Un diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer par la parole

La détection précoce de la maladie d'Alzheimer à travers la parole pourrait freiner la détérioration du cerveau, car elle rend possible le traitement de la pathologie dans sa phase pré-clinique.

L’âme d’une personne réside en sa mémoire. Sans elle, nous perdons notre identité, nos idées et nos sentiments.

Voilà pourquoi souffrir d’une telle maladie est un désastre absolu. Il nous paraît inconcevable de continuer à respirer sans se rappeler de qui nous sommes.

Des scientifiques du monde entier passent leur vie à lutter contre ce phénomène. Malheureusement, nous sommes encore loin de pouvoir soigner efficacement cette pathologie. Pour autant, les diagnostics sont de plus en plus précoces, et c’est une excellente nouvelle pour nous tous.

Parmi les nombreuses avancées dans ce domaine, une méthode développée par les ingénieurs biomédicaux de l’Université du Pays Basque (UPV en espagnol) se distingue. Ils ont découvert une manière de détecter l’apparition de la maladie via la parole.

Il s’agit d’un test non-invasif, durant lequel les patient-e-s ne se rendent même pas compte qu’iels sont évalué-e-s.

Cet examen consiste tout simplement à observer la capacité  d’une personne à parler et à se souvenir de ses propos, alors qu’elle évoque un événement précis.

C’est une technique bien plus efficace que la classique séance de répétition de séquences de mots, durant laquelle les patient-e-s sont conscient-e-s d’être examiné-e-s. Lorsqu’une personne est soumise à un test, elle devient nerveuse et peut commettre des erreurs.

La détection précoce de la maladie d’Alzheimer n’a jamais été aussi simple et aussi bon marché

alzheimer-detecter

Dès les premiers soupçons de survenance de la maladie, la procédure habituelle consiste à mettre en œuvre une batterie de tests assez agressifs : des analyses de sang, de la résonance magnétique, etc.

C’est un véritable calvaire pour les patient-e-s et cela représente des dépenses importantes pour la sécurité sociale.

Cependant, la détection précoce de la maladie d’Alzheimer par la parole peut mettre un frein à cette situation.

Le malade potentiel ne doit que raconter une anecdote de sa vie, dans un environnement décontracté. Pendant qu’il le fait, un médecin enregistre la conversation pour détecter des altérations ou des incohérences dans le récit.

L’équipe basque insiste sur l’importance des pauses dans la remémoration d’un souvenir et dans sa verbalisation.

L’un des premiers symptômes de la maladie est l’oubli de certains mots, même lorsque la personne n’est pas encore accaparée par la maladie.

Certains termes quotidiens, aussi triviaux que micro-ondes ou brosse à dents, deviennent difficiles à appréhender. Ils ne sont pas effacés de l’esprit du/de la malade, mais ce-tte dernier-ère doit chercher un moment pour trouver le mot exact qu’iel veut utiliser pour communiquer avec les autres.

Voir également : Découvrez comment stimuler votre mémoire en soignant vos émotions

La détection précoce de la maladie d’Alzheimer à travers la parole : un espoir pour des milliers de vies

Cerveau-avec-alzheimer-et-sain

La UPV insiste sur l’importance de cette nouvelle méthode, car 46 millions de personnes à travers le monde souffrent de cette maladie.

Il faut appréhender ce chiffre en ayant bien conscience du fait que, si nous ne trouvons pas de solution rapidement à ce problème, il ne fera que s’aggraver dans les années à venir.

Voilà pourquoi il est si important de développer des méthodes de détection précoce de la maladie, comme celle que nous vous présentons dans cet article. C’est un moyen de lutter contre la maladie alors même que le cerveau n’est pas encore endommagé.

C’est un moyen de freiner son développement à travers des exercices qui peuvent renforcer notre cerveau, dans le but de protéger les personnes que nous aimons.

Les bénéfices de cette étude sont tels, que de nombreuses institutions soutiennent les recherches des scientifiques basques. De prestigieuses universités espagnoles appuient ces travaux, tout comme des associations de familles de malades d’Alzheimer.

Un soutien pour les proches des malades 

alzheimer-1

Il est certain que les patients qui souffrent de cette pathologie traversent un processus très douloureux.

Mais les familles des malades sont également plongées dans un vortex d’événements dramatiques qui les dépassent, contre lequel elles ne savent pas quoi faire.

Comme pour beaucoup d’autres maladies similaires, les familles témoignent du fait qu’elles se sentent seules et désorientées.

Nous vous recommandons aussi : 9 effets de l’exercice physique sur le cerveau

En ce sens, les associations constituent des refuges et des guides d’une importance capitale pour les proches des malades. C’est dans ces structures qu’iels trouvent un lieu pour s’occuper un peu d’elleux-mêmes, en compagnie d’autres personnes qui traversent les mêmes épreuves.

La prise de conscience du fait que la personne la plus importante de leur vie est en train de disparaître petit à petit les plonge dans une souffrance qui s’aggrave de jour en jour.

Voilà pourquoi les proches, comme les associations de familles, appuient les initiatives comme celle que nous avons pu vous présenter tout au long de cet article. Le souci des chercheur-se-s de mettre un terme à cette pathologie doit tou-te-s nous remplir d’espoir.

Mais nous devons tou-te-s saluer le travail de ces scientifiques, car Alzheimer pourrait nous frapper directement ou indirectement, via nos parents et nos ami-e-s, dans un futur proche.

Comme nous le savons tou-te-s, les cas d’Alzheimer précoces sont de plus en plus fréquents. Voilà pourquoi toute innovation doit susciter une vague d’espoir et servir comme appui pour de nouvelles recherches, dans le but d’éradiquer un jour cette pathologie qui détruit ce que nous avons de plus précieux : notre mémoire.