Quelle alternative aux médicaments pour traiter la dépression ?

· 4 juillet 2015
Puisque toutes les dépressions sont différentes, elles ne peuvent pas être traitées de la même façon. Dans la plupart des cas, les produits pharmaceutiques ne sont pas la seule réponse, même s'ils peuvent aider.

Le médicament antidépresseur est la solution la plus utilisée pour venir à bout de cette terrible pathologie qu’est la dépression.

En effet, la consommation de ce type de médicaments explose depuis plusieurs années.

Selon les informations du groupe « IMS Health« , les ventes d’antidépresseurs ont augmenté de plus de 20% en Europe depuis 2012.  

Ce phénomène s’explique par le fait que la vie est de plus en plus compliquée pour tout le monde.

Nous avons tous plus de responsabilités, nous abordons tous le monde complexe du travail avec des ambitions personnelles à satisfaire, ce qui complique lourdement notre équilibre et notre bonheur.

La question à se poser est la suivante : les antidépresseurs constituent-ils la seule et unique solution pour venir à bout de la dépression ?

Nous allons tenter de répondre à cette question dans la suite de cet article.

Les antidépresseurs sont-ils efficaces ?

Ces dernières années, de nombreuses études ont été réalisées pour tenter de répondre à cette question.

Face à l’augmentation significative de la consommation de médicaments antidépresseurs, de nombreux chercheurs ont essayé de démêler le vrai du faux dans l’efficacité de ces produits chimiques de synthèse pour guérir la dépression.

Voici leurs conclusions :

  • Tout dépend du type de dépression dont vous souffrez. Face à des dépressions légères ou modérées, des pilules comme le Prozac ne donnent pas de bons résultats.
    Si elles sont prises indépendamment de tout autre traitement, leur efficacité est très faible.
    Si elles sont couplées à d’autres approches, comportementalistes ou psychologiques par exemple, elles aboutissent en général à une plus grande efficacité.
  • Dans le cas de dépressions profondes, les médicaments sont essentiels. Mais il est important de rappeler qu’une personne ne peut pas passer sa vie entière sous traitement pharmacologique.
    C’est un moyen temporaire à travers lequel la personne peut initier des thérapies profondes, afin de se sortir progressivement de la dépression.
    Si nous nous limitons à l’utilisation d’antidépresseurs pour traiter un patient, la seule chose que nous accomplirons est de camoufler le véritable problème.
    C’est alors que cette « douleur existentielle » peut se convertir en une grave pathologie chronique.
  • Les médecins nous expliquent que, dans 80% des cas, les personnes qui se rendent chez le médecin pour « souffrance du quotidien », c’est-à-dire de stress, d’anxiété ou de problèmes affectifs, n’auraient rien à retirer d’un traitement à base d’antidépresseurs.
    Il faut également préciser que toutes les dépressions ne sont pas dues à des « maux de l’âme » et qu’elles ne peuvent pas être comparées.
    Chaque personne est unique et a besoin d’un traitement qui lui soit adapté.
    C’est exactement l’un des écueils des antidépresseurs : ils ont une vocation universelle, qui ne correspond pas à la réalité de la maladie.

Alternatives et stratégies complémentaires aux antidépresseurs

Dépression-1

Il est vrai que les antidépresseurs sont utiles, mais ils ne sont pas les uniques remèdes qui permettent de surmonter une dépression.

C’est exactement la même chose lorsque l’on prend un analgésique pour soulager un maux de tête, sans en connaître la cause ou l’origine.

Le mal ne sera pas soigné, mais juste masqué. Peut-être est-ce le stress ? Ou alors une mauvaise alimentation ? Voire les règles ?

Toute souffrance a une cause profonde, et les médicaments pharmaceutiques ne sont pas les uniques moyens de solutionner ce problème.

Ils soulagent le patient, sans aucun doute, mais ils ne traitent pas le mal profond. Dans le cas de la dépression, le pilier principal pour la surmonter est la volonté.

Prenez note des principales stratégies à suivre pour y parvenir :

  • La douleur est propre à la personne qui en souffre, mais celle-ci doit se faire aider : si vous souffrez de dépression, ne vous limitez pas à la prise d’antidépresseurs sans considérer les autres moyens qui peuvent vous aider.
    Lorsque quelqu’un souffre de cette pathologie, il a tendance à penser que personne ne peut le comprendre, qu’aucun être humain ne peut savoir ce qu’il ressent, et ce dont il souffre.
    Accepter l’aide des siens permet de se rapprocher des personnes qui vous entourent et qui vous apprécient véritablement.
    Dans le même temps, vous vous éloignez des personnes qui vous causent de la souffrance.
    Vous établissez une « économie sociale », c’est-à-dire que vous ouvrez les portes de votre cœur à ceux qui vous apportent de la paix et de l’équilibre, tout en vous protégeant des personnes toxiques qui n’ont que de la souffrance à vous offrir.
  • Vous avez le droit de tomber, mais vous avez l’obligation de vous relever : si, aujourd’hui  vous souffrez et que vous sentez l’ombre de la dépression planer au-dessus de votre esprit, ne laissez pas cet état devenir chronique.
    Ne vous limitez pas à prendre des antidépresseurs pour trouver une sensation de tranquillité, qui ne sera que factice.
    Vous devez être courageux et assumer ce qui se passe en vous, en votre for intérieur.
    Ouvrez un dialogue avec vous-même, parlez avec ceux qui vous entourent, essayez de vous comprendre et de détecter l’origine de cette douleur, puis assumez-la.
    Une fois que vous avez compris les racines du mal, vous devez vous convaincre qu’une vie de souffrance n’est pas une véritable vie, c’est un théâtre de l’obscurité.
    C’est l’heure de vous relever et de vivre intensément à nouveau.
  • De nouvelles passions, de nouveaux chemins : une dépression se surpasse en continuant à aller de l’avant, en ouvrant des portes et en se regardant dans le miroir avec un sourire aux lèvres.
    La douleur disparaît peu à peu en faisant de nouveaux projets, en provoquant la renaissance d’un espoir de vie, en prenant de nouveaux chemins qui apporteront sûrement de nouveaux moments de bonheur.
    Nous passons tous par des phases sombres dans notre vie, mais l’essentiel est de garder à l’esprit que d’autres phases plus heureuses nous attendent à la sortie de l’obscurité.

Les antidépresseurs sont utiles, mais ils ne sont en aucun cas l’unique manière de surmonter la dépression.

L’aide psychologique, l’appui social et la force de volonté personnelle sont des clés essentielles qu’il ne faut jamais négliger.