La physiologie du gros intestin

· 31 décembre 2017
Les selles traversent les intestins par des mouvements de mélange et de propulsion. Pendant ce processus a lieu l'absorption et la sécrétion des substances.

Avant de procéder à la présentation de ce qui constitue la physiologie du gros intestin, il est nécessaire de rappeler que nous nous référons ici spécifiquement à la section finale du tube digestif. Elle se compose des parties suivantes: cæcum, côlon, rectum et canal anal. En bref, elles constituent la partie la plus large et la plus courte du tube digestif.

La fonction du gros intestin est l’absorption de l’eau et des électrolytes, d’une part, qui est effectuée par la moitié la plus proximale. Et d’autre part, le stockage de la matière fécale jusqu’ à son expulsion, qui est effectuée par la moitié la plus distale.

Ces fonctions n’exigent pas que les mouvements péristaltiques effectués par le côlon soient aussi intenses que dans les sections précédentes. En fait, ils sont lents et doux (« paresseux« ). Malgré tout, les mouvements du côlon ont des caractéristiques similaires à celles de l’intestin grêle.

Péristaltisme

Ce terme de péristaltisme est utilisé pour désigner l’ensemble des mouvements de contraction du tube digestif. Il permet de réaliser le déplacement de la matière fécale vers l’anus. En d’autres termes, ce sont les mouvements de propulsion intestinale.

Lisez: Prenez soin de votre digestion avec ces 6 plantes médicinales

Physiologie du gros intestin : mouvements du côlon

intestins

Comme dans l’intestin grêle, les mouvements du côlon peuvent être divisés en mouvements de mélange et de propulsion.

  • Les mouvements de mélange s’expliquent par la contraction combinée des muscles circulaires et longitudinaux du côlon. Cela provoque que la partie non stimulée du côlon dépasse vers l’extérieur sous la forme de bosselures appelées « haustrations ».

Quelques minutes plus tard, le processus est répété à un endroit voisin. De sorte que la matière fécale avance comme si on « trayait » le gros intestin. De cette façon, toutes les matières fécales sont exposées à la paroi intestinale, facilitant ainsi l’absorption hydroélectrolytique.

  • Les mouvements de propulsion dépendent des « mouvements de masse ». Il s’agit d’un type de péristaltisme modifié qui fait qu’un segment du côlon agit comme une seule unité. Et pousse la matière fécale vers l’avant. Ces mouvements se produisent 3 fois par jour et durent environ 30 minutes à chaque fois.

Comment débutent ces mouvements ?

Les mouvements de masse se produisent en réponse au ballonnement de l’estomac et du duodénum (réflexe gastrocolique et réflexe duodénocolique). D’autres fois, en réponse à une irritation, comme c’est le cas chez les patients souffrant de colite ulcéreuse.

Rôle de la valvule iléo-cécale

La valvule iléo-cécale empêche le retour des selles vers l’iléon une fois qu’elles ont atteint le côlon. Ceci est dû au fait que le degré de contraction du sphincter iléus-calcaire et le péristaltisme de l’iléon sont soumis aux réflexes du cæcum. Lorsque la paroi du cæcum est distendue, des signaux sont émis qui  augmentent la contraction du sphincter et inhibent le péristaltisme intestinal.

Que se passe-t-il lorsque es processus sont altérés ?

D’une manière générale :

  • Une motilité intestinale excessive entraîne une diminution de l’absorption des substances et l’apparition de diarrhées ou de selles molles.
  • Un défaut de la motilité intestinale entraîne une absorption accrue des substances et l’apparition de selles dures. Elles sont responsables de la constipation.

Physiologie du gros intestin : réflexes de défécation

gros intestin

 

L’expulsion des selles est due aux réflexes intestinaux de défécation :

  • Le réflexe intrinsèque, transmis par le système nerveux entérique du rectum (en lui-même trop faible)
  • Le réflexe parasympathique, porté par les fibres des nerfs pelviens et qui agit comme renfort

Comment cela se passe ?

L’arrivée des selles au rectum provoque une tension sur sa paroi, ce qui envoie des signaux afférents à travers le plexus myentérique. En réponse à cela, des ondes péristaltiques sont déclenchées du côlon vers le au rectum et poussent les selles dans l’anus.

L’arrivée des selles au rectum provoque une tension sur sa paroi, qui envoie des signaux afférents à travers le plexus myentérique.

Le plexus myentérique émet des signaux inhibiteurs qui détendent le sphincter anal interne.  De sorte que lorsque l’onde péristaltique atteint l’anus, les selles continuent d’avancer. Le relâchement du sphincter anal externe se fait de manière consciente.

D’autre part, lorsque les fibres nerveuses de l’anus sont stimulées, des signaux afférents sont émis vers la moelle épinière. Ceux-ci reviennent à travers les fibres nerveuses parasympathiques des nerfs pelviens. Ils stimulent le péristaltisme et aident à détendre le sphincter anal interne.

Physiologie du gros intestin : sécrétion de substances

gros intestin

Quelles substances sont sécrétées ?

Dans le gros intestin, seul du mucus contenant des quantités modérées d’ions bicarbonate (pH > 8) est sécrété. La sécrétion de ce mucus est assurée par les cellules muqueuses de la paroi intestinale et les cellules muqueuses trouvées dans les cryptes de Lieberkühn (glandes tubulaires simples de l’intestin grêle). La sécrétion de bicarbonate est produite par des cellules épithéliales autres que les muqueuses et est responsable du pH alcalin du mucus.

Comment est-il produit ?

La sécrétion de mucus est principalement déclenchée par la stimulation directe des cellules muqueuses. Si bien que celle-ci augmente en réponse à la stimulation des nerfs pelviens (parasympathique innervation).

Quel est son but ?

Le mucus secrété a trois fonction s:

  • Protège la paroi intestinale contre les éventuelles abrasions et les acides fécaux (le pH du mucus est > 8 par les ions bicarbonate).
  • Garde les selles compactes.
  • Protège l’intestin de l’activité bactérienne.

Vous ne le saviez pas ? 8 symptômes du syndrome de l’intestin perméable que vous ne devez pas ignorer

 

Physiologie du gros intestin : absorption des substances

dans le gros intestin

Environ 1500 ml de selles arrivent chaque jour dans le gros intestin. La plupart de l’eau et des électrolytes qu’il contient sont absorbés principalement dans la moitié proximale du côlon. De sorte que les selles expulsées contiennent seulement environ 100 mL d’eau et entre 1 et 5 mEq d’ions sodium et chlore.

Comment les substances sont-elles absorbées ?

Le sodium est absorbé par transport actif au moyen de l’échangeur Na-H. Grâce au gradient de charges positives qui en résulte, une partie des ions de chlore est entraînée passivement dans les cellules. Les ions de chlore restants sont absorbés par échange avec des ions bicarbonate.

Le potassium ainsi que d’autres ions comme le calcium ou le magnésium sont également absorbés dans l’intestin par transport actif.

Les articulations entre les cellules du gros intestin sont beaucoup plus étroites que dans les autres parties du tube digestif. Cela  évite la diffusion rétrograde des ions et permet une absorption beaucoup plus complète du sodium.