Mères, suivez votre instinct

· 11 mai 2017
Même si nous pouvons lire de nombreux ouvrages sur le sujet, notre instinct sera toujours notre meilleur recours pour prendre soin de nos enfants et les élever dans de bonnes conditions.
Quelle femme n’a jamais eu peur d’être une mauvaise mère ?
Ces questionnements sont parfaitement naturels, pour les hommes comme pour les femmes. Nous ne devons pourtant pas nous triturer l’esprit avec ces pensées négatives, car notre instinct nous donnera toujours les solutions dont nous avons besoin.

De nombreux livres et des expert-e-s chevronné-e-s peuvent nous prodiguer des conseils réconfortants pour élever nos enfants de la meilleure des manières.

Lire : Être mère, c’est avoir le cœur en dehors du corps

Mais, comment faisaient nos aïeules, les mères d’autrefois, lorsque tout cela n’existait pas ? La réponse est très simple : elles suivaient leur instinct.

La nature est sage

La nature est sage et, si vous savez écouter votre instinct, vous n’aurez aucun doute quant aux comportements que vous devez adopter avec votre enfant. Cependant, nos croyances et nos préjugés, socialement construits, peuvent parfois nous faire perdre un peu le fil de notre nature profonde.

Réfléchissez un instant. Lorsque vous entendez un enfant pleurer, quelle est votre première réaction ? L’ignorer ou le consoler ?

Il est vrai que les pleurs incessants d’un enfant peuvent être dérangeants et usants. Pour autant, ils remplissent une fonction bien précise. Et non, nous ne voulons pas parler de leur fonction d’alerte lorsque le bébé a des gaz ou des maux d’estomac.

Nous nous référons au fait qu’un enfant peut, parfois, se sentir mal à cause d’une dispute qui éclate dans le couple de ses parents. Qu’un enfant soit petit et sans expérience ne veut pas forcément dire qu’il n’a pas conscience de ce qui se joue autour de lui.

Votre instinct est sage, mais il est parfois atténué par les nombreux conseils que vous prodiguent vos ami-e-s, votre famille ou les expert-e-s qui passent tous les jours à la télévision.

Découvrez aussi : La voix d’une mère éveille le cerveau de son enfant

Parmi les mythes qui circulent sur l’éducation d’un enfant, figure celui selon lequel le fait d’accourir auprès d’un enfant lorsqu’il pleure serait néfaste. Selon les théoriciens de cette idée, cela ne permettrait pas au bébé d’apprendre à être patient quant à la satisfaction de ses désirs et lui apprendrait à manipuler ses parents.

Pour autant, notre instinct nous dicte d’agir différemment et nous devons le suivre. Nous devons aussi ouvrir les yeux sur le fait qu’un enfant voit le monde d’une autre manière que nous et que nous ne sommes pas capables de percevoir sa réalité, même si nous avons tou-te-s été à sa place.

Les mères esclaves du temps

Vous avez certainement déjà entendu dire que les mères doivent donner le sein à leur enfant toutes les trois heures. Mais sur quoi cette information se base-t-elle ?

Nous devons permettre aux enfants de demander à être nourris s’ils en ressentent le besoin. Nous subissons les mêmes diktats en nous astreignant à manger à des heures fixes, même si nous n’avons pas faim.

Sans nous en rendre compte, nous devenons dépendantes d’horaires totalement arbitraires. La nature fonctionne différemment.

Comment devez-vous agir si votre enfant vous réclame du lait en dehors de ces moments pré-établis ? La société vous indique de ne pas céder et, de facto, d’aller à l’encontre de votre instinct.

Nous baignons dans un monde d’informations, mais cela ne veut pas dire que la vérité absolue s’y trouve. Chaque cas est différent.

Lire également : Face à l’adolescence, soyez tolérant-e

Ne pas suivre une idée théorisée et largement répandue nous est parfois difficile. Mais nous devons résister aux sirènes de la facilité pour écouter notre instinct.

L’instinct ne connaît pas de règles

L’instinct est indifférent aux croyances qui sont répandues par la raison. Lorsque nous observons la nature à l’état pur, nous pouvons nous rendre compte que les règles que nous nous appliquons n’ont pas de sens.

Le fait de ne pas dormir avec notre enfant, par exemple, et de le mettre dans un lit à part, n’est pas une règle éducative absolue. De même, on peut parfois lire çà et là qu’il n’est pas bon de prendre trop souvent son enfant dans les bras.

Toutes ces affirmations limitent ce que nous ressentons en notre for intérieur. Nous cessons petit à petit d’être en contact avec notre enfant, nous nous séparons progressivement de lui.

L’amour d’une mère s’exprime d’une manière qui ne connaît ni règles, ni lois. Ne limitons pas et ne réfrénons pas nos instincts. Tout ce que l’on peut lire et entendre sur la maternité n’a pas force obligatoire.

Avant de partir, découvrez : Je suis une femme active et une mère : quelqu’un qui lutte pour les siens chaque jour

Pour éliminer toutes ces croyances de votre esprit, pensez simplement à ce que vous avez aimé ou détesté dans l’éducation de vos parents. Cela vous donnera une ligne directrice pour suivre votre instinct.

Ne soyez pas non plus farouchement opposée à toutes les idées qui proviennent de l’extérieur. Les comportements extrêmes, nous le savons tous, ne sont jamais bons.

Cherchez à l’intérieur de vous, laissez-vous guider par votre instinct et ne vous privez pas de démontrer à votre enfant, par des caresses et de la tendresse, tout l’amour que vous lui portez.