Le temps emmène la douleur avec lui

Nous avons souvent l'impression que les blessures de l'âme ne guériront jamais. Mais la seule chose dont nous avons besoin pour les cicatriser, c'est du temps. Elles resteront, certes, mais elles ne feront plus mal.

 

Quel que soit le mal que l’on vous a fait, à quel point vous avez souffert. Au bout du conte, le temps emmène la douleur avec lui.

Les phrases qui font référence à l’espace dont nous avons besoin pour transformer une blessure en cicatrice sont très nombreux. C’est une lésion qui nous marquera à jamais, mais qui ne nous fera plus jamais rien ressentir.

Nous avons tendance à chercher la solution ici et maintenant. Nous voulons un remède efficace avec lequel nous pourrions sauter une étape de deuil ou une période de souffrance.

Découvrez : Aimer sans souffrir : nos clés et conseils

Mais cela ne fonctionne pas comme ça, et encore moins quand nos sentiments et émotions se trouvent impliqués.

Il est nécessaire de donner du temps au temps.

Le temps et le fait d’envisager une nouvelle perspective

main

Nos émotions nous embrument la vue et nous rendent aveugles. C’est pour cela que lorsque nous sommes spectateur-trice-s face à une situation, il y a plein de choses que nous ne comprenons pas.

Pensez, par exemple, à ces personnes maltraitées qui reviennent avec leur conjoint et qui justifient, même, ses mauvaises actions contre elles.

Vous, en tant que personne qui voit ce qui se passe, vous ne comprenez pas pourquoi elle ne porte pas plainte et ne fait rien. Pourquoi ne demande-t-elle pas d’aide ? Et pourtant, peut-être que dans sa situation, vous auriez agi de la même façon.

La personne maltraitée a des sentiments contraires et est victime d’une manipulation constante. Son manque d’estime d’elle-même et ses émotions l’amènent à ne pas savoir prendre de décisions.

Lisez : J’ai traversé de nombreuses tempêtes pour atteindre le calme

femme-fragmentee

Pourquoi a-t-elle tendance à justifier son agresseur ? Tout simplement, car ses émotions l’ont rendue aveugle. Ce n’est pas la même chose de voir une situation d’une perspective déterminée que de la vivre dans sa propre chair.

C’est pour cela que lorsque les adversités arrivent dans notre vie, il est important de leur octroyer du temps. En prenant du recul et en leur donnant un peu de temps, nous réussirons à mieux les analyser.

Lorsque vous vous trouvez dans une situation extrême, vous ne parvenez pas à agir ou à parler comme vous aimeriez ? C’est parce que vos émotions vous contrôlent.

Ce qui fait mal aujourd’hui cessera de vous faire mal demain

femme-nuage-rouge

Même si votre vie a été difficile par le passé, aujourd’hui vous êtes une nouvelle personne.

Même si vous avez traversé une expérience de maltraitance, si vous avez été longtemps au chômage ou si quelqu’un que vous aimiez vous a quitté, vous ne vivez pas tout cela comme auparavant.

Nos émotions ne perdurent pas dans le temps. Nous ne sommes pas tristes pendant une année entière, et nous ne pouvons pas passer une journée entière complètement heureux-ses.

C’est parce que les émotions fluctuent et changent. Que se passe-t-il lorsqu’une émotion se prolonge ? Nous pouvons être face à un cas de dépression ou de trouble qu’il faudra contrôler.

Ne passez pas à côté de : 7 clés pour la résilience : le courage que vous portez en vous

Peut-être que votre conjoint vous a été infidèle et cela vous a énormément blessé-e. Vous êtes passé-e par une longue période durant laquelle vous ne faisiez confiance à personne, mais cela n’a pas été éternel. Pour finir, vous l’avez surmonté.

Ce qui aujourd’hui vous fait mal cessera de vous faire mal demain, ou après-demain, ou le mois prochain. Nous sommes différent-e-s et nous avons tou-te-s besoin d’une période plus ou moins longue pour guérir nos blessures.

Tout a sa part de positif

voler-2

Même si vous pensez à la plus terrible des situations que vous avez vécue, il y a un enseignement positif à en tirer.

  • Le premier est sans aucun doute le fait de pouvoir apprendre. Si vous trébuchez sur la même pierre à chaque fois, c’est que vous le souhaitez. Si vous ne parvenez pas à résoudre le problème, vous saurez au moins mieux l’affronter.
  • Le seconde est que vous en ressortez renforcé-e. Tout problème ou adversité vous rendra toujours plus fort-e qu’avant, plus courageux-se.
  • Le troisième est que vous vous connaîtrez mieux vous-même. Ce qui nous arrive nous met à l’épreuve et nous aide à découvrir comment nous agissons face aux circonstances et aux situations inhabituelles.

La douleur ne vous rend pas plus fragile, mais plus fort-e. C’est quelque chose que vous ressentez, seulement, et qui avec le temps, s’en va.

Avant de partir, lisez : Ce n’est pas parce que le pardon existe que l’on peut faire du mal

Quand vous regarderez derrière vous, vous ne sentirez pas la même chose et peut-être même que vous penserez : « j’ai été bête d’agir ainsi, j’aurais dû faire cela différemment. »

Pourtant, si vous n’étiez pas passé-e par ce moment, vous n’auriez jamais pensé cela et vous n’auriez jamais modifié votre manière d’envisager la situation.

Nous ne naissons pas savant-e-s. Nous ne cessons jamais d’apprendre.

Souvenez-vous que les jours de la souffrance sont toujours comptés.