Savoir reconnaître les différences entre un infarctus, un arrêt cardiaque et un ictus

· 9 avril 2015

Infarctus, arrêt cardiaque, accident vasculaire cérébral, ictus, apoplexie…Vous avez tous entendu parler de ces pathologies, mais il peut être assez difficile des les distinguer, et de savoir clairement ce qui les différencie.

Dans cet article, nous allons vous expliquer en détails, en quoi consistent ces problèmes de santé et quels sont facteurs qui augmentent le risque de souffrir de l’une de ces maladies cardiovasculaires.

L’infarctus

L’infarctus du myocarde est provoqué par un problème situé dans l’artère coronaire, dans laquelle s’est formé un caillot, causé la plupart du temps par le décollement d’une plaque d’athérome, qui bloque la circulation du sang et l’apport vital d’oxygène dans le cœur.

Ce blocage provoque, en règle générale, des irrégularités dans les battements du cœur (de l’arythmie cardiaque), des douleurs dans la poitrine qui peuvent se propager jusque dans toute la partie gauche du corps, des difficultés respiratoires, etc.

Ce blocage doit être traité le plus rapidement possible car, en seulement quelques heures, il peut provoquer des lésions irréparables du muscle cardiaque affecté.

Le patient qui souffre d’un infarctus ne perd pas conscience mais souffre de douleurs très aiguës.

L’arrêt cardiaque

Corazon

Dans le cas de l’arrêt cardiaque, le cœur cesse de battre subitement. La personne qui souffre d’un arrêt cardiaque perd immédiatement connaissance, ce qui provoque un évanouissement et un arrêt respiratoire.

Pour cette raison, le traitement doit être immédiat, pour éviter une mort soudaine. Le patient devra subir une réanimation cardiopulmonaire, voire une défibrillation, laquelle se réalise par l’application d’un choc électrique afin que le rythme cardiaque redevienne normal.

L’accident vasculaire-cérébral

L’accident vasculaire-cérébral, également connu sous le nom d’infarctus cérébral, d’AVC, d’apoplexie ou d’ictus, survient lorsque le flux sanguin censé arriver jusqu’au cerveau, est retenu dans une autre partie du corps.

Si cet accident dure plus de quelques secondes, le cerveau cesse d’être alimenté en oxygène et en nutriments, ce qui cause la mort de nombreuses cellules cérébrales, et donc, des dommages irréparables.

Il existe deux types d’accident vasculaire-cérébral :

  • L’AVC ischémique : c’est l’AVC le plus fréquent, qui concerne 85% des cas d’AVC recensés, et qui entraîne les dommages irréversibles dont nous vous avons déjà parlé. C’est un infarctus cérébral causé par une thrombose qui empêche l’irrigation correcte du cerveau.
  • L’AVC hémorragique : il est beaucoup moins fréquent, et même si son taux de mortalité est bien plus élevé, les patients qui parviennent à survivre à cet accident souffrent généralement de séquelles moins importants que celles qui sont entraînées par l’ictus ischémique. Il s’agit d’une hémorragie cérébrale causée par la rupture d’un vaisseau sanguin.

Les facteurs de risque

Il existe des facteurs de risque communs à ces différents problèmes coronariens. Il est important de les connaître pour pouvoir prévenir tous types de maladies cardiovasculaires, surtout si vous avez des antécédents familiaux qui vous rendent sensible à ce groupe de pathologies :

  • L’hypertension artérielle : il est indispensable de contrôler fréquemment votre tension artérielle. Le médecin vous donnera un traitement adapté si jamais vous en souffrez.
  • La consommation excessive de mauvaises graisses : la graisse est un nutriment indispensable à notre santé, mais elle doit être de bonne qualité. Nous vous recommandons de consommer régulièrement des graisses végétales de bonne qualité, comme celles contenues dans l’huile d’olive, l’huile de lin, l’huile de coco, l’avocat, les fruits secs, etc.

avocat-michellelynnegoodfellow

  • Les taux élevés de cholestérol et de triglycérides : des analyses régulières vous tiendront informés de vos niveaux de cholestérol et de triglycérides, qui peuvent être améliorés par l’intermédiaire d’une bonne alimentation, et d’un équilibre émotionnel constant.
    Si vous consommez excessivement des mauvaises graisses, des plaques d’athérome se formeront dans vos artères, susceptibles de se transformer en thrombose.
  • Le diabète : 20% des personnes qui souffrent d’ictus sont diabétiques.
  • La sédentarisation : nous savons tous qu’il est fondamental de faire de l’exercice. Vous pouvez en faire un peu chaque jour, en préférant les escaliers aux ascenseurs par exemple. Il est recommandé également de marcher et de faire du sport, deux à trois fois par semaine.
  • Le tabagisme : il est indispensable d’arrêter de fumer, non seulement pour préserver votre santé coronarienne, mais également pour éviter de nombreux autres problèmes de santé.
  • L’obésité : le surpoids multiplie les risques de souffrir de problèmes cardiovasculaires et, pour cette raison, il doit être traité rapidement sans pour autant faire trop de sacrifices. Il existe beaucoup de conseils naturels qui vous aideront à manger de manière plus saine, et à maigrir progressivement, sans devoir opter pour un régime drastique.
  • Le stress : le stress influe sur votre santé et aggrave, dans des proportions élevées, les problèmes que vous avez déjà, ou auxquels vous êtes exposé.
    Il est en relation directe avec les taux de cholestérol, par exemple. Pour cela, il est recommandé de commencer à penser à une autre manière de vivre votre vie.

Images de michellelynnegoodfellow