Canaliser les émotions à travers la nourriture

· 13 mai 2017

Afin que ce ne soient pas nos émotions qui décident de ce que nous mangeons et ainsi éviter l’abus d’aliments caloriques il est bon d’avoir toujours en vue des aliments sains comme des fruits.

Lorsque nous nous ennuyons, que nous sommes déprimé-e-s, anxieux-ses, nous mangeons. A travers l’alimentations, nous projetons de nombreux sentiments, et ce n’est pas toujours sain.

Dans l’article suivant nous vous disons pourquoi nous canalisons souvent les émotions à travers la nourriture.

L’alimentation est liée aux émotions

Ce n’est pas quelque chose de nouveau. Plus encore que le besoin physique de nous alimenter, dans de nombreux cas la nourriture devient un stimulant pour nos frustrations, tristesses ou amertumes.

D’autre part, dans chaque civilisation les aliments sont également associés aux fêtes, célébrations ou réunions avec des êtres chers. C’est pourquoi un bon repas avec une bonne discussion peut être thérapeutique.

Il est très difficile de ne pas mettre en lien l’alimentation aux émotions, parce qu’il s’agit d’une habitude héritée depuis plusieurs générations.

Le problème survient lorsque les sentiments associés à la nourriture ne sont pas gratifiants ou bienfaiteurs.

Les célèbres troubles alimentaires se basent sur cette « relation malsaine » avec ce que nous mangeons.

Les aliments peuvent devenir une nécessité, une négation ou une projection des problèmes émotionnels dont nous souffrons et que nous n’avons pas encore pu résoudre.

Manger par anxiété, dépression ou ennui a peut-être un effet apaisant, mais ce n’est que de manière temporaire.

De plus, il faut savoir qu’à ce moment, le choix des aliments n’est pas objective mais que l’on choisit souvent des choses peu saines, sucrées, frites, salées ou grasses.

Si nous ajoutons en plus à cela le fait que le nombre d’aliments contenant des additifs augmente, il est difficile de choisir de manger un fruit (par exemple) au lieu de biscuits au chocolat lorsque nous sommes tristes.

La prochaine fois que nous aurons besoin de trouver du réconfort, nous irons bien évidemment vers ces aliments qui nous rendent dépendant-e-s.

Voir également : Comment le cerveau réagit-il quand on arrête de manger du sucre ?

Quand et pourquoi préférons-nous les aliments pour canaliser les émotions ?

Les raisons pour lesquelles nous choisissons certains aliments peuvent être diverses, bien que certaines soient fréquentes et affectent la majorité de la population :

Stress

Il implique la perte de contrôle sur le type et la quantité d’aliments ingérés. Peut-être que certaines personnes stressées mangent et d’autres moins.

Ce qui est sûr c’est que cette émotion ne nous permet pas de prendre du temps pour préparer des repas plus élaborés et sains, ce qui amène à choisir des aliments mauvais pour la santé.

Insatisfaction corporelle

C’est le cas le plus fréquent chez les adolescent-e-s. Dans ce cas iels adoptent des modes alimentaires trop restrictifs ou strictes, ou alors consomment des sucres et des graisses à cause de la dépression ce qui provoquent l’obésité et le surpoids.

Ennui

Nous sommes allongé-e-s dans le canapé ou sur le lit sans savoir quoi faire et nous choisissons d’aller jusqu’à la cuisine, ouvrir le frigo et manger, comme s’il s’agissait d’une activité qui nous divertissait.

Cela arrive également lorsque nous faisons une tâche quotidienne au travail ou simplement lorsque nous regardons la télévision.

Mal être ou colère

Après une discussion de couple, un problème familier ou un événement imprévu il est probable que nous choisissions de manger plus. Et tout cela dans le but de canaliser la colère ou la dispute à travers les aliments.

Dépression, tristesse ou deuil

De nombreuses personnes, lorsqu’elles sont tristes, mangent trop, surtout des aliments sucrés. L’image typique de la dépression c’est une personne allongée au lit avec un grand pot de glace.

Une question qui surgit face à cela : pourquoi choisissons-nous de manger des choses peu saines pour canaliser les émotions ? Qu’est-ce qui nous fait manger des choses caloriques, grasses, salées ou sucrées au lieu d’aliments sains ?

Pour le comprendre, nous devons parler de récompense cérébrale. Il y a des expériences qui activent dans l’esprit une sorte de « bouton » qui nous motive à répéter certaines conduites.

A chaque fois que nous faisons quelque chose qui nous demande beaucoup de travail ou d’effort, nous nous « faisons plaisir » en achetant un vêtement, en allant au restaurant ou n’importe quel autre cadeau.

Les trois expériences qui activent le bouton de récompense dans le cerveau sont :

  • Le sexe
  • Les relations sociales
  • La nourriture

A partir de ces expériences le système limbique émotionnel se connecte avec les centres de plaisir grâce à la dopamine.

La libération de ce neurotransmetteur produit des hormones comme, par exemple, les endorphines qui sont chargées de nous provoquer du plaisir, de la gratification et de la joie.

Tout comme il peut arriver avec des substances addictives (alcool, tabac, drogues), la nourriture agit de telle manière qu’en l’ingérant, nous nous sentons joyeux-ses et l’espace d’un instant nous oublions les problèmes.

Mais, pourquoi choisissons-nous des aliments peu sains pour canaliser les émotions qui nous gouvernent ? Il s’agit tout simplement d’une question de survie.

  • Dans l’antiquité nos ancêtres passaient peut-être des semaines sans manger.
  • Quand iels trouvaient enfin de la nourriture, le cerveau « donnait la priorité » aux produits les plus caloriques car ils pouvaient remplir les réserves d’énergie.

C’est-à-dire que manger des choses grasses ou sucrées activait (et continue d’activer) la récompense cérébrale.

Nous vous recommandons de lire : 25 aliments pour mincir sans perdre d’énergie

Comment éviter de canaliser les émotions à travers la nourriture

Il s’agit d’un processus qui prendra peut-être des mois, mais qu’il vaut la peine d’essayer. En peu de temps nous devrions réduire la consommation d’aliments caloriques et opter pour des alternatives plus saines.

Une astuce plus qu’efficace consiste à mettre un panier de fruits en vue lorsque nous entrons dans la cuisine. Une autre technique consiste à aller faire ses courses après le déjeuner pour ne pas acheter sans réfléchir.

Peut-être qu’il serait bon de cacher les produits peu sains et ainsi prendre le temps de cuisiner des petits plats plus variés.