4 habitudes qui influencent le développement cérébral de l'enfant

Jusqu'à l'âge de trois ans, le cerveau se développe à un rythme incroyable. Cependant, ce développement se poursuit pendant de nombreuses années encore, et sa maturation jusqu'à l'adolescence.
4 habitudes qui influencent le développement cérébral de l'enfant

Dernière mise à jour : 26 novembre, 2020

Le cerveau commence à se former dès les premiers stades de la gestation. Ensuite, après la naissance, le développement cérébral se poursuit, surtout pendant les premières années de l’enfance. Est-il possible de stimuler le développement cérébral de nos enfants ? Existe-t-il des habitudes qui peuvent l’influencer et le renforcer ? Nous vous en disons davantage dans cet article.

Développement cérébral de l’enfant

Le cerveau débute sa formation au cours des deux premières semaines de grossesse. Plus tard, vers la fin de la grossesse, le cortex cérébral est formé. Toutefois, son développement n’est pas complet et ne le sera qu’après l’accouchement.

En effet, à la naissance, le cerveau du bébé est encore en processus de formation et de maturation. Ce n’est qu’à l’âge de trois ans qu’il atteint près de 80 % du cerveau d’un adulte. Par conséquent, il s’agit d’une étape où le cerveau se développe à une vitesse incroyable. C’est probablement la raison pour laquelle nous sommes incapables de nous souvenir des événements antérieurs à cet âge.

Ainsi, les premières années de la vie sont fondamentales pour le développement cérébral. La plupart des structures essentielles se développent :

  • Le cortex visuel. A l’âge de six mois, le bébé peut voir presque comme un adulte (profondeur, mise au point, etc.).
  • Le cervelet multiplie sa taille, permettant ainsi le développement des activités motrices.
  • La myélinisation devient plus rapide. Ce qui permet aux messages d’arriver plus rapidement au cerveau.
  • Croissance neuronale. De nombreuses synapses neuronales se créent, encore plus que celles qui atteindront l’âge adulte. Cela explique pourquoi les enfants peuvent apprendre davantage de choses et plus rapidement que les adultes.

Néanmoins, le développement ne s’arrête pas à cet âge. Au contraire, il continuera à se développer à un rythme vertigineux, et continuera à s’affiner jusqu’à l’adolescence

Par ailleurs, le développement cérébral est un processus actif et interactif qui prend forme au fur et à mesure que l’enfant grandit et apprend. C’est pourquoi, certains facteurs biologiques, physiques, mais également environnementaux (parents, éducateurs, mode de vie), entrent en jeu.

Habitudes qui influencent le développement cérébral de l’enfant

1. Interagir

Enfants qui jouent autour d'une table avec une adulte.

“L’interaction avec l’enfant est essentielle pour son développement cérébral. Cela permet d’obtenir une stimulation adéquate du cerveau.”

Lorsqu’un enfant s’exprime, que ce soit en pleurant ou en babillant, et qu’il trouve en réponse un contact visuel, un câlin ou une réponse orale, des connexions neuronales s’établissent ou se renforcent dans son cerveau. Elles l’aideront ainsi plus tard à développer ses aptitudes communicatives et sociales.

C’est ce que le Child Development Center de l’Université de Harvard appelle “servir et rendre”. En effet, les scientifiques de ce centre affirment qu’une relation sans interaction, autrement dit sans réponse, peut même constituer un grave danger pour le développement de l’enfant.

Par conséquent, pour son développement correct, le cerveau a besoin d’interaction afin de recevoir une stimulation adéquate. S’il n’y a pas d’interaction, les réactions au stress seront plus actives, libérant des hormones qui peuvent provoquer des déficiences dans le développement cérébral.

2. Eviter le stress toxique

Selon le Child Development Center de l’Université de Harvard, il est important de prêter attention à la façon dont les enfants apprennent à faire face aux adversités pendant leur développement.

Lorsque nous nous sentons menacés, il est normal que notre corps réagisse par certaines réactions physiques telles que l’augmentation du rythme cardiaque et la libération d’hormones comme le cortisol. En ce sens, un enfant qui trouve un environnement positif et protecteur dans ce genre de moments apprendra à réguler son stress avec succès. Même au niveau physiologique.

D’autre part, des enfants qui ne trouvent pas de calme et de soutien lorsqu’ils ressentent une menace, et que leur réaction est extrême ou durable, peuvent même souffrir de dommages dans leur structure cérébraleselon ce centre.

C’est pourquoi, nous devons apporter un soutien et aider l’enfant à contrôler et à calmer ses réactions face au stress toxique. Pour cela, il est fondamental de le soutenir afin qu’il puisse apprendre à les transformer en réactions normales et positives. Il est donc primordial que le petit bénéficie d’un appui stable de son environnement.

3. L’exercice physique

Un adulte qui joue au ballon avec un enfant.

“Encourager les bonnes habitudes comme l’exercice physique peut contribuer à un développement cérébral optimal chez l’enfant.”

L’exercice physique est également un facteur déterminant dans le développement cérébral. En effet, le cerveau est lié à la santé générale. En ce sens, certaines études indiquent que l’exercice pendant l’enfance peut améliorer les fonctions cognitives des plus petits.

Mais en outre, l’exercice physique semble aussi être associé à un risque plus faible de dépression infantile selon cette étude. Le sport est donc vivement recommandé pour la prévention des troubles mentaux qui pourraient survenir plus tard.

Ainsi, soulignons que certains exercices aérobiques tels que le vélo ont un impact réellement positif chez les enfants hyperactifs ou souffrant de troubles de l’attention.

4. L’amour

La relation qui s’établit entre l’enfant et la personne qui s’occupe de lui est fondamentale. En effet, elle est de la plus haute importance pour son développement physique, émotionnel et intellectuel.

L’enfant a besoin de se sentir protégé, en sécurité et soigné. Il a également besoin d’une référence stable de soutien, de dévouement, de responsabilité et d’amour. Par conséquent, les adultes doivent toujours se montrer réceptifs et prêts à répondre.

En effet, l’attitude indifférente des parents ou des éducateurs peut être une cause de l’arrivée de troubles mentaux futurs. Par exemple, les troubles de l’apprentissage, l’anxiété, les problèmes de comportement, etc.

Enfin, comme vous pouvez le constater, le cerveau se développe constamment pendant l’enfance. Ainsi, pour un développement sain, il est nécessaire que l’interaction de l’enfant avec son environnement et les personnes qui s’occupent de lui soient stimulante et active.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le trouble de désinhibition du contact social chez l’enfant
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Le trouble de désinhibition du contact social chez l’enfant

Le trouble de désinhibition du contact social se caractérise par une proximité excessive et sans retenue de l'enfant avec les inconnus.