Les attentes dans les relations de couple

Ne pas avoir d'attentes trop élevées ni trop faibles est sans doute la clé pour être heureux en amour et dans d'autres sphères.
Les attentes dans les relations de couple

Dernière mise à jour : 04 mai, 2022

Les attentes dans les relations de couple sont très courantes. Nous avons une idée dans notre esprit de la façon dont l’autre personne est ou devrait être, nous nourrissons certains espoirs qui ne se réalisent jamais. Tout cela peut finir par être le déclencheur de plusieurs conflits qui affectent la relation.

On peut considérer qu’il existe 3 types d’attentes : les attentes élevées, les attentes faibles et enfin l’absence d’attentes. Toutes ont des conséquences dans la relation de couple.

Lorsque les attentes sont élevées, il y a conflit

Les attentes dans les relations que nous connaissons le mieux sont les plus élevées. Nous voulons que notre partenaire soit d’une manière ou d’une autre. Nous rêvons qu’il fasse certaines choses, d’une manière ou d’une autre. Le problème est que tout ce que nous pensons n’est pas réaliste et ne se réalisera probablement jamais.

Par exemple, si nous sommes tombés amoureux de quelqu’un qui met toujours les pieds sur la table et qu’un jour nous nous lassons de supporter ce comportement et commençons à le récriminer, un conflit peut survenir.

Ce dont nous ne sommes pas conscients, c’est que l’autre personne n’a pas changé. Simplement, nous avons ignoré certaines attitudes. Ce que nous acceptons au début de la relation continuera à se produire.



De faibles attentes, un piège mortel

Si avoir des attentes élevées dans une relation est loin d’être une bonne chose, avoir de faibles attentes l’est encore plus. Dans ce cas, nous n’attendons rien de la relation ou de l’autre personne et, très probablement, nous souffrons d’une très faible estime de soi.

Le gros problème avec les faibles attentes est que nous nous conformons à cette faible estime de soi, nous la renforçons même. Comment ? En admettant et en approuvant une situation qui nous cause un grand malaise.

Si les attentes élevées impliquent d’exiger trop de l’autre, les faibles attentes nous font exiger moins que ce que l’on mérite. Nous devons être conscients de ce que nous valons et ne pas en attendre moins. Nous saurons ainsi quand couper court à une relation qui ne nous fait aucun bien.

Faut-il ne rien attendre ?

Compte tenu de tout ce qui précède, vous pensez peut-être que l’idéal est donc de ne pas avoir d’attentes. Mais savez-vous ce qui se passe si vous n’en avez pas ? Cela signifie que vous ne savez pas ce que vous voulez.

Savoir ce que vous voulez est nécessaire pour savoir où aller. Vous ne pouvez pas être dans les limbes, perdu, sans prendre de décisions. Si vous entrez dans une relation sans savoir ce que vous voulez, vous pouvez causer beaucoup de dégâts.

L’équilibre est nécessaire pour se sentir à l’aise. Il garantira votre bien-être et votre bonheur.



Il est difficile de ne pas avoir d’attentes, car même ceux qui ne sont pas engagés dans une relation. Par exemple, ne pas vouloir s’engager est déjà une attente.

Être conscient du fonctionnement des attentes dans les relations et ne pas se blâmer pour les erreurs que nous avons pu commettre nous permettront d’avancer dans le bon sens. Nous avons un long chemin devant nous.

Images reproduites avec l’aimable autorisation de Katharina Jung.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quel est le meilleur moment de la journée pour faire l’amour ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Quel est le meilleur moment de la journée pour faire l’amour ?

Vous vous demandez que est le meilleur moment de la journée pour faire l'amour ? Les dernières études nous disent à 7 heures du matin.



  • Stephanou, G. (2012). Romantic relationships in emerging adulthood: Perception-partner ideal discrepancies, attributions, and expectations. Psychology, 3(02), 150.
  • Sullivan, B. F., & Schwebel, A. I. (1995). Relationship beliefs and expectations of satisfaction in marital relationships: Implications for family practitioners. The Family Journal, 3(4), 298-305.