Amitié entre hommes et entre femmes : quelles sont les différences ?

L'amitié entre hommes et entre femmes n'est pas la même. Peut-être est-ce culturel ? Peut-être est-ce lié à la personnalité ? Découvrez ici ce que les spécialistes disent.
Amitié entre hommes et entre femmes : quelles sont les différences ?

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Lorsqu’on demande à un homme les raisons pour lesquelles un de ses amis mâles s’est éloigné, il ne peut généralement pas donner la raison. Une femme, elle, s’assure de comprendre à quoi est dû l’éloignement d’une amie. La raison en est que l’amitié entre les hommes et entre les femmes est différente.

Peut-être y a-t-il des facteurs culturels qui nous influencent dès le plus jeune âge dans notre façon de créer des amitiés, que nous soyons des hommes ou des femmes. Ce sont peut-être des traits de personnalité ou même d’autres raisons qui peuvent être expliquées par la psychologie. Approfondissons.

L’amitié entre hommes est plus instrumentale

Ce terme vient du psychologue et auteur Ronald E. Riggio. L’amitié entre les hommes se caractérise par le fait de profiter d’une activité ensemble, sans trop entrer dans la sphère intime.

C’est un point que les femmes ne peuvent pas entièrement comprendre. Prenons l’exemple du premier baiser ou d’un premier rapport sexuel : les femmes veulent tous les détails, ce qui n’est pas le cas des hommes.

Deux amis.
L’amitié entre hommes est dite instrumentale, car ils n’entrent pas dans les détails personnels.



Les hommes négligent davantage l’amitié

Une autre réflexion apportée par Ronald E. Riggio est que les hommes négligent davantage les relations. Ils peuvent passer des mois sans contacter leurs amis, sans leur parler. Ils peuvent aussi se retrouver comme si de rien n’était, sans que leur lien soit affecté.

C’est loin d’être le cas chez les femmes. Si le contact n’est pas fréquent et qu’une série d’efforts ne sont pas faits pour entretenir le lien, l’amitié s’effondre. Les femmes attachent une grande importance à ce type de relation. Comme nous l’avons vu précédemment, cela affecte même leur propre santé.

Les amies des femmes s'unissent.
Les contacts fréquents sont typiques des amitiés entre femmes, qui nécessitent des rencontres fréquentes.

Les femmes parlent davantage de leurs émotions et de leurs relations

Certaines enquêtes menées il y a quelques années ont révélé un aspect qui peut différencier l’amitié entre les femmes de celle des hommes. Il existe plusieurs données qui corroborent ce que nous avons expliqué jusqu’à présent.

Les scores pour parler de famille, d’objectifs ou de problèmes personnels étaient plus élevés chez les femmes interrogées. Les conversations téléphoniques étaient également plus nombreuses du côté des femmes. Les femmes recherchent auprès de leurs amies un soulagement et des conseils.

Même s’il y a toujours des exceptions, il est vrai que l’amitié entre hommes et femmes est loin d’être la même. Nous n’avons qu’à jeter un coup d’œil autour de nous et à nos propres relations.



Les relations amicales sont nécessaires

Quoi qu’il en soit, les relations amicales sont importantes et nécessaires. En vieillissant, nous pouvons perdre des amis en cours de route, nous en faisons aussi de nouveaux. C’est normal, car nous changeons tous. En fin de compte, nous finissons par miser sur la qualité plutôt que sur la quantité.

Cela pourrait vous intéresser ...
7 raisons pour lesquelles les amitiés sont importantes
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
7 raisons pour lesquelles les amitiés sont importantes

Les vraies amitiés, celles qui comptent, améliorent différents aspects de la santé et vous préparent au succès. Elles sont essentielles.



  • DE NOVIAZGO, E. U. (2021). FACTORES ASOCIADOS A LA SATISFACCIÓN EN LAS RELACIONES. Revista de Estudios Clínicos e lnvestigación Psicológica11(21).
  • Rodríguez-Madrid, M. N., Río-Lozano, D., Fernández-Peña, R., Elizalde-Sagardia, B., & del Mar García-Calvente, M. (2022). Redes personales de apoyo y cuidado informal: ¿diferencias por sexo y territorio? (estudio CUIDAR-SE II). Gaceta Sanitaria35, 515-524.