Le « vendeur anonyme » qui avait 8 crayons et une fille affamée

· 15 septembre 2015
Grâce à la solidarité de milliers de personnes, Abdul peut désormais prétendre à une vie digne pour lui et sa fille. Après être sorti de cette situation de misère, il souhaite aider d'autres personnes qui pourraient en avoir besoin.

Les innocents souffrent toujours des pires conséquences des guerres et quand ils ne perdent pas la vie, ils sont dans l’obligation de fuir leur terre d’origine pour trouver refuge dans des pays éloignés où ils peuvent trouver un peu de paix.

Aujourd’hui, dans le monde, le conflit qui frappe la Syrie en est un exemple clair, où on estime à plus  de 220 000 le nombre de morts. 

Par crainte de perdre la vie et de faire grandir le nombre de victimes, beaucoup de gens ont fui avec leur famille, dans l’espoir de trouver un meilleur endroit pour vivre et s’en sortir.

Ainsi, l’émouvante histoire que nous souhaitons partager avec vous aujourd’hui, est celle d’un survivant de cette guerre, qui a trouvé refuge à Beyrouth, au Liban, après avoir fui son foyer à Yarmouk, par crainte du pire.

Il s’agit d’un père célibataire connu sous le nom de « vendeur anonyme », dont le nom réel est Abdul, et qui s’est démené pour démontrer que l’amour est la force grâce à laquelle on peut tout.

L’histoire…

Le « vendeur anonyme » réfugié à Beyrouth avait seulement 8 crayons de couleur bleus et l’amour de sa petite fille de 4 ans qui l’a accompagnée dans cette lutte pour échapper aux conflits de son pays.

Quand il est arrivé en tant que réfugié dans cette ville, il déambulait dans les rues tout en essayant de protéger son trésor le plus précieux, qu’il abritait la nuit, contre le froid et les drogués qui s’approchaient.

Quand la petite fille ouvrait les yeux et que la lumière du jour l’illuminait, Abdul continuait à vendre ses crayons pour obtenir un peu d’argent afin de donner à manger à cette petite fille.

L’expression du visage de cet homme anxieux attira l’attention d’un activiste d’Oslo, en Norvège, appelé Gissur Simonarson qui, loin d’imaginer l’impact que cela aurait, prit une photo de cet homme et la partagea sur les réseaux sociaux.

En quelques minutes, la photographie s’est propagée et le monde entier a découvert l’homme qui, malgré les difficultés, essayait d’obtenir quelque chose pour sa fille.

abdul1-500x375

Gissur n’imaginait pas qu’avec une telle photographie, il pourrait changer la vie de cet homme, mais il reconnaît que l’image est très émouvante et, bien sûr, elle a causé un véritable impact émotionnel.

C’est ainsi que l’une des images les plus bouleversantes de l’histoire de ce conflit, fit réfléchir des milliers de personnes.

La bonne nouvelle, c’est que cette histoire ne s’arrêtera pas à quelques messages sur les réseaux sociaux, puisque des milliers de personnes commencèrent à manifester l’envie d’aider cet homme, incarnation de l’amour d’un père.

Des millions de personnes ont profité des réseaux sociaux pour s’unir afin de trouver le « vendeur anonyme », car personne ne savait où vivait cet homme.

Après des jours d’intense recherche, Gissur put finalement trouver Abdul pour l’aider, grâce au soutien de toutes les personnes qui s’étaient unies à cette cause.

A travers Twitter, l’activiste mit les gens au défi de réunir 5000 dollars pour aider cet homme et sa fille mais, à sa grande surprise, les dons atteignirent 80 000 dollars en seulement 30 minutes ! 

Un tel chiffre signifiait un nouveau commencement pour Abdul, qui explosa en sanglots lorsqu’il apprit la nouvelle.

abdul3-500x375

Abdul représente seulement un réfugié parmi quatre millions qui se sont échappés de cette guerre brutale.

Ce survivant montre que les personnes innocentes sont celles qui souffrent le plus des conséquences négatives.

Il a aujourd’hui un toit digne pour débuter une nouvelle vie avec sa fille, qu’il pourra à présent envoyer à l’école.

Au cours de ses différentes interviews , cet homme a évoqué son désir d’aider d’autres réfugiés avec l’argent qu’il a pu bénéficier.

“Merci à tous pour votre générosité, mais surtout merci d’avoir redonné le sourire à ma fille » a commenté Abdul, cet homme honnête de 35 ans qui a tout laissé dans son pays d’origine pour sauver sa fille adorée.