont tendance à se comprimer et une sensation continue de douleur, presque toujours dans la zone lombaire et les extrémités, apparaît.

De plus, puisque la circulation sanguine présente des difficultés, les tissus et les muscles ne reçoivent pas l’oxygène et les nutriments adaptés.

Consultez aussi cet article : 7 signes d’avertissement d’une mauvaise circulation que nous ignorons souvent

8. L’anémie

Plus la maladie avance, plus le corps cesse d’utiliser les nutriments de manière optimale et la patiente ressent une baisse de l’appétit.

Cette situation n’augmente pas uniquement la sensation de fatigue pendant les journées mais conduit à de forts épisodes d’anémie qui, entre autres choses, affectent la santé cognitive.

Ce symptôme est aussi courant quand le cancer provoque des saignements irréguliers et des règles très abondantes.

En tant que femmes, il est essentiel d’être au courant de ces signes et de solliciter une cytologie vaginale face à tout doute.

Les check-up médicaux, surtout quand il y a des antécédents familiaux, sont déterminants pour recevoir un traitement qui fonctionne.