Parfois, pour pouvoir aller de l’avant, il faut suivre un autre chemin

30 juin 2019
Beaucoup de gens ont peur de rompre les liens avec leur passé et recommencer du début car ils sont à l'aise dans leur routine même si celle-ci ne peut pas les rendre heureux.

Tout au long de notre vie, nous avons pris d’innombrables décisions, et certaines d’entre elles nous ont obligé à devoir tout recommencer du début et prendre un nouveau chemin. 

Il y a des cercles qui doivent se refermer par besoin personnel, par principe de survie.

Le courage nous permet d’être capable de couper des liens déterminés, qui nous font souffrir, dans le but d’être heureux à nouveau.

Commencer à nouveau, débuter une nouvelle vie de zéro est difficile et c’est pour cela qu’aujourd’hui, nous allons vous donner des stratégies de base pour pouvoir affronter ces moments si complexes.

Quand recommencer du début suppose de tout lâcher

Personne n’aime les changements et encore moins s’ils sont drastiques et qu’ils impliquent de mettre tout ce qui nous définissait jusqu’à présent de côté.

Parfois, recommencer du début nous mène vers d’autres dimensions qui sont liées aux aspects suivants : 

  • Emprunter de nouveaux chemins pouvant nous mener vers le bonheur.
  • Recommencer du début suppose de prendre le contrôle de sa propre vie : chaque choix que nous faisons nous mène à un résultat ou à un autre, mais nous serons toujours les artisans de notre réalité.
  • Un nouveau chemin doit être vécu comme un chemin de rêves, qui sait apprécier le « ici et maintenant ».

Si vous avez déjà vécu cette situation, vous connaissez sans doute la complexité émotionnelle qui est en jeu dans une telle situation.

Tout changement, tout « reset » personnel suppose de passer par plusieurs étapes différentes.

fille avec des papillons dans la main

Lisez aussi :

Je prête mes chaussures à qui juge mon chemin

Le moment où nous sommes conscient du besoin de « rompre » avec quelqu’un ou quelque chose pour suivre notre chemin

Comme nous l’avons signalé au début de cet article, tout changement d’étape suppose un acte de courage personnel que tout le monde n’a pas.

Les gens qui traversent ce type de souffrance sont nombreux :

  • Ils attendent que les choses changent.
  • Ces personnes ont peur que cela signifie un échec mais ont aussi peur de se retrouver seuls. Ils n’ont pas confiance en eux comme étant des agents actifs du changement, capables d’affronter cette nouvelle étape.
  • D’autres personnes se voient elles-mêmes comme très dépendantes de ce qui les entourent. Elles ne conçoivent pas d’abandonner cette situation qui, même si elle les rend malheureuses, est la seule qu’elles connaissent. Elles n’osent donc pas sauter le cap.

Lorsque nous sommes pleinement conscient du besoin de recommencer du début, c’est déjà un acte de liberté dont nous nous sentons fier.

Celui qui sait qu’il mérite d’être heureux est courageux car il part à la recherche de son propre chemin, laissant de côté tout ce qui n’est pas sain et qui empêche de grandir.

Rompre intelligemment avec le passé

Peut-on rompre avec le passé sans anesthésie ni douleur ? La réponse est « non ».

Tout changement suppose une certaine souffrance, une certaine rupture intérieure avec un passé que nous considérions encore comme la voie certaine de nos rêves et de nos projets.

  • Pour avancer calmement et librement, il est nécessaire de le faire sans rancœur ni haine. Nous sommes conscients que le pardon n’est pas toujours simple à donner mais souvent, il est bénéfique pour se libérer de tout, sans charges.
  • Si nous nous limitons à nous plaindre de tout ce que nous avons vécu, à ce que nous avons mal fait, à tout retourner dans tous les sens, la seule chose que nous obtiendrons, c’est de la souffrance.
  • Débutez votre changement sans détester personne, et encore moins vous-même. Toute haine, toute rancœur nous rend prisonnier et n’en vaut pas la peine.

Nous vous recommandons de lire :

7 habitudes qu’il faut intégrer dans votre vie pour être optimiste

Se projeter dans son futur avec de nouveaux rêves et un nouveau chemin

Que ce soit bien clair : tout au long de notre vie, nous vivons plus d’un changement.

Il est possible qu’un seul soit suffisant : rencontrer de nouveaux amis, chercher un autre travail, changer de régime alimentaire… Ce sont des actions communes qui nous font toujours du bien.

Cependant, il y a des moments où nous avons vraiment besoin de recommencer du début.

Peut-être que votre relation ne fonctionne pas bien et que vous avez besoin de changer de ville, de résidence et de travail.

Vous ne serez pas la première personne passant par ce genre d’événement, et pas non plus la dernière.

  • Pour recommencer quelque chose, il faut bien fermer le cycle précédent. Il ne s’agit pas de fuir, ni de s’échapper.
    Il est nécessaire de faire connaître sa décision et les raisons pour lesquelles nous en sommes arrivé là.
  • Communiquer sa décision donne un soulagement personnel qui permet de refermer plus sainement le cercle.
  • Ne craignez pas les réactions des autres. Si vous préférez, vous pouvez tout de même prévoir ce qu’elles pourront vous dire pour préparer votre discours et vos réponses.

Cependant, dès que vous êtes sûr de votre décision, peu importe les mots des autres : votre destin est tracé, vous allez recommencer du début.

le chemin de la vie

Pour conclure, nous devons comprendre que la vie n’est pas une ligne droite sans imprévus.

Parfois, les changements sont nécessaires pour être heureux et pour être en l’équilibre avec nous-même. Il faut adapter notre chemin.

Chacun est un agent actif de son destin et chaque décision compte. C’est pour cela qu’il faut les affronter avec amour propre, détermination et rêves.

  • Garrido-Rojas, L. (2006). Apego, emoción y regulación emocional. Implicaciones para la salud. Revista Latinoamericana de Psicologia. https://doi.org/10.1017/CBO9781107415324.004

  • Simón, V. M. (1997). La participación emocional en la toma de decisiones. Psicothema. https://doi.org/10.1016/S0006-3495(85)83959-X

  • Gilbert, P., McEwan, K., Gibbons, L., Chotai, S., Duarte, J., & Matos, M. (2012). Fears of compassion and happiness in relation to alexithymia, mindfulness, and self-criticism. Psychology and Psychotherapy: Theory, Research and Practice. https://doi.org/10.1111/j.2044-8341.2011.02046.x