10 aliments anticancérigènes ?

21 août 2020
Aucun aliment ne peut soigner ou prévenir le cancer. Néanmoins, pour jouir d'une bonne santé, il faut adopter une alimentation équilibrée et un mode vie sain.

Bien que le cancer continue d’être une maladie difficile à soigner, les recherches continuent. Elles ont pour but de trouver une cure ou bien au moins un moyen d’améliorer les traitements existants et ainsi de soulager les symptômes des patients.

Plusieurs études ont analysé en profondeur les propriétés et composés de certains produits alimentaires. Néanmoins, pour le moment, ce qui est certain, c’est que la consommation d’un aliment ou d’une boisson en particulier ne prévient ni ne soigne le cancer.

Nous verrons ici ensemble quels sont les aliments et boissons qui ont été le plus étudiés. Mais avant, voyons ce que disent les experts sur le sujet.

Cancer et alimentation : une relation complexe

Selon les spécialistes de l’Association espagnole contre le cancer (AECC),  “une alimentation riche en fruits et en légumes et pauvre en graisses, un poids sain et l’exercice physique nous protègent face à certains cancers”.

Ces spécialistes indiquent également qu’il n’existe aucun aliment capable de couvrir tous les besoins de l’organisme pour que ce dernier fonctionne correctement. C’est pourquoi l’alimentation doit être variée.

Par ailleurs, ils rappellent également qu’il convient d’éviter les aliments qui n’apportent rien à l’organisme, tels que la malbouffe, les aliments ultra-transformés, les sucreries et snacks industriels, etc.

Quels aliments et boissons possèdent des propriétés anticancérigènes ?

Voyons maintenant quels sont les différents aliments et boissons qui possèderaient des propripétés anticancérigènes et qui pourraient alors être bénéfiques pour la santé générale.

1. Le vin rouge ?

Le vin rouge apporte au corps des antioxydants et des vitamines. Néanmoins, il n’aide pas à soigner ni à prévenir le cancer.

La croyance populaire nous dit que le vin rouge peut être un allié contre le cancer en raison de sa teneur en antioxydants et en resvératrol. Néanmoins, les études réalisées sur des souris montrent que la consommation de vin NE prévient PAS le cancer.

2. La grenade ?

Grenade coupée en deux

À cause de sa forte teneur en antioxydants, la croyance populaire estimait que la grenade aidait à lutter contre le cancer en freinant l’action des radicaux libres à l’origine des dommages cellulaires, en prévenant le vieillissement prématuré et en empêchant la multiplication des cellules.

Néanmoins, il a été démontré que cela n’est pas le cas. La consommation de grenade n’aide pas à prévenir ou à soigner le cancer. Cet aliment sert seulement à compléter une alimentation équilibrée.

3. Le thé vert ?

Bien qu’il contienne des antioxydants et du sulforaphane, il a été démontré que le thé vert ne prévient ni ne soigne le cancer. Il n’est donc pas utile d’en consommer au quotidien.

4. Le brocoli ?

Tiges de brocolis

Le brocoli est l’un des légumes verts à consommer dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée. Néanmoins, la consommation de brocolis ne prévient pas l’apparition de tumeurs dans la partie finale de l’appareil digestif.

La croyance populaire estimait que c’était le cas en raison de sa teneur en sulforaphane, une substance photochimique ayant des propriétés anticancérigènes sous certaines conditions.

5. Le café, l’un des alliés anticancérigènes ?

La croyance populaire estimait que la consommation de café pouvait aider à prévenir différents types de cancer. Selon une révision publiée en 2018 :

  • la consommation de café n’est pas associée au développement de cancers en général, mais de certains cancers ;
  • selon plusieurs études, la consommation d’une tasse de café au quotidien est associée à une diminution du risque de souffrir d’un cancer du foie, de la bouche et de la prostate ;
  • bien qu’il semble que la consommation de café ait un effet positif sur le contrôle du cancer des intestins, aucune étude ne vérifie cette hypothèse pour le moment ;
  • nombreuses sont les études dans lesquelles les données recueillies sont insuffisantes, raison pour laquelle il est nécessaire d’approfondir le sujet.

6. L’ail ?

Selon la croyance populaire, grâce à sa teneur en allicine et autres composés, l’ail serait un possible allié contre le cancer et contre d’autres maladies.

Néanmoins, les différentes recherches sur le sujet ont montré que l’ail sous toutes ses formes n’a aucun effet protecteur contre le cancer, quelle que soit la fréquence de consommation.

7. Les noix ?

Bol contenant des fruits secs
Les fruits secs sont riches en acide linoléique. Ils représentent la meilleure source de ce nutriment.

Les noix et les autres fruits secs contiennent des phytostérols, raison pour laquelle la croyance populaire considérait que cet aliment avait un potentiel anticancérigène.

Néanmoins, les chercheurs estiment qu’il est nécessaire d’approfondir le sujet, car les résultats obtenus jusqu’à l’heure actuelle ne sont pas concluants.

8. Les agrumes ?

Les agrumes comme le citron, l’orange et le pamplemousse, malgré leur teneur en vitamine C et autres nutriments, ne possèdent pas des “propriétés anticancérigènes”. Consommer ces aliments ne protègent donc pas l’organisme des cancers. Certains affirment le contraire en raison de la croyance selon laquelle la vitamine C “renforce” le système immunitaire.

Certains experts en nutrition comme Julio Basulto affirment qu’il n’existe aucun aliment ou boisson avec des propriétés anticancérigènes.

9. Les pêches ?

Des pêches

La croyance populaire estime que la pêche est une alliée potentielle contre le cancer en raison de sa teneur en polyphénols. Néanmoins, il a été démontré que la consommation de pêches ne joue pas un rôle déterminant dans la prévention ou le traitement du cancer. Plus de recherches sont nécessaires.

10. L’origan ?

Certains pensaient que le carvacrol présent dans l’origan possédait des propriétés anticancérigènes, notamment au niveau des cellules des seins, du foie et des poumons. Néanmoins, les études sur le sujet n’ont pas été réalisées sur des êtres humains : il n’est donc pas possible d’affirmer cette relation.

Cet article peut aussi vous intéresser : Mythes autour des aliments cancérigènes

Existe-t-il un guide pouvant dissiper les doutes sur le sujet ?

Les experts de l’Association espagnole contre le cancer ont élaboré un guide dans lequel sont exposés de façon claire, brève et concise les principales croyances erronées au sujet du cancer. Ils y mentionnent très clairement que les remèdes naturels ne soignent pas le cancer.

  • Kris-Etherton, P. M., Hecker, K. D., Bonanome, A., Coval, S. M., Binkoski, A. E., Hilpert, K. F., … Etherton, T. D. (2002). Bioactive compounds in foods: their role in the prevention of cardiovascular disease and cancer. The American Journal of Medicine.
  • Jurenka, J. (2008). Therapeutic applications of pomegranate (Punica granatum L.): A review. Alternative Medicine Review.
  • Cabrera, C., Artacho, R., & Giménez, R. (2006). Beneficial effects of green tea–a review. Journal of the American College of Nutrition.
  • Czapski, J. (2009). Cancer Preventing Properties of Cruciferous Vegetables. Vegetable Crops Research Bulletin. https://doi.org/10.2478/v10032-009-0001-3
  • Gaascht, F., Dicato, M., & Diederich, M. (2015). Coffee provides a natural multitarget pharmacopeia against the hallmarks of cancer. Genes and Nutrition. https://doi.org/10.1007/s12263-015-0501-3
  • Iciek, M., Kwiecień, I., & Włodek, L. (2009). Biological properties of garlic and garlic-derived organosulfur compounds. Environmental and Molecular Mutagenesis. https://doi.org/10.1002/em.20474
  • Vadivel, V., Kunyanga, C. N., & Biesalski, H. K. (2012). Health benefits of nut consumption with special reference to body weight control. Nutrition. https://doi.org/10.1016/j.nut.2012.01.004
  • Matheyambath, A. C., Padmanabhan, P., & Paliyath, G. (2015). Citrus Fruits. In Encyclopedia of Food and Health. https://doi.org/10.1016/B978-0-12-384947-2.00165-3
  • Noratto, G., Porter, W., Byrne, D., & Cisneros-Zevallos, L. (2009). Identifying peach and plum polyphenols with chemopreventive potential against estrogen-independent breast cancer cells. Journal of Agricultural and Food Chemistry. https://doi.org/10.1021/jf900259m
  • Gutiérrez-Grijalva, E., Picos-Salas, M., Leyva-López, N., Criollo-Mendoza, M., Vazquez-Olivo, G., & Heredia, J. (2017). Flavonoids and Phenolic Acids from Oregano: Occurrence, Biological Activity and Health Benefits. Plants. https://doi.org/10.3390/plants7010002