Un enfant hospitalisé après avoir mangé une amande

· 18 avril 2016
Malgré plusieurs visites à l'hôpital, les médecins ont mis trois mois à découvrir que l'enfant avait une amande incrustée dans l'un de ses poumons.
Cette histoire devrait attirer l’attention de tous les parents, afin qu’ils soient encore plus présents pour leurs enfants.

David, un enfant de deux ans, se trouve dans un grave état de santé. Il ne peut ni bouger ni parler à cause d’un accident qu’il a eu il y a 5 mois, après avoir mangé une amande.

José Domingo Cruz et Amparo Alba, les parents de l’enfant, partagent leur expérience avec le monde entier pour mettre en garde les autres parents. Leurs déclarations ont été publiées dans le journal El Mundo.

Un enfant mange une amande

Tout a commencé il y a cinq mois. Dans le foyer de la famille Cruz Alba, on célèbre Notre Dame du Bon Remède, la patronne principale de l’Ordre Trinitaire. Ce jour-là, plein d’apéritifs étaient prêts à être dégusté sur la table. 

Le petit David a attrapé une amande et l’amise dans sa bouche. Il s’est ensuite assis sur le canapé pour regarder les dessins animés pendant que les adultes s’affairaient dans la cuisine.

Il a toussé plusieurs fois mais personne n’y accorda beaucoup d’importance, car l’enfant ne semblait pas s’étouffer.

Lire aussi : L’histoire de Lynlee Hope, la petite fille qui est née deux fois et qui a ému le monde entier

Le début du cauchemar

Enfant qui mange une amande

Une semaine plus tard, David a de la fièvre : sa température monte jusqu’à 40°C.

Ses parents l’ont immédiatement emmené chez le pédiatre de l’hôpital de la ville de Elda. Le pédiatre indique que cette fièvre est liée à la pousse des dents.

Les médicaments prescrits n’ont pas fait baisser la fièvre. Un jour plus tard, les parents emmène à nouveau leur petit aux urgences, car ils suspectaient un début de pneumonie. Deux jours plus tard, l’enfant est renvoyé chez lui, car les médecins n’avaient rien trouvé d’anormal.

Pourtant, la santé de l’enfant a continué à se détériorer et les parents avaient de moins en moins de réponse de la part des médecins. Les parents se souviennent alors de l’épisode de l’amande et ils commencent à penser qu’il y a un lien.

Deuxième séjour à l’hôpital

Après avoir pris connaissance de ce fait, les médecins envoient l’enfant à l’hôpital d’Alicante le 11 janvier. L’enfant est gardé en observation pendant 4 jours avant de subir une bronchoscopie

Les médecins ont introduit un tube flexible dans le larynx du petit : un morceau d’amande incrusté depuis trois mois a été extrait. Mais c’est là que la situation se complique : le tube introduit a libéré tout le pus  accumulé dans le poumon, ce qui a occasionné un arrêt cardiaque.

Les médecins ont mis 28 minutes à réanimer l’enfant, puis l’ont fait tombé dans le coma pour le stabiliser.

Douze jours après cette complication, David s’est réveillé sans son poumon infecté, mais avec des dommages neuronaux sévères dus à l’arrêt cardiaqueIl peut ouvrir les yeux mais il ne voit pas. Son corps est immobile, il ne peut pas manger ni parler.

Lire aussi : Découvrez les symptômes d’une crise cardiaque

La lutte des parents contre les médecins

poignée d'amandes

Pour les parents de l’enfant, l’état de santé de leur fils est dû à la négligence médicale. Les médecins auraient dû, selon eux,  faire tous les tests nécessaires plus tôt.

“Il avait l’organe pourri et l’amande faisait bouchon devant l’infection. S’ils avaient détecté sa présence dès le début, rien de tout cela ne se serait passé”, assure José Domingo, indigné.

Les pédiatres affirment qu’il ne faut, sous aucun prétexte, donner des fruits secs à des enfants de moins de cinq ans, car il y a un risque élevé d’asphyxie. 80% des cas d’étranglement chez les enfants a un lien avec ce type d’aliment.

Amparo et José Domingo ne croient pas qu’il s’agisse d’un simple accident et réclament justice. En attendant, beaucoup de gens ont décidé de les soutenir. En deux semaines, ils ont rassemblé 10 000 euros pour les traitements.