Qu’est-ce que le vitiligo ?

13 octobre 2017

Le vitiligo est considéré comme une maladie bégnine qui, sans aucun doute, génère de grands problèmes psychologies et sociaux chez les personnes qui en souffrent.

Le vitiligo est une maladie chronique qui provoque une pigmentation anormale de la peau. Se forment ensuite des taches blanches de différentes tailles et réparties sur le corps. Il est fréquent qu’elles soient plus visibles sur les zones les plus pigmentées ou exposées aux frottements, comme le visage, les aisselles, les lèvres, les parties génitales, les mains, etc.

La maladie affecte entre 1% et 2% de la population. Elle attaque généralement des personnes entre 20 et 30 ans, ou de plus de 50 ans. Toutefois, elle peut survenir à n’importe quelle étape de la vie. Elle prévaut davantage chez les femmes que chez les hommes.

Le vitiligo n’est pas contagieux. Il évolue forcément, même s’il a, en général, tendance à progresser. Seul un très faible pourcentage de personnes touchées génère une repigmentation spontanée. Les rares fois où cela arrive, ce sont des enfants dans la majorité des cas.

L’origine de la maladie

Jusqu’à aujourd’hui, la science ignore les causes du vitiligo. On pense qu’il pourrait s’agir d’une maladie auto-immune, mais nous n’avons pas encore assez de preuves. Nous avons également trouvé une relation avec le facteur génétique, car une personne sur cinq touchée par cette maladie a un proche qui en souffre également.

L’hypothèse la plus acceptée étant celle selon laquelle la perte de pigmentation se produit à cause des mélanocytes qui développent des processus d’autodestruction. Nous savons également qu’il existe d’autres facteurs associés comme les brûlures du soleil et le stress émotionnel.

Le degré de perte de pigmentation varie d’un patient à l’autre. Parfois elle commence rapidement puis elle s’arrête subitement. On ignore pourquoi. Dans la majorité des cas il y a une évolution cyclique : les périodes actives de la maladie alternent avec des périodes de stabilité.

Les symptômes du vitiligo

La principale manifestation du vitiligo sont les taches blanches sur la peau. Elles apparaissent principalement sur les zones les plus exposées au soleil. Comme nous l’avons mentionné auparavant, elles apparaissent également sur les muqueuses et les zones de frottement.

vitiligo mains

La quantité des taches et leur étendue augmente en général avec le temps. Toutefois il y a de grandes différences d’une personne à une autre, mais ce qui est sûr c’est que l’on remarque davantage la maladie chez les personnes à la peau sombre. Les patient-e-s qui ont la peau plus claire ne voient les taches que lorsqu’ils ont un épiderme qui rougit.

Bien que le cuir chevelu n’est pas touché par le vitiligo, il est fréquent de voir les patients avoir des cheveux blancs plus précocement. Quoiqu’il en soit, cette maladie est considérée comme bégnine, car elle ne provoque pas de dommages graves pour l’organisme. Le plus grand problème est esthétique et psychologique.

Types de vitiligo

Il existe deux types de vitiligo : non segmentaire, ou de type A ; et segmentaire, ou de type B. Le type A est le plus fréquent et c’est celui où l’on observe un facteur génétique. Il se divise en quatre sous-types, selon la distribution du processus de dépigmentation :

dépigmentation

  • Localisé. Les taches sont rares et se trouvent à des endroits spécifiques.
  • Il apparaît entre les doigts et dans les orifices du visage
  • Il n’apparaît que sur les pieds et les mains.
  • Généralisé. La distribution des taches est aléatoire et recouvre la majeure partie du corps. C’est la forme de vitiligo la plus courante.

De son côté, le vitiligo de type B est plus rare. Il apparaît généralement à de jeunes âges, chez des enfants. Il commence presque toujours par la propagation rapide des taches, puis s’arrête, en général après un an.

Diagnostic et attentes

Le plus fréquent c’est que le médecin réalise un examen physique et un entretien clinique pour faire le diagnostique. Ce qui inclut une inspection détaillée des taches pour vérifier si elles correspondent à la maladie. De plus, on vous pose également des questions sur les antécédents familiaux et l’état général du/de la patient-e.

Au cas où vous auriez un doute ou une suspicion que les symptômes puissent correspondre à une autre pathologie, le médecin ordonnera d’autres examens comme ceux-ci :

  • Biopsie de la peau.
  • Lampe de Wood.
  • Analyse de sang.
  • Examen des yeux.

De nos jours plusieurs recherches sont en cours sur le vitiligo. Elles se concentrent essentiellement sur trois fronts. Le premier étant de déterminer l’incidence du stress et des traumatismes sur la maladie. Le second est d’établir l’influence de la génétique sur l’apparition du vitiligo. Enfin, des études sont élaborées sur des rats de laboratoire pour développer de nouveaux traitements.

 

 

 

A découvrir aussi