Une analyse de sang pour diagnostiquer la dépression

· 16 novembre 2016
La possibilité qu'il existe une analyse pour diagnostiquer la dépression impliquerait une amélioration dans la conception que l'on a de cette maladie mentale.

“Je ne sais pas ce qui m’arrive, je n’ai envie de rien. La seule chose que je veux, c’est être seul. Pourquoi cela m’arrive-t-il ? Parfois, j’ai l’impression que je vais relever la tête, mais d’autres fois… même me doucher représente un effort”.

Ces affirmations sont très typiques chez les personnes qui souffrent de dépression, ainsi que la phrase suivante : « Personne ne me comprend ».

Elles sentent qu’elles ne parviennent pas à prouver ce qui leur arrive et ressentent un profond sentiment de solitude qui augmente à chaque fois que quelqu’un profère le fameux : “Comment peux-tu aller mieux si tu n’y mets pas du tien ?”.

Peut-être que cette ultime phrase est l’une des plus douloureuses. Les personnes qui souffrent de maladies et de troubles mentaux se sentent incomprises.

Dans le cas de dépression, l’idée reçue la plus répandue est que ceux qui en souffrent sont fragiles ou lâches.

Mais ce n’est pas vrai. Le niveau de douleur dont ils souffrent est supportable uniquement si l’on est très très fort.

Il faudrait avoir une grande envie de vivre pour aller de l’avant, même si vous vous sentez déconnecté du monde. Il n’y aurait pas plus grande preuve de force de volonté.

Cette interprétation est acceptée car la douleur qui ne peut pas se traduire en chiffres, avec des mesures précises ou des preuves tangibles, a tendance a être sous-estimée.

C’est pour cela que la possibilité de réaliser le diagnostic de la dépression via un test sanguin soulagerait grandement ces personnes.

Elles pourront enfin prouver que leur maladie est réelle, que ce n’est pas une mauvaise passe, ni un manque de motivation.

Une analyse de sang pour diagnostiquer la dépression?

depression-500x336

Les scientifiques de l’Université de Vienne savaient que ce trouble était lié à la sérotonine. C’est la substance qui se charge de produire des émotions et des idées positives.

Ainsi, les gens affectés par la dépression ont des faibles niveaux de ce composant. Les scientifiques ont commencé à travailler à partir de cette donnée.

Lukas Pezawas, directeur de l’étude, affirme qu’ils ont découvert dans le sang le processus par lequel la sérotonine est produite.

La protéine SERT, située dans la membrane des cellules cérébrales, permet le transport de la fameuse substance.

Les chercheurs ont découvert que la protéine était aussi présente dans d’autres organes. Parmi eux, l’intestin ou le sang.

De plus, elle fonctionne de la même manière que dans le cerveau. Grâce à cela, on a pu tracer un véritable « réseau de la dépression » bien plus grand que ce que l’on pensait.

analyse-de-sang-proteine-sert-1-500x232

Ainsi, la quantité de sérotonine contenue dans les plaquettes est indicative de ce qui est en train de se passer dans le cerveau.

Pour en être sûr, les résultats de l’analyse sont comparés aux tests de l’image, par résonance magnétique par exemple.

La révolution est de plus en plus proche

Le réseau de la dépression est ce que l’on nomme « réseau en mode automatique ». Il a reçu ce nom car lorsqu’il s’occupe des idées complexes, il s’efface.

Cependant, quand le cerveau est au repos, il s’active.

Lors d’un processus dépressif, il cesse de fonctionner correctement, et des pensées automatiques et négatives apparaissent. Selon l’étude, il suffira bientôt d’une analyse de sang pour diagnostiquer la dépression.

analyse-de-sang-pour-diganostiquer-la-depression-solitude-500x280

Cela permettra d’apporter un cadre à la maladie. On ne pourra plus en douter, et les personnes affectées ne devront plus supporter les jugements de valeur envers leur maladie, ni les accusations envers leur mauvais caractère, leur fragilité ou leur manque de résistance.

Beaucoup de patients se plaignent du fait que leur entourage pense qu’ils en sont arrivés là par volonté et par manque d’effort.

Ainsi, les personnes déprimées pourront démontrer la véracité de leur mal être grâce à un examen physique.

Cependant, nous aimerions insister sur l’importance du soutien familial dans les cas de troubles mentaux.

Quand quelqu’un souffre de dépression, son auto-estime baisse. Ainsi, si sa famille ou ses amis font preuve d’incompréhension envers sa maladie, le problème empire.

On pourrait comparer cela au fait de tordre un bras qui est déjà cassé. La douleur et la lésion augmenteront. Personne ne mérite de passer par là.