Que signifie avoir les seins denses ?

14 septembre 2015
Comme le cancer du sein, le fait d'avoir des seins denses relève d'un composant génétique. Si tel est votre cas, n'oubliez pas de réaliser des visites médicales régulièrement.

Dans nos articles, nous vous parlons régulièrement de l’importance de se soumettre à des révisions gynécologiques régulières. L’une des finalités de ces tests de diagnostic est d’identifier les « seins denses ».

Les seins denses contiennent moins de tissu adipeux et plus de tissu glandulaire, et sont caractérisés par le fait d’avoir un plus grand risque de développer un cancer. 

Il faut tout d’abord savoir que le fait d’avoir les seins denses ne signifie que l’on va avoir une tumeur à 100%. 

Il y a seulement plus de risques, et il est préférable de se soumettre régulièrement à des révisions médicales, qui vont nous permettre de  détecter n’importe quel problème ou indice de tumeur.

Selon le Journal of the National Cancer, cette caractéristique est un facteur qu’il faut contrôler chez toutes les femmes, à travers de tests médicaux.

De plus, il est important de prévenir ce problème en améliorant ses habitudes de vie.

Les risques liés aux seins denses

Cancer-du-sein

Tout d’abord, il faut signaler qu’à simple vue, nous ne pouvons pas savoir si nos seins sont plus denses que la normale, ou pas.

A partir de 40 ans, il est conseillé de se soumettre à une révision annuelle.

Parfois, lors de la mammographie, on ne peut pas le voir facilement à cause, justement, de la forte densité du sein et d’une plus grande présence de tissu glandulaire.

Lisez aussi : Ce que vous devez savoir sur le cancer du sein

Comme nous vous l’avons dit précédemment, il ne s’agit pas de s’alarmer ou de se faire peur, mais d’être prudent et de suivre chaque règle des spécialistes afin de contrôler à tout moment la santé de nos seins.

Selon William Barlow, du “Centre de Recherche sur le Cancer et la Bio-statistique » de Seattle (Etats-Unis), la densité d’un sein dépend des quantités de graisse et de tissu fibro glandulaire de la femme.

Quand nous sommes jeunes, les seins sont beaucoup plus fibreux mais, au fur et à mesure que nous grandissons, le tissu gras remplace le tissu fibro glandulaire. Il faut donc se soumettre à davantage de contrôles.

Il faut également souligner le fait qu’avoir des seins denses rend plus difficile l’identification d’une possible tumeur dans l’un d’entre eux.

Les images diagnostiques sont plus sombres et il est plus difficile d’identifier  une anormalité dans le tissu.

Pour les spécialistes, dans ce cas, il faut compléter la mammographie avec une échographie afin d’avoir un diagnostic plus précis. 

Les risques de développer des seins denses

1. La ménopause : Les seins denses sont plus habituels chez les femmes post-ménopausées et qui souffrent de surpoids.

2. Un composant génétique : Comme dans le cas du cancer du sein, le fait de développer des seins denses peut également avoir une origine génétique.

Ainsi, si dans votre famille, vous avez des antécédents de seins denses ou de cancers du sein, astreignez-vous bien aux visites médicales. L’information et la prévention sauvent des milliers de vies tous les ans !

Découvrez aussi Comment tonifier et raffermir la poitrine

Peut-on prévenir le développement de seins denses ?

Marcher

Selon les médecins, une manière de prévenir cette maladie est en se soumettant à la thérapie hormonale remplaçante à partir de la ménopause, surtout s’il y a un composant génétique en jeu.

A l’institut National du Cancer de Bethesda (Etats-Unis), un test de thérapie hormonale a été réalisé sur plus de 7000 femmes, après que leurs seins aient été diagnostiqués denses. 

S’il est évident que le simple fait de se soumettre à des révisions mensuelles a prévenu le risque de développer un cancer, il a été démontré que le traitement aux hormones peut être utile dans de nombreux cas .

A présent, pour réduire le risque “dans la mesure du possible » et éviter de développer des seins denses dès demain, il est vital de tenir compte des informations suivantes :

  • N’oubliez pas vos antécédents familiaux : si votre mère, votre grand-mère ou votre soeur a souffert d’un cancer du sein, il est important de réaliser ces révisions médicales périodiques. 
  • Gardez un poids adapté à votre taille et à votre âge. Evitez le surpoids, et surtout lorsque vous arrivez à la ménopause.
  • Evitez la nourriture trop riche en graisses, en sucre blanc, en farines raffinées et en sel. Ces aliments nous enflamment et sont des produits toxiques très dangereux pour notre organisme.
  • Consommez des fruits et des légumes frais, surtout crus. Evitez donc les jus des supermarchés et choisissez une pomme entière pour votre petit-déjeuner, plutôt qu’une tartine grillée à la confiture.

    Lorsque vous vous préparez des salades composées, consommez des aliments crus, comme des épinards, des morceaux d’oignons, des tomates etc.

  • Evitez les plats préparés, et habituez-vous à manger des aliments frais. N’oubliez pas que le mieux est de se programmer 5 repas quotidiens, et de ne pas manger à l’excès lors du déjeuner ou du dîner.
  • Buvez de l’eau en abondance.
  • Les exercices physiques quotidiens sont fondamentaux pour réduire le risque de seins denses. Marchez tous les jours pendant une demi-heure et pratiquez des exercices aérobics.
  • A partir de 40 ans, programmez une mammographie annuelle. Consultez votre gynécologue, et si vous avez des antécédents familiaux, comme nous vous l’avons signalé auparavant, faites des visites plus régulièrement chez votre médecin pour contrôler et prévenir.

Tenez compte du fait qu‘en plus de se soumettre à des tests diagnostiques comme l’IRM (le test d’imagerie par résonance magnétique), il est important de le compléter avec des échographies.

Si vous avez les seins denses, ce test est plus sûr pour identifier les possibles tumeurs.

N’oubliez pas que la prévention est toujours le plus important !

A découvrir aussi