9 remèdes naturels contre la rosacée

25 janvier 2017
Pour soulager les symptômes de la rosacée ou couperose, nous pouvons opter pour un traitement qui combine l’utilisation topique avec la consommation de certains aliments pour améliorer notre état.

Dans de rares occasions peuvent apparaître quelques pustules et une inflammation de la peau. Bien que la rosacée se développe normalement sur les joues, elle peut également apparaître sur le front, le menton, les oreilles, autour des yeux, le cou et même de la poitrine.

Il n’existe pas d’explication spécifique qui puisse justifier l’apparition de ce problème, même s’il est plus commun chez les femmes de peau blanche quand :

  • On pratique beaucoup d’exercices
  • On ressent des sentiments de honte
  • Il y a des changements dans le climat
  • On a pratiqué de grandes expositions au soleil provocant des brûlures
  • On a subi des situations de stress prolongées

Si vous pensez souffrir de rosacée, ayez recours à quelques-uns de ces remèdes :

1. L’huile de coco

Le gras de l’huile de coco est, sans aucun doute, beaucoup plus bénéfique pour votre corps que les graisses qui s’obtiennent des aliments préparés.

Bien que nous ayons tous besoin d’inclure du gras dans notre régime pour garder nos cellules saines, toutes ne sont pas adéquates.

En effet, si vous souffrez de rosacée, votre visage peut s’enflammer à cause de la consommation de graisses d’origine animales dans votre régime.

Pour cela, les substituer par l’huile de coco fera diminuer l’inflammation.

Lisez également :

Comment utiliser l’huile de coco pour des cheveux magnifiques

2. Le saumon

Le saumon pour lutter contre la rosacée

La teneur élevée d’acides gras oméga 3 de ce poisson et d’autres poissons bleus constituent une merveille et également une délicieuse façon de réduire les symptôme de la rosacée.

Certains types de protéines occasionnent souvent de mauvaises réactions et votre corps s’enflamme.

Si vous basez votre régime sur la consommation de protéines, essayez avec le poisson.

Même si cela peut être un peu difficile si vous préférez la viande, au bout du compte, votre peau vous remerciera du changement.

3. Le miel

Appliquez donc un masque de miel quand vous ressentez les gênes de la rosacée.

Le miel possède en effet des propriétés antimicrobiennes et anti-inflammatoires qui évitent ainsi l’apparition de la si fréquente couleur rougeâtre.

En même temps, vous apporterez de l’hydratation et beaucoup de douceur à la peau. Nous vous recommandons ainsi d’appliquer un masque de miel une fois par semaine.

De cette façon, vous pourrez éliminer les symptômes actuels et prévenir de futures apparitions. 

4. L’huile de lavande

L’application d’huile de lavande directement sur le visage peut provoquer de l’irritation chez certaines personnes. Cependant, ses propriétés antiseptiques et anti-inflammatoires peuvent permettre de réduire la taille des vaisseaux sanguins du visage pour qu’ils soient moins visibles.

Grâce à cela, nous arriverons à ce que la couleur rougeâtre et la brillance excessive du visage diminuent.

Si vous êtes une personne qui présente une réaction à cette huile, vous pouvez être tranquille ; cela ne dure généralement que quelques heures.

5. Masque de concombre

concombres

Le concombre possède de fantastiques propriétés hydratantes qui aident votre peau à ouvrir les pores et à réduire la taille des vaisseaux sanguins de votre visage.

Cela signifie que la rougeur provoqué par la rosacée diminuera graduellement.

  • L’idéal est d’appliquer ce masque deux fois par semaine quand les symptômes sont sévères.
  • Lorsqu’il y a moins de symptômes, il est recommandable d’appliquer le masque une fois par mois.

6. L’aloe vera

L’aloe vera est un bon remède pour réduire l’inflammation de n’importe quelle partie du corps.

Dans le cas de la rosacée, le gel d’aloe vera calme la rougeur en même temps qu’il soulage l’inflammation et les troubles secondaires.

Pour cette raison, c’est une bonne idée d’avoir toujours chez soi une plante ou un peu de gel sous la main. Il suffit d’en appliquer un peu, quand les symptômes commencent à apparaître.

7. Le thé vert

Le thé vert contient des catéchines et d’autres composants qui, lorsqu’ils sont combinés, deviennent un excellent remède pour traiter la rosacée.

Leurs propriétés anti-inflammatoires, phytoprotectrices et leur forte teneur en antioxydants permettent d’éradiquer les troubles et d’améliorer la peau.

  • Vous pouvez profiter de ce thé de deux manières : en prendre tous les matins une ou deux tasses ou appliquer un sachet de thé froid sur les zones affectées.

8. Le réglisse

Réglisse

L’extrait de réglisse a la capacité de réduire l’irritation et le rougeoiement tout en stimulant la régénération et le processus de guérison de la peau.

Ainsi, vous arrivez à faire en sorte que vos vaisseaux sanguins restent contractés et vous réduirez également les probabilités d’apparition de pustules.

9. Le curcuma

Le curcuma est ainsi un des anti-inflammatoire les plus puissants que nous pouvons trouver dans la nature. Il réduira donc l’inflammation dans tout votre corps, tout en lui apportant énormément de bienfaits grâce à ses antioxydants.

Pour obtenir tous ses bénéfices, il suffit de prendre un thé de curcuma. Vous pouvez ainsi le consommez seul ou avec un peu de miel si sa saveur ne vous plaît pas trop.

Regardez cet article :

Un remède naturel infaillible le curcuma au miel d’abeille

Ne désespérez pas avec le traitement de votre rosacée

Ces remèdes peuvent vous aider à faire face aux symptômes légers de rosacée.

Si vous considérez que vous êtes à un stade grave de cette maladie, le mieux sera alors de consulter votre médecin pour qu’il vous indique le traitement le plus adapté.

  • Libon, F., El Hayderi, L., Nikkels-Tassoudji, N., Dezfoulian, B., & Nikkels, A. F. (2015). La rosacée. Revue Medicale de Liege.
  • Cribier, B. (2016). Actualités dans la rosacée. Annales de Dermatologie et de Venereologie. https://doi.org/10.1016/j.annder.2016.09.273
  • Cribier, B. (2011). Physiopathologie de la rosacée. Rougeurs, couperose et rosacée. Annales de Dermatologie et de Venereologie. https://doi.org/10.1016/S0151-9638(11)70078-3