Asexualité : ne pas ressentir de désir sexuel

· 24 juillet 2017
L'asexualité est une orientation sexuelle qui fait que l'individu ne ressent pas le besoin physique d'avoir des relations sexuelles, que ce soit avec des personnes du même sexe ou du sexe opposé.

Cela semble impossible qu’il y ait des personnes qui ne ressentent pas de désir sexuel, d’attraction pour les autres, l’envie de la recherche du plaisir… Mais cela existe pourtant et c’est ce que l’on appelle « asexualité ».

L’asexualité est invisible et très peu connue. De plus, elle a tendance à générer de graves problèmes dans le couple car lorsqu’on ne ressent pas de désir sexuel, il n’y a pas ce besoin d’avoir des relations.

Et plus encore, on a tendance à les éviter.

Découvrez : Choses étranges qui peuvent arriver après le sexe

L’asexualité est-elle une conséquence du célibat ou du fait d’avoir certaines croyances ? La réponse est « non ». C’est une condition naturelle qu’une personne ressent en elle.

L’asexualité, la « non orientation sexuelle »

pareja-asexual

Une personne asexuelle, comme elle ne ressent pas de désir sexuel, n’a pas ce besoin d’avoir des relations. Elle n’a pas non plus d’orientation sexuelle, car elle ne se sent attirée par personne, ni les gens du même sexe, ni les gens du sexe opposé.

Il s’agit donc d’une « non orientation sexuelle ».

Il existe une telle méconnaissance et si peu de recherches concernant cela que beaucoup de gens pensent que ce ne sont pas des personnes asexuelles, mais des personnes réprimées.

C’est évidemment une situation étrange car l’être humain ressent naturellement du désir sexuel afin de profiter d’une expérience agréable et pouvoir se reproduire, s’il le souhaite.

Lisez aussi : 8 signes qui montrent que notre corps a besoin de sexe

Cependant, même si c’est une situation différente et peu habituelle, ce n’est pas une maladie ni une caractéristique qui définirait les personnes réprimées.

Il s’agit simplement d’une non-orientation sexuelle. 

connexion-500x333

La pression sociale

Nous pouvons penser qu’une personne asexuelle ne devrait pas avoir de problèmes. Tous les types d’orientation sexuelle, et cette « non-orientation », devraient être respectés et traités avec normalité.

Malheureusement, cela ne se passe pas ainsi dans la réalité. Les personnes asexuelles souffrent d’une grande pression sociale car elles sont différentes. 

Xavier, une personne asexuelle, disait la chose suivante : “J’ai mis beaucoup de temps à me mettre en couple par je-m’en-foutisme. Quand je l’ai fait, ça a été à cause de la pression sociale. Je n’en ressentais pas le besoin ».

Ces personnes se voient « obligées » d’être comme les autres, de chercher quelqu’un, de supporter les questions du type : « quand est-ce que tu te trouves un amoureux, une amoureuse ?”.

Ne passez pas à côté de : Célibataire : je n’attends rien, je ne cherche rien, je me contente d’être heureuse

gettyimage-asexuel-1

Elles sont marginalisées par la société et reléguées aux pires situations.

Imaginez-vous comment une personne asexuelle peut percevoir la publicité aux connotations sexuelles ? Ce contenu érotisé en permanence ne signifie rien pour elle. Il n’a pas du tout l’effet désiré.

Le faible désir sexuel a toujours existé

Même si on ne lui avait pas donné de nom jusqu’à présent, le faible désir sexuel a toujours existé et beaucoup de personnes asexuelles n’en sont pas conscientes jusqu’à ce qu’elles se retrouvent en couple avec une personne sexuellement active.

Malgré tout cela, et à propos de ce que disait Xavier, les personnes asexuelles souhaitent-elles ne pas être en couple ?

Xavier disait qu’il n’avait pas besoin d’avoir un conjoint mais beaucoup de personnes asexuelles souhaitent en en avoir un, même si elles veulent pas de sexe.

Un grand problème surgit lorsqu’une personne asexuelle tombe amoureuse d’une personne sexuellement active. Les deux doivent parler de leur relation pour trouver une solution et pour qu’aucune des deux ne doive faire des sacrifices si elle ne veut pas de relations sexuelles.

Asexuel-le ne veut pas dire que la personne ne peut pas aimer d’autres personnes, car nous avons tou-te-s besoin d’affection mais nous n’avons pas tou-te-s besoin de sexe.

Les personnes asexuelles, parfois, se sentent forcées d’avoir des relations sexuelles. Elles ne le souhaitent pas, mais elles ne refusent pas pour autant. Elles ne ressentent rien et n’en souffrent pas mais elles ne le font que pour leur conjoint.

asexualite-possible-500x317

C’est pour cela qu’il est nécessaire de parler dans le couple quand une personne est asexuelle mais que l’autre ne l’est pas. La communication est toujours essentielle et d’autant plus dans ce cas.

Comme le disait Moisés Catalán, président de « la Asociación Nacional Queer El Príncipe Lila »:

“Faire durer un couple où l’un est asexuel et l’un sexuel dépend de l’accord que les deux passent ensemble. Il y a ceux qui pratiquent le sexe pour stimuler la relation amoureuse et d’autres qui acceptent une relation ouverte”.

Avant de partir, découvrez : « Je veux être célibataire à deux avec toi » : la lettre la plus connue d’internet

Avez-vous déjà rencontré une personne asexuelle ? Beaucoup d’entre elles ne savent pas qu’elles le sont, elles savent juste qu’elles ne ressentent pas de désir envers les autres.

Le plus important est, si vous souhaitez avoir une relation de couple, que vous parliez de la situation pour qu’elle puisse se vivre de la meilleure des manières.

Moins vous cacherez cette réalité, moins vous la tairez, plus vous lui donnerez de visibilité et de possibilités.