Les scientifiques découvrent « l’origine physique » de la dépression

· 28 mars 2017
Et si les probabilités de souffrir de dépression étaient déterminées par des facteurs internes ? Selon une étude récente, il pourrait exister différentes connexions cérébrales qui favorisent cet état.

Une découverte scientifique pourrait avoir trouvé l’origine physique de la dépression dans le cerveau.

La découverte donnerait lieu à des théories qui pourraient changer la façon de traiter et de percevoir la maladie mentale. Cela supposerait une grande avancée dans la compréhension de la cause physique de la dépression.

Des recherches de l’Université de Warwick au Royaume Uni et de l’Université Fudan en Chine ont démontré que la dépression affecte le cortex orbitofrontal latéral.

Cette partie du cerveau s’active si elle souffre un accident ou quand on ne reçoit pas les récompenses. Pour cette raison on pense que la dépression pourrait être associée avec la sensation de ne pas recevoir de récompense.

Une importante étude contre la dépression

La professeur Feng, auteur de l’étude, a déclaré :

« Au moins une personne sur dix souffre de dépression tout au long de sa vie, une maladie qui est si commune dans notre société moderne que nous pouvons même trouver des restes de Prozac (un anti-dépresseur) dans l’eau du robinet de Londres »

« Notre découverte, avec la combinaison des grandes informations du monde entier et nos nouvelles méthodes, nous permet de localiser les racines de la dépression ».

Cela doit ouvrir de nouveaux chemins pour trouver de meilleurs traitements thérapeutiques dans un futur proche et ainsi pouvoir traiter cette horrible maladie.

Données de l’étude

Les chercheur-se-s sont arrivé-e-s à des conclusions importantes après avoir scanné en Chine les cerveaux de 909 personnes par résonance magnétique à haute précision.

Sur tou-te-s les patient-e-s, 421 personnes ont été diagnostiquées avec une forte dépression, alors que les 488 ont été classées comme sujets de contrôle.

Grâce à cette technique on a prouvé l’activité des connexions entre les différentes parties du cerveau humain affectées par la dépression, c’est à dire, le cortex orbifrontal médian et latéral.

Le cortex orbifrontal latéral, associé à la non récompense, a montré une connectivité plus forte dans le groupe dépressif.

Les découvertes sur la façon par laquelle la dépression s’associe avec diverses connectivités fonctionnelle du cortex orbifrontal seront d’une grande aide pour élaborer de nouveaux traitements.

N’oubliez pas de lire : 6 manières surprenantes de vous débarrasser facilement de l’anxiété

Les racines de la dépression

Cette importante recherche a démontré que cette partie du cerveau, le cortex orbitofrontal, s’active quand on souffre une lésion importante, ou que l’on n’obtient pas la récompense désirée.

Pour cela on pense que la dépression serait associée à ces perceptions.

La découverte pourrait conduire à prouver de nouveaux chemins dans la façon dont est traitée et perçue la maladie mentale.

En même temps, des avancées importantes commencent pour comprendre la cause physique de la dépression.

Les facteurs qui influent sur la dépression

Il n’existe pas d’unique raison à la dépression. Il y a des personnes qui auront plus tendance à souffrir de dépression que d’autres.

D’ailleurs, il existe différentes raisons qui tentent d’expliquer cette prédisposition.

  • La génétique : Il y a un plus grand risque de souffrir de dépression clinique lorsqu’il existe une histoire familiale avec cette maladie. Donc, on peut hériter de cette prédisposition biologique.
  • Des facteurs biochimiques. On a prouvé que la biochimie du cerveau joue un rôle très important dans les troubles dépressifs.

Les personnes atteintes de dépression grave ont souvent des déséquilibres de certaines substances chimiques dans le cerveau, connues comme les neurotransmetteurs ou neuromédiateurs.

Il est également vrai que les schémas du sommeil sont aussi différents chez les personnes qui ont des troubles dépressifs.

La dépression peut être induite ou soulagée par certains médicaments, et certaines hormones qui peuvent altérer les états d’esprit.

  • L’incidence de situations stressantes dans la dépression. Le décès d’une personne très proche, d’un-e ami-e, une maladie chronique, des conflits interpersonnels, des difficultés financières, un divorce, etc.

Toutes ces situations peuvent provoquer des épisodes de dépression, et si elles perdurent longtemps, peuvent déclencher une dépression clinique.

  • Trouble affectif saisonnier (SAD, sigles en anglais) et de saisons. Il a été prouvé qu’il existe des personnes qui développent la dépression pendant les mois d’hivers, quand les jours se raccourcissent.

Une explication possible peut-être que la diminution des heures de lumière affecte l’équilibre de certains composés chimiques du cerveau, provocant les symptômes de dépression.

Vous voulez en savoir plus ? Lisez : 6 exercices pour maintenir votre cerveau en forme

  • Personnalité : les personnes qui ont des schémas mentaux négatifs, une faible estime d’elles-même, une sensation de manque de contrôle sur les circonstances de la vie et tendance à s’inquiéter excessivement sont plus à même de souffrir de dépression.

En apparence, les schémas de pensées négatifs s’établissent généralement pendant l’enfance ou l’adolescence et forment au fil du temps une personnalité dépressive.