4 signes qui indiquent une dépendance au shopping

29 août 2020
Les signes de dépendance au shopping apparaissent comme une compulsion progressive dans ce trouble. Il existe des moyens de repérer les premiers signes et de chercher rapidement de l'aide.

Souvent, la dépendance au shopping est un processus difficile lorsque l’on connaît mal ce trouble. En général, la personne dépendante est la dernière à remarquer les actions qui résultent de son comportement.

L’addiction au shopping est la façon compulsive de faire des achats de biens, voire même de services. Le plus souvent, il s’agit de produits de consommation classique, qui n’ont pas d’utilité précise et qui sont achetés par besoin à cause de la publicité.

Il est tout à fait normal de faire des achats pour couvrir les besoins logiques du quotidien. Toutefois, si vous développez une addiction aux achats, vous pouvez alors perdre le contrôle de la consommation. Par ailleurs, le processus peut s’accompagner de frustration quand on n’obtient pas ce que l’on désire, et d’une certaine culpabilité postérieure en raison des dépenses.

Même si nous vivons dans une société consommatrice, avec une tendance à dépenser de manière superflue, toutes les personnes ne sont pas susceptibles de développer ce comportement. D’autre part, on observe une susceptibilité accrue chez les personnes plus compulsives, qui tolèrent mal la frustration ou dont l’estime de soi est trop faible.

Quel est le profil classique de la dépendance au shopping ?

Tout le monde peut être accro au shopping, même s’il existe un profil spécifique qui présente davantage ce trouble. De manière générale, il s’agit d’une jeune femme ayant facilement accès à Internet.

Selon les estimations mondiales des pays développés, les femmes développent plus ce comportement que les hommes, dans une proportion élevée. On constate également qu’elles passent plus de temps à choisir le produit, sans acheter immédiatement la première chose qu’elles trouvent. Cela est aussi commun chez les hommes.

La plupart du temps, l’âge de ces conduites addictives oscille entre 20 et 65 ans. En revanche, les personnes âgées semblent réduire leurs habitudes d’achats.

Internet a entraîné un changement ainsi qu’un retentissement explosif du phénomène de dépendance au shopping. En effet, la facilité avec laquelle nous avons accès aux magasins en ligne, remplis de produits, d’offres, de promotions et de livraisons gratuites, a renforcé la compulsion.

Bien qu’il existe également des personnes accros au shopping dans les boutiques physiques et traditionnelles, on constate que le shopping en ligne est la norme pour les personnes atteintes de ce trouble. Cela garantit également un certain anonymat qui évite l’embarras de se rendre régulièrement dans un lieu et d’être découvert.

Une femme dans la dépendance au shopping sur Internet.

Lisez également : Que cachent les achats compulsifs ?

4 signes qui indiquent que vous êtes accro au shopping

Il existe un ensemble de signes, de signaux et de comportements qui peuvent alerter de la dépendance au shopping. Parmi eux figurent :

  • Un désir incontrôlable d’acheter : l’addiction aux achats est une compulsion. La personne souhaite absolument posséder un nouveau produit et le plus vite possible. Cela peut conduire à des symptômes d’anxiété qui sont identifiables
  • La perte de contrôle : l’une des caractéristiques de toutes les addictions est la difficulté de la personne à se contrôler. Un signe qui indique que vous êtes accro au shopping est que vous ne pouvez pas vous arrêter de dépenser ou d’acheter
  • Ce comportement interfère dans tout : un autre signal de dépendance au shopping est qu’elle affecte diverses facettes de la vie de la personne. L’addiction ne se limite pas à un moment de la journée, mais il s’agit d’une habitude qui perturbe la vie familiale, professionnelle et sociale
  • La frustration de ne pas pouvoir acheter : lorsque vous devenez anxieux, nerveux et irritable car vous n’avez pas pu acheter ce que vous vouliez, c’est certainement un signe de dépendance au shopping. Il est normal d’être déçu de ne pas acheter ce que l’on veut. Cependant, si cela se manifeste de façon excessive par une frustration, c’est certainement pathologique

Découvrez davantage : Les addictions pendant le confinement

Traitements pour une personne accro au shopping

Il s’agit d’une dépendance et, à ce titre, le schéma thérapeutique se base sur une approche psychologique. L’utilisation de médicaments peut être justifiée s’il existe des comportements très marqués d’anxiété ou de dépression, pour lesquels un psychiatre intervient avec certains médicaments.

Quant à la psychothérapie, les techniques de relaxation et de modification des comportements sont privilégiées. L’objectif est d’augmenter le contrôle des impulsions et d’éviter les situations qui pourraient favoriser un achat compulsif.

Parfois, grâce à la thérapie cognitive, on aborde avec le patient l’origine ultérieure de l’addiction. Cela suppose que la personne concernée soit consciente de son trouble et apprenne à garder une trace de ses dépenses et des sentiments qu’elle traverse chaque fois qu’elle achète quelque chose.

Concernant la modification de la conduite, l’implication d’autres personnes pour aider dans le traitement est essentielle. Un tuteur peut être choisi pour gérer l’argent de la personne dépendante, et la conseiller sur les produits utiles ainsi que ceux qui sont superflus.

Une femme victime de dépendance au shopping qui marche avec des sacs dans la main.

La dépendance au shopping n’a rien de drôle

Bien que cela ressemble à un jeu, et que beaucoup de personnes soient habituées à dépenser leur argent pour faire des achats non vitaux, il faut comprendre que l’addiction au shopping est un trouble psychologique.

En tant que tel, il mérite une attention particulière ainsi qu’un traitement dans les cas qui le nécessitent. Enfin, les conséquences familiales et professionnelles d’une compulsion de ce type sont loin d’être négligeables.

 

  • PELLICER, MC. “Adicción a las compras.” Isis tradicional Psicologia Humanista (2006): 81-101.
  • Echeburrúa, E., and P. Corral. “El reto de las nuevas adicciones: objetivos terapéuticos y vías de intervención.” Psicología conductual 13.5 (2005).
  • Doğan Keskin, A., and S. Günüç. “Testing models regarding online shopping addiction.” Addicta: The Turkish Journal on Addictions 4 (2017): 221-242.
  • Uzarska, A., S. K. Czerwiński, and P. A. Atroszko. “Shopping Addiction Is.” (2019).
  • Kirezli, Özge, and Fatma Müge Arslan. “Analyzing Motivational Determinants of Shopping Addiction Tendency.” Ege Akademik Bakis 19.1 (2019): 61-74.