6 questions à poser à votre gynécologue

· 16 novembre 2018
Puisque chaque corps féminin agit de manière différente, nous devrions aller chez un gynécologue avant le moindre doute et ne pas nous laisser guider par les opinions ou les diagnostics des autres.

La plupart des femmes se lancent aujourd’hui dans le monde de la sexualité sans avoir auparavant consulté un gynécologue. C’est l’un des erreurs les plus courantes.

Et les risques de souffrir de maladies ou de tomber enceinte augmentent considérablement.

De nos jours, la plupart des femmes ne réalisent pas à quel point il est important de contrôler leur vie sexuelle. De cette façon, vous vous évitez des frayeurs, des mauvais moments et les conséquences d’avoir commencé à avoir des relations sexuelles sans aucune indication.

En plus, maintenant que les jeunes commencent à avoir des rapports sexuels dès le plus jeune âge, il est impératif de tout savoir sur le sujet, de clarifier les doutes, et, plus important, de connaitre les risques des rapports sexuels non protégés.

C’est pour cela que le gynécologue existe, pour vous prévenir, vous informer, éviter les grossesses non désirées, les maladies sexuellement transmissibles (MST), et, dans certains cas, réguler votre cycle menstruel.

Les avantages d’un spécialiste dans ce domaine sont immenses.

Le gynécologue n’est pas seulement là pour vous dire quoi faire ou la meilleure méthode que vous devriez suivre. Vous pouvez consulter pour des douleurs vaginales, comme des infections ou de la douleur dans les glandes mammaires, et ainsi diagnostiquer ou exclure le cancer.

La plupart des personnes n’y vont pas pour des raisons multiples : la peur, honte, timidité ou problèmes économiques, entre autre.

Cependant, il est vraiment important d’aller chez un spécialiste pour pouvoir prendre le contrôle de votre corps (sexuellement parlant).

Et vous ne devez pas seulement poser des questions par rapport au sexe. Les femmes ont généralement des préoccupations de toutes sortes, du cycle menstruel, des contraceptifs ou des pertes vaginales, aux méthodes pour tomber enceinte.

C’est pourquoi nous avons créé une petite liste des questions que vous devriez poser à votre gynécologue, afin que vous ne manquiez rien et pour clarifier tous vos doutes.

6 questions à poser au gynécologue

Au moment d’aller à une consultation avec le gynécologue, vous devriez poser toutes les questions que vous avez, de sorte que vous pourrez parler de tout sujet qui vous concerne ou qui est pertinent pour votre santé.

Rappelez)vous que, chez chaque femme, les symptômes et les conditions varient. Par conséquent, le gynécologue a comme mesure d’individualiser le diagnostic de chaque patient.

Eliminer le tabou avec honnêteté et bien connaitre les implications de votre corps.

1. Les contraceptifs oraux sont-ils efficaces ?

parler des contraceptifs à son gynécologue

C’est l’une des grandes peurs. Commencer une nouvelle méthode de contraception génère de l’incertitude, du doute ou de la peur. Jusqu’à récemment, la méthode la plus utilisée était les contraceptifs oraux (pilules).

Avez-vous lu cet article ? Pilules contraceptives : leurs effets secondaires

Maintenant, avec l’évolution de la technologie et de nouveaux résultats médicaux, il existe un grand nombre de méthodes à utiliser. Mais revenons-en à la question: oui, chez la plupart des femmes en bonne santé, ils fonctionnent et n’ont pas d’effets secondaires.

Cependant, si vous n’êtes pas allé voir de gynécologue et que vous vous automédiquez, il est probable que cela ait des répercussions sur votre santé.

C’est pourquoi la consultation est idéale, pour faire une vérification ou un examen général et éviter les effets secondaires possibles ou pire, l’inefficacité du produit.

2. Quels sont les avantages et les inconvénients du DIU et du diaphragme ?

Le dispositif intra-utérin (DIU) est l’une des méthodes contraceptives les plus courantes, et aujourd’hui les femmes ont tendance à l’utiliser d’avantage.

Cela ne nécessite qu’un contrôle gynécologique semestriel et aucune intervention de la part de la personne.

Le diaphragme est une méthode barrière qui doit être placée avant les rapports sexuels, il doit également être barbouillé avec un lubrifiant spermicide, afin d’éviter une grossesse et de ne pas provoquer d’irritations dans le vagin.

Son bon fonctionnement dépend du placement de la femme.

Avant d’utiliser l’une de ces méthodes, il est préférable de  consulter d’abord votre spécialiste et de recommander celui qui vous conviendra le mieux.

Rappelez-vous que chaque corps est différent et que toutes les femmes ne réagissent pas de la même manière.

3. Qu’est-ce que la mastalgie ?

parler à son gynécologue de la douleur dans les glandes mammaires

C’est un symptôme que certaines femmes présentent. Il se réfère à une douleur légère, moyenne ou intense, des seins ou des glandes mammaires, avant et pendant le cycle menstruel ou pendant la grossesse.

Bien qu’il soit fréquent que ces douleurs surviennent au cours de ces périodes, si la douleur devient très intense, il est nécessaire que vous alliez chez le médecin pour diagnostiquer et prescrire un analgésique pour soulager ces douleurs.

4. Les pertes vaginales sont-elles normales ?

L’écoulement vaginal est la sécrétion de liquides dans le vagin. Selon la couleur (blanc, jaune ou brun), il peut s’agir de quelque chose de tout à fait normal ou d’un signe d’infection ou de maladie.

  • Ce flux n’est rien de plus qu’un ensemble de cellules mortes, de bactéries naturelles et de sécrétions muqueuses.
  • Une femme moyenne produit 1 à 4 ml de volume quotidien, cela aide à humidifier, lubrifier et garder le vagin propre, donc il n’y a pas d’infections.
  • C’est tout à fait normal que le flux soit blanc ou transparent.
  • Au contraire, la leucorrhée est un écoulement vaginal anormal, produit par des bactéries et des champignons, présentant une couleur jaunâtre, qui est habituellement le produit d’infections.
  • Si le flux est brun ou y ressemble, cela signifie que la personne en question est déjà avant la menstruation. Si ce n’est pas le cas, il est recommandé d’aller immédiatement chez le gynécologue.

5. Comment puis-je tomber enceinte ?

 

Ceci est plus commun que vous ne le pensez. Il y a des couples qui cherchent depuis longtemps à concevoir et qui ne réussissent pas. C’est frustrant et exaspérant, nous le savons.

Si vous et votre partenaire êtes l’un d’entre eux, il est important que vous vous rendiez à une consultation gynécologique. Afin que vous puissiez écarter tout type de maladie ou d’infection.

Vous pouvez être référé à un gynécologue, car environ 40% des couples infertiles répondent à un facteur masculin.

Ces couples ont 10 à 15% de chances de concevoir.

6. Comment réguler mes menstruations ?

 

Un grand nombre de femmes ont des menstruations irrégulières, et cela arrive parce que le cycle menstruel n’est pas égal aux autres. C’est à dire qu’il est plus rapide ou plus lent que la normale.

Lisez aussi cet article : 4 signes qui indiquent un cycle menstruel irrégulier 

Le cycle menstruel est de 28 jours et commence à ovuler le jour 14, à partir du premier jour de la menstruation.

Ce n’est pas considéré comme inquiétant ou dangereux, sauf si vous souhaitez tomber enceinte.

Bien que vous commenciez à ovuler à la moitié du cycle, chez les femmes ayant un cycle plus long ou plus court (incontrôlé), il est courant de ne jamais atteindre une date précise.

Normalement, le gynécologue prescrit un type de contraceptif qui aide à réguler le cycle.

Ils sont généralement prescrits par voie orale, car ils aident à réguler le cycle plus rapidement dans les 28 jours correspondants. Chez les femmes irrégulières, ce cycle peut varier de 21  à 40 jours.

En conclusion, il y a plusieurs raisons d’aller voir un gynécologue. Chaque femme a besoin de tout savoir sur les soins et le fonctionnement de l’organe sexuel féminin.

Si vous n’êtes pas encore allée consulter, il est temps pour vous de faire le premier pas pour vous informer. Clarifier vos doutes concernant votre vie sexuelle, votre cycle menstruel, les maladies. Et faites un contrôle périodique de votre système reproducteur.